Organisation des soins d’urgence : création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale

Article publié dans Les Dossiers de l’Obstétrique, n°494, août-septembre 2019.

La création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale comme réponse politique à « l’affaire Musenga[1] » : une solution technique qui occulte la dimension relationnelle du problème

La mort tragique de Naomie Musenga le 29 décembre 2017 a mis sur le devant de la scène publique et médiatique, un métier jusqu’alors peu connu de la population, celui d’assistant de régulation médicale (ARM).

La jeune femme de 22 ans, traitée avec mépris par une opératrice du SAMU, avait vu sa prise en charge retardée de « près de 2 heures 20 » selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS)[2].

Suite à cette mise en cause publique de l’opératrice, le gouvernement a inscrit sur l’agenda politique la nécessité d’une réforme de la formation de ces professionnels afin de « sécuriser » et « renforcer la qualité la régulation médicale » au sein des SAMU-centre 15. Celle-ci s’est traduite par la publication du décret n° 2019-747 du 19 juillet 2019[3] définissant les contours d’une nouvelle formation qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2019.

« Basée sur un référentiel de certification construit avec les représentants de la profession, les urgentistes, les organisations syndicales de la fonction publique hospitalière et les partenaires institutionnels, la formation d’une année comprend 1470 heures, réparties à parts égales entre l’enseignement théorique et l’enseignement pratique via des stages découverte et des stages métier[4] ».

La création de ce diplôme qui sera dispensé dans dix centres agréés par le ministère des Solidarités et de la Santé fait suite aux propositions d’amélioration des procédures du Samu remises à Agnès Buzyn[5] le 2 juillet 2018 par les représentants des urgentistes [Samu-Urgences de France, la Société française de médecine d’urgence (SFMU), et le Conseil national de l’urgence hospitalière (CNUH)].

Selon Patrick Pelloux, président de l’Association des Médecins Irgentistes de France, ce drame révélait en effet « les défaillances dans l’ensemble du système »[6] et la nécessité de réformer l’organisation des secours en augmentant les moyens pour les services de régulation, en réfléchissant à une meilleure coordination du Samu (15) et des pompiers (18), ainsi qu’à une amélioration de la formation initiale et continue des assistants de régulation médicale comme préconisée dans un rapport d’information du Sénat sur les urgences hospitalières rendu le 26 juillet 2017 qui alertait déjà sur le manque de formation de ces professionnels[7]. François Braun, président du syndicat SAMU-Urgences de France reprenait en partie seulement cette interprétation du problème. Même s’il estimait que l’organisation du SAMU pouvait être améliorée, il n’allait toutefois pas jusqu’à réclamer une réforme préférant définir le problème comme le résultat d’une « succession de dysfonctionnements »[8] et d’un « cas isolé et personnel »[9]. Concernant ce dernier point, dans un article publié sur The Conversation, j’attirais l’attention sur les limites d’une approche individuelle du problème qui privilégie la thèse de la « faute grave »[10] due au non-respect des protocoles et au « ton indigne », « méprisant[11] » employé par l’assistante de régulation du Samu.

En effet, cette définition du problème qui lance l’opprobre sur la seule assistante de régulation médicale du 15, occultait un fait notoire à savoir que l’opératrice du centre de traitement de l’alerte des sapeurs-pompiers (18) n’avait pas été moins railleuse ou moqueuse envers Naomie[12]. L’écoute des bandes son démontrait que son attitude envers Noémie avait été d’emblée suspicieuse, elle ne la prenait pas au sérieux et l’a fait savoir à sa collègue qui a repris cette grille de lecture de la situation[13]. A la lumière de ces données, une analyse de la mort de Naomie en termes de « cas isolé » ou encore d’« erreur individuelle » apparaissait dès lors exclue. D’ailleurs, l’analyse des réactions suscitées parmi la population dans les jours suivants le décès de cette jeune femme de 22 ans a permis d’entériner définitivement la thèse de l’erreur individuelle.

« On ne m’a pas pris au sérieux » : un fait collectif

Durant plusieurs jours, la presse a relayé les témoignages de personnes affirmant avoir vécue une situation similaire à celle de Naomie. Leur point commun : on ne les a « pas pris au sérieux » comme le rapporte l’un d’eux qui a été étiqueté comme alcoolique par une assistante de régulation médicale en raison d’une difficulté d’articulation dû, en réalité, à un AVC. Ainsi, les propos « indignes » ou « moqueurs » des opératrices étaient vraisemblablement loin d’être le fait d’actes isolés ou d’une faute individuelle. On était bien ici en présence d’un comportement collectif. A l’instar de ces personnes, Noémie non plus n’a pas été prise au sérieux. Elle n’a pas appelé le bon numéro en premier, elle ne parvenait pas à décrire ses symptômes et à répondre aux questions de l’opératrice du 18, puis de l’assistante de régulation du 15. En cela, elle n’était pas conforme à la norme attendue d’un « bon » patient et fut alors d’emblée suspectée d’abuser du numéro d’urgence. L’assistante de régulation du 15, qui a débuté sa carrière comme ambulancière[14], était expérimentée[15] ce qui permet de penser que la question de la formation n’était sans doute pas en jeu dans ce cas précis. À ce stade de l’analyse, la définition technique – dominante – de la mort de Naomi Musenga (dysfonctionnement, procédure) adoptée par les pouvoirs publics semblait non seulement loin d’épuiser l’explication du problème mais elle en occultait sa dimension relationnelle.

Sur ce dernier point, dans les deux jours qui suivirent le décès de Naomi, une autre interprétation a irrigué le débat, celle d’une traduction concrète du « syndrome méditerranéen »[16]. Il s’agit d’un outil théorique emprunté à l’anthropologie qui désigne une situation où un professionnel de santé perçoit un patient comme ayant un comportement exagérément plaintif et plus largement, non conforme aux normes médicales françaises attendues du « bon » patient. Néanmoins, au regard des différents témoignages dont la presse s’était faite l’écho, force était de constater que les profils des personnes concernées étaient variés. Aussi, la thèse du syndrome méditerranéen ne pouvait rendre compte de l’ensemble des situations. La question restait donc entière : Comment expliquer l’existence de représentations et de discours collectifs de défiance des professionnels envers des appelants suspectés d’abuser ou encore, de profiter des numéros d’urgence ?[17] Une défiance pouvant conduire à un retard de prise en charge et dans certains cas, à la mort.

Pour répondre à cette question, il m’apparaissait opportun de revenir sur l’analyse d’un autre problème exposée dans ma thèse de sociologie, celui de l’engorgement des services d’urgences hospitaliers et de la construction d’une figure, celle de l’usager des urgences.  

La construction sociale de la figure de l’usager consommateur de soins d’urgence

Au cours des années 1990, l’augmentation continue du nombre de passages dans les services d’urgence hospitaliers a conduit les pouvoirs publics à inscrire sur l’agenda politique le problème de l’« engorgement » de ces services. Cette problématisation publique s’est traduite entre autres, par la commande auprès de la DREES de la première grande enquête nationale sur les urgences publiée en janvier 2002 intitulée : « Les usagers des urgences : premiers résultats d’une enquête nationale[18] ». Menant une recherche en immersion sur le terrain ambulancier depuis plusieurs années, l’emploi de la notion d’« usager » dans le titre même du premier volet de l’enquête (« Les usagers des urgences ») pour désigner les « patients » ou les « malades » m’interpelait. En effet, l’emploi de ce terme m’interrogeait d’une part en tant que soignante et d’autre part, en tant que sociologue. Utilisé en lieu et place de celui de patient, il n’était pas neutre socialement ce que confirmait une analyse de la littérature sociologique. Dans un ouvrage paru en 2000, le sociologue François-Xavier Schweyer démontre en effet que la notion d’usager est une catégorie davantage administrative que professionnelle.

Selon cet auteur, depuis quelques décennies, le terme d’« usager » connaît, dans les discours et les écrits publics sur la santé, un large usage au point de s’être progressivement substitué à ceux de malades et de patients[19]. Il souligne que cette catégorie s’est construite dans un contexte historiquement et professionnellement déterminé et que son avènement relève avant tout d’une logique politico-administrative visant à rationnaliser/maîtriser les dépenses publiques et non à démocratiser le système de soins au nom de la figure de l’usager. Il précise enfin que l’usager « est aussi un enjeu symbolique utilisé dans les confrontations autour de la maîtrise des dépenses de santé. Les professionnels résistent aux projets de restructuration au nom des usagers ; les pouvoirs publics, eux se retournent vers les usagers pour les rendre responsables de leur état de santé. »

Suivant cette analyse, les termes employés dans les sources institutionnelles pour définir le problème de l’engorgement urgences – tout comme d’ailleurs pour celui du « du trou de la sécurité sociale » – conduisent à focaliser l’attention de la population sur les comportements « déviants » et leur responsabilité individuelle. De fait, les facteurs structurels à l’origine de ce problème public et repérés par d’autres sociologues sont laissés dans l’ombre. Les propos récents d’Agnès Buzyn concernant la « crise » des services d’urgence l’attestent encore une fois. Sur l’échelle des responsabilités, l’usager semble de son point de vue occuper la première place :

« Agnès Buzyn a souligné qu’un changement était nécessaire pour adapter l’organisation des urgences hospitalières au changement de comportement des usagers : « La consommation de soins des Français a évolué, ils consomment des soins aux urgences parce que c’est plus rapide, parce qu’on a du mal à trouver un médecin généraliste avec des consultations sans rendez-vous[20]“.

Or, ce discours diffusé depuis des décennies pour légitimer les politiques de restrictions budgétaires produit des effets concrets sur les représentations et les pratiques des professionnels de santé. Ces préjugés construits socialement et intériorisés par les soignants interfèrent qu’on le veuille ou non dans la relation de soin en ce qu’ils sont projetés sur les sujets en détresse. L’acte de soin que constitue la réponse à une détresse ne peut être en effet réduit à un simple acte technique encadré par des procédures, il s’agit aussi d’un acte traversé par le politique, le social.En ce sens, « l’erreur » dont il a été question dans « l’affaire Naomie » peut être analysée comme un symptôme du lien social. Plus précisément, ladite « erreur » serait ici un lapsus révélateur de la détérioration du lien social, de l’affaiblissement des solidarités dans une société marquée la défiance envers l’autre engendrée par des « politiques du soupçon[21] ». Ces préjugés ne traversent d’ailleurs pas uniquement le champ de la santé. S’agissant du discours public sur le chômage, de l’assurance santé pour les migrants, des aides au logement, etc., il n’est malheureusement pas rare, loin s’en faut, que le spectre de l’individu irresponsable, profiteur, abuseur, fraudeur soit brandit pour justifier en retour des mesures limitant la solidarité nationale.

Au regard de tous ces éléments, la mort de Noémie ne peut être appréhendée uniquement d’un point de vue technique, autrement dit, en termes de respect des procédures et d’organisation. Les solutions qui découlent d’une telle interprétation du problème nous semblent en effet n’être que des pansements appliqués sur une plaie béante qui trouverait son origine dans la politique d’austérité menée depuis plusieurs décennies à l’hôpital[22]. Le mouvement de grève des services d’urgence qui s’est développé dans tout le pays est aujourd’hui là pour nous rappeler s’il en était besoin que les restrictions budgétaires appliquées aux hôpitaux au nom de la maîtrise des dépenses de santé, conduisent les professionnels, comme l’a souligné Patrick Pelloux[23], à travailler dans des conditions telles que l’erreur est sans cesse redoutée. Dans ce contexte, la pression des urgences est redoublée par la pression managériale dont l’objectif est d’optimiser les lits, de respecter la « durée moyenne de séjour », de rentabiliser les services. Ce discours managérial qui s’accompagne le plus souvent d’un discours stigmatisant les « patients abusifs » ou encore, les « mauvais malades » (polypathologiques, alcooliques, précaires, etc), est à la source de conditions de travail pressurisantes[24] conduisant les soignants à faire des « erreurs » et à être maltraitants comme le montre l’histoire de Noémie. 

Dès lors, pour ce cas précis, la nouvelle formation d’ARM jointe à la création en urgence de 10 IFARM font certes partie des solutions à apporter au regard de la faiblesse voir de l’absence jusqu’à aujourd’hui, de formation de ces professionnels, mais elles ne suffisent pas. On peut d’ailleurs regretter qu’il ait fallu un drame médiatisé pour que la politique d’austérité s’efface quelque peu, cette fois-ci, devant la nécessité de « prendre le temps » « d’investir » dans la formation des professionnels. Toutefois, pour prévenir ce type de drame, il est fondamental de ne pas occulter une autre approche du problème : celle qui fait le pari sur le relationnel, l’humain. Il s’agit bien là d’un pari au regard de la complexité de l’affaire : dans ce cadre en effet, la solution ne se trouve pas à l’extérieur de nous, dans la mise en place d’outils techniques ou de procédures. Elle enjoint chacun d’entre nous à s’interroger sur nos propres préjugés qui ne manquent pas de s’immiscer dans la relation de soin ou plus largement, dans notre relation à l’autre qu’il soit en détresse ou non. Cette réflexivité individuelle peut être pensée comme un pendant utile à l’action collective.


[1] https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/apres-laffaire-musenga-un-nouveau-diplome-pour-les-assistants-de-regulation-medicale-arm-en

[2] https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/apres-laffaire-musenga-un-nouveau-diplome-pour-les-assistants-de-regulation-medicale-arm-en

[3] http://www.anfh.fr/reglementation/decret-ndeg-2019-747-du-19-juillet-2019-creation-du-diplome-d-assistant-de-regulation-medicale-arm

[4] https://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/se-former-s-installer-exercer/article/samu-centres-15-vers-une-formation-diplomante-pour-les-assistants-de-regulation

[5] https://www.sfmu.org/fr/actualites/actualites-de-l-urgences/regulation-medicale-les-organisations-d-urgentistes-demandent-la-creation-d-un-diplome-d-etat-pour-les-arm/new_id/61236

[6] https://www.francetvinfo.fr/sante/mort-de-naomi-musenga/mort-de-naomi-musenga-plus-qu-un-dysfonctionnement-selon-patrick-pelloux_2745811.html

[7] https://amp.lepoint.fr/2217433

[8] http://www.lemonde.fr/sante/article/2018/05/09/mort-de-naomi-patrick-pelloux-denonce-un-manque-de-moyens-dans-les-centres-d-appels-du-samu_5296487_1651302.html

[9] http://www.lemonde.fr/sante/article/2018/05/09/mort-de-naomi-patrick-pelloux-denonce-un-manque-de-moyens-dans-les-centres-d-appels-du-samu_5296487_1651302.html

[10] https://www.lci.fr/sante/mort-de-naomi-musenga-agnes-buzyn-denonce-un-comportement-indigne-et-une-faute-grave-samu-strasbourg-2086769.html

[11] https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/apres-laffaire-musenga-un-nouveau-diplome-pour-les-assistants-de-regulation-medicale-arm-en

[12] https://www.francetvinfo.fr/sante/mort-de-naomi-musenga/mort-de-naomi-musenga-l-operatrice-du-samu-est-effondree_2744715.html

[13] http://www.europe1.fr/societe/mort-de-naomi-que-sait-on-de-loperatrice-du-samu-qui-a-pris-lappel-3648560

[14] https://www.francetvinfo.fr/sante/mort-de-naomi-musenga/mort-de-naomi-musenga-l-operatrice-du-samu-est-effondree_2744715.html

[15] https://www.francetvinfo.fr/sante/mort-de-naomi-musenga/mort-de-naomi-musenga-l-operatrice-du-samu-est-effondree_2744715.html

[16] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/mort-de-naomi-musenga-samu-les-blagues-et-les-insultes-nous-polluent_2007537.html#fxfbWMuMWtwLakOr.01

[17] https://www.dna.fr/faits-divers/2018/05/10/nous-pouvons-tous-un-jour-etre-agaces-par-l-appel-de-trop

[18] http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/etudes-et-resultats/article/les-usagers-des-urgences-premiers-resultats-d-une-enquete-nationale

[19] Cresson G., Schweyer F-X., dir., Les usagers du système de soins », Editions ENSP, 2000

[20] https://www.ladepeche.fr/2019/08/28/un-grand-bouleversement,8380177.php

[21] https://journals.openedition.org/lectures/8416

[22]Juven P-A., Pierru F., Vincent F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.

[23] http://www.lemonde.fr/sante/article/2018/05/09/mort-de-naomi-patrick-pelloux-denonce-un-manque-de-moyens-dans-les-centres-d-appels-du-samu_5296487_1651302.html

[24] http://etudiant.lefigaro.fr/article/omerta-a-l-hopital-un-tableau-glacant-des-violences-subies-par-les-etudiants-en-sante_e6edfae2-fdbc-11e6-a4b9-7c0c24f826d2/

Méthodologie de recherche en santé

1.    Concilier recherche fondamentale et recherche impliquée : les apports d’une ethnographie réflexive

Le rapport intime du chercheur à l’objet d’étude

Ma thèse de sociologie (Morel, 2014), débute en novembre 2005 au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) après la réalisation d’un master 1 consacré aux logiques d’engagement bénévoles des secouristes de la Croix-Rouge Française – association au sein de laquelle j’exerçais des responsabilités depuis 1999 – puis d’un master 2 visant à retracer la sociogenèse des associations de secourisme et plus largement, du champ de l’urgence sanitaire en France. À la fin de l’année 2005, soit un an avant l’entrée en thèse, débute mon immersion ethnographique dans une entreprise privée de transport sanitaire située en milieu urbain.

Au fil des mois, j’intériorise la culture indigène et je découvre non sans difficulté parfois les différentes tâches de travail réalisées par ces professionnel.lle.s. Ces « épreuves ethnographiques » (Bensa et Fassin, 2008) ont fait l’objet d’un chapitre d’ouvrage intitulé « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », (Morel, 2016b). Il montre que les pratiques et discours professionnels qui encadrent la gestion du « sale boulot » (Arborio, 1995) varient selon les contextes de travail : transport sanitaire classique ou d’urgence. L’analyse des observations in situ révèle que les réactions des ambulancier.e.s aux corps pathologiques dépendent moins de la situation objective autrement dit, de l’état du corps, que du sens que l’ambulancier.e. attribue à la situation et à l’enjeu qu’elle revêt en termes de reconnaissance professionnelle. En situation d’urgence, la technicisation du corps via l’utilisation d’un dispositif médical permet en effet de revaloriser la prestation et d’échapper à l’indignité de la tâche en neutralisant le corps qui devient alors l’objet d’un rôle de soignant valorisé socialement.

 A l’aube d’entreprendre ma thèse, je postulais que mon « engagement ethnographique » (Cefaï, 2010) avec les ambulancier.e.s me donnerait toutes les chances de conduire ma recherche avec succès. Mais ce rapport subjectif à l’objet d’étude s’est révélé être une ressource à double tranchant. Loin de taire cet aspect de l’enquête, j’ai décidé au cours de l’écriture de mener une « auto-socioanalyse » (Bourdieu, 2001) en m’appuyant sur une relecture critique du journal de terrain. Ce travail placé en introduction de l’écrit final a fait l’objet d’une publication dans la rubrique « savoir-faire » de la revue Genèses (Morel, 2018b).

          Ethnographie, subjectivité et scientificité

Intitulé, « Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », cet article constitue un plaidoyer en faveur de la réhabilitation de la subjectivité comme source de connaissance scientifique. Cet article montre que les implications, perturbations ou impasses auxquelles notre subjectivité peut nous conduire sont à prendre pour objet d’analyse au même titre que la façon dont nous sommes perçus par les enquêtés. Cette posture est heuristique pour peu que le chercheur adopte une position d’inspiration psychanalytique en appréhendant ce qu’il considère souvent a priori comme une « erreur » qu’il préfère cacher au lecteur, comme un « lapsus » révélateur d’une réalité sociale maintenue cachée de et par lui-même. Cet essai d’auto-analyse encourage par ailleurs à ne pas seulement « faire avec » les effets subjectifs mais à « jouer avec » en entreprenant, par exemple, de faire varier sa posture sur le terrain.

Dans cet article, nous défendons l’idée que c’est à condition de penser la subjectivité et ses implications dans le processus de recherche qu’on se donne quelques moyens supplémentaires d’objectiver notre pratique. Dans ce cadre, le reproche de subjectivité du savoir fait à l’ethnographie, et servant souvent d’argument d’autorité aux tenants de la science dite « dure » pour affirmer sa non-scientificité, apparaît être le symptôme d’un manque de réflexivité de ses détracteurs qui, dans leurs écrits, occultent trop souvent tout ce que le résultat scientifique doit au chercheur, à sa position dans le champ scientifique et à sa trajectoire sociale. Cette réflexion méthodologique montre ainsi que la meilleure façon de parer aux reproches de non-scientificité n’est pas de nier la subjectivité, mais de lui redonner toute sa place dans la recherche scientifique.

2. Saisir les inégalités sociales devant l’urgence

Une statistique « armée » par l’ethnographie

Dans la seconde partie de ma thèse, je mobilise diverses techniques d’enquête : études des données statistiques étatiques, analyses statistiques de première main, entretiens informels et semi-directifs, observations.

S’agissant de la problématique de l’inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence, l’enquête ethnographique menée sur le terrain ambulancier trouvait ses limites. Le recours à la méthode statistique s’imposait. Construit à partir des observations d’intervention d’urgence, le questionnaire visait à retracer la trajectoire sanitaire suivie par le patient avant son arrivée aux urgences. Dans ce cadre, les données ethnographiques ont donc permis de repérer les questions et variables pertinentes pour saisir les différentes étapes de la trajectoire empruntée par les patients dans un contexte d’urgence. Le cœur de l’analyse statistique repose sur l’exploitation de 500 questionnaires répartis à part égale entre deux services d’urgence. En s’inspirant de l’expression forgée par Florence Weber qui évoque dans son article une « ethnographie armée par les statistiques » (Weber, 1995), j’évoque également ici le cas d’une « statistique armée par l’ethnographie » : les observations menées sur le terrain ambulancier ainsi que l’ethnographie des deux services d’urgences ont non seulement « armé » les résultats statistiques mais ils leur ont également donné du sens et de la chaire.

Sociologie critique de la catégorie d’« usager »

Les études statistiques sur les « usagers des urgences » ont fait l’objet d’une analyse visant à interroger les enjeux socio-politiques qui sous-tendent l’emploi du terme « usager » dans ces publications institutionnelles. Cette analyse esquissée dans la thèse fut approfondie à l’occasion d’une recherche consacrée aux pratiques d’automédication des patients sous chimiothérapie menée en collaboration avec un médecin généraliste. Elle a fait l’objet d’une communication intitulée « Usagers : une catégorie politico-administrative d’appréhension du champ sanitaire éloignée de l’univers pratique des soignants » réalisée dans le cadre du 4ème séminaire de l’Association Sciences Humaines et Santé.

L’idée de ce travail est partie d’un étonnement mutuel face à l’existence d’un décalage notoire entre l’emploi de plus en plus répandu de la catégorie d’usager dans les discours politico-administratifs et l’absence de ce terme dans les discours énoncés par les soignants. Ce travail met en évidence que cette catégorie de langage véhicule un double sens qui est loin d’être dénué ambiguïté dans son usage. Forgé dans le contexte de l’épidémie du Sida, il fait au départ référence à l’idée de « démocratie sanitaire ». Pourtant, une analyse contemporaine du contexte d’énonciation de ce terme révèle que la figure de l’usager est le plus souvent convoquée à l’occasion de discours promouvant la nécessité de rationaliser les dépenses de santé. Une collusion apparaît ainsi entre l’entrée progressive de la logique gestionnaire dans le système de soins et la diffusion de ce terme dans le champ de la santé où il s’est progressivement substitué à ceux de patient et de malade (Schweyer F-X, 2000). En ce sens, nous postulons qu’il convient d’être prudent dans l’usage de cette catégorie qui, dans certains discours, s’apparente parfois à un cheval de Troie : sous couvert de démocratie sanitaire, elle introduit, en la légitimant la logique gestionnaire dans le champ de la santé. Une logique gestionnaire qui se trouve ainsi légitimée par le vernis de la « démocratie sanitaire » (Batifoulier P. et al., 2006).

Journées d’études & Workshop

  • Morel S., La pertinence de l’organisation des soins d’urgence préhospitaliers à l’épreuve des inégalités territoriales : les enjeux contemporains de la télémédecine d’urgence, le 12 juin 2019, organisé par le CREPA (Centre régional d’étude des populations alpines) à Sembrancher (Suisse).
  • Morel S., « L’évaluation de l’innovation produite par les SHS », Table ronde avec Gérald Gaglio (Pr. de sociologie, Université de Nice), Nathalie Grandjean (MC Philosophe, Université de Namur) et Claire Lobet (Pr. de sociologie, Université de Namur). « L’évaluation de l’innovation en santé numérique », Université Catholique de Lille, le 6 juin 2019. En collaboration avec la Société Française de Télémédecine. Clôture du Diplôme Universitaire en « Santé numérique : droit, éthique et gouvernance ».
  • Morel S., « Innovation technologique en santé et transformations contemporaines du travail. Approche sociologique de la télémédecine d’urgence », Workshop du 24 mai 2019, « Les TIC en santé : regards croisés des chercheurs et des praticiens, organisé par le laboratoire Montpellier Recherche en Management (MRM- Université de Montpellier), en collaboration avec la Chaire e-santé (Université de Montpellier) et le laboratoire Lerass-Ceric (Université Paul Valéry).
  • Morel S., Cottereau V., « Comprendre la prise en charge médicale et sociale des migrants atteints du VIH : pour construire des partenariats opérants entre les professionnels de la santé et des sciences sociales », Symposium de l’ANR MIGSAN, MSHS, USR 3565, Université de Poitiers, avril 2018.
  • Matinée-débat, « Burn-out des avocats & des médecins. Du repérage à la prise en charge : Tous concernés ! », Morel S., Tonneau J-P., « Analyse sociologique des résultats du test de Maslach : apports et limites », Nantes, le 9 mars 2019.
  • Participation à la table ronde : « Les ambulanciers dans la chaîne de secours », Salon « secours-expo Paris 2017 », Paris, Porte de Versailles, 3 février 2017. 
  • Conférence-débat, « Du transporteur au soigneur. La reconfiguration du travail des ambulanciers français au cœur des enjeux de santé publique », Entreprise AGV Chantonnay, 23 septembre 2016.
  • Conférence d’ouverture de session de formation continue : « Prendre du recul sur l’urgence. Approche critique d’un culte contemporain », (Médecins psychiatres, Infirmiers, Aides-soignants), Centre hospitalier spécialisé de Blain, 9 décembre 2016.
  • Morel S., « L’accès aux soins d’urgence en France. Des filières d’accès aux soins différenciées socialement ? » Communication dans le cadre d’une demi-journée d’étude autour des « Pratiques d’accès aux soins » organisée et animée par Caroline Mazaud et Sylvie Morel. Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, le 13 février 2013.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search