Articles de valorisation scientifique

  • « Un meilleur accès aux soins d’urgence grâce aux ambulances connectées ? », Turbulances, Le magazine des ambulanciers professionnels, n°81, décembre 2017.
  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.
  • « L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence », SIH Solutions, septembre-octobre-novembre 2019, p. 54-55.

Articles académiques

Articles dans des revues scientifiques nationales à comité de lecture

Dans l’imaginaire social, l’urgence dite « médicale » n’attend pas, car il semble évident, pour tout un chacun, que « sauver des vies » ne se discute pas. Dans le cadre d’un tel consensus social, interroger les pratiques de nos « anges gardiens » ou encore de nos « héros du quotidien », selon les formules consacrées par les médias, au prisme des inégalités sociales dans l’accès aux soins relève de l’impensable. Or, ces représentations sociales dithyrambiques de l’urgence et de ses professionnels ne résistent pas à l’enquête ethnographique de longue durée  dont les résultats exposés partiellement ici invitent le lecteur à découvrir “la face cachée des urgences”. Une plongée de plusieurs années dans les coulisses de ce monde révèle en effet qu’il existe, en matière d’urgence, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette enquête montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins, qu’ils soient publics ou privés, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées  : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; une dernière enfin, une filière de « contournement » des services d’urgence. Cet article revient sur les mécanismes concrets de sélection des patients qui sont au principe de la fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence en France. On prend pour cela appui, d’une part, sur une ethnographie comparée de deux services d’urgence, l’un au sein d’un centre hospitalier universitaire, l’autre dans une clinique privée à but lucratif et, d’autre part, sur une enquête par questionnaire menée simultanément auprès de 550 patients répartis, à parts égales, entre les deux services. À travers ce terrain d’enquête, nous chercherons à mettre en évidence que les logiques de sélection des patients dans l’accès aux soins d’urgence ne se déterminent pas uniquement en fonction de la solvabilité du patient, mais aussi que le clivage entre hôpital public et clinique privée dans la manière dont s’organise ce « tri », même s’il existe, doit être nuancé.

Cet article propose une contribution à la sociologie du travail et à la sociologie des professions. L’auteure s’est livrée à une observation participante directe du quotidien des ambulanciers privés français dont le travail reste un angle mort des travaux sociologiques consacrés aux métiers de la santé. Au-delà des représentations sociales dominantes de l’ambulancier « transporteur », l’enquête révèle les multiples tâches de soins qu’il réalise et notamment, les soins techniques pratiqués dans le cadre de transports sanitaires d’urgence. En 2007, la création du diplôme d’État d’ambulancier, qui prévoit un élargissement de leur mandat sanitaire dans ce domaine, marque un tournant dans l’histoire de ce groupe professionnel. Il constitue une opportunité de satisfaire les revendications d’un segment du groupe qui cherche à conquérir le statut de spécialiste de l’urgence en s’appuyant sur l’exemple des ambulanciers paramedics européens et américains.Toutefois, en dépit de facteurs technologiques et scientifiques favorables, l’aboutissement de ce processus de segmentation reste aujourd’hui incertain au regard des obstacles internes au groupe professionnel, mais aussi des freins politiques et corporatistes qu’il rencontre.

L’ethnographie est aujourd’hui bien ancrée dans la sociologie française. Pourtant, le soupçon est toujours présent quant à la validité scientifique de ses résultats, certains critiquant leur subjectivité. Cet article, reposant sur une auto-socioanalyse, montre que non seulement les effets induits sur/par le chercheur ne sont pas un obstacle, mais qu’ils constituent un levier de connaissance scientifique en lui permettant, par exemple, de se défaire du savoir savant pour faire émerger la pertinence de certains savoirs indigènes.

  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.

Le 27 décembre 2017, Le Monde publie un article titré « Consulter un gynécologue : la grande galère », qui tire la sonnette d’alarme sur les conditions d’accès aux soins médicaux pour les femmes. S’appuyant sur les données fournies par l’Assurance-Maladie, le journaliste précise que le nombre de gynécologues médicaux a chuté de 41,6 % entre 2007 et 2017, et que s’ils sont actuellement 1 136 sur le territoire français ; ils ne pourraient être que 531 en 2025. Les conséquences de cette « pénurie » sont détaillées : allongement considérable des délais de rendez-vous, dépassement d’honoraires, renoncement aux soins. Au terme de cette liste, le journaliste prédit « une mise en danger de la santé de millions de femmes, de jeunes filles en particulier ».
En réponse à cette alerte médiatique et devant la préoccupation grandissante des femmes exprimée sur les réseaux sociaux, le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes publie un communiqué de presse le 29 décembre pour rappeler et réaffirmer publiquement le rôle primordial des sages-femmes auprès des femmes en bonne santé, et ainsi rassurer la population. Si ces publications mettent une nouvelle fois en première ligne une vieille querelle interprofessionnelle, elles posent surtout la question de la prise en charge de la santé génésique des femmes en France, organisée dans un parcours de soin dont l’efficience reste à construire.
Au travers de ce communiqué, les sages-femmes affichent leur volonté d’être reconnues et identifiées par les femmes comme un acteur de premier recours dans leur domaine de compétences qu’est la physiologie. Certains voient dans cette graduation des soins une « ubérisation » de la santé des femmes, à l’instar d’Odile Buisson en 2013. Cependant, faut-il considérer cette modification de l’offre de soin comme le signe de sa dégradation ? Et les sages-femmes comme des acteurs de santé « low cost » ? La mobilisation de cet argument des « soins dégradés » par une poignée de médecins n’est pas nouvelle dans le débat portant sur l’inégalité géographique dans l’accès aux soins. En 2012, lorsque François Hollande s’engage à « garantir pour chaque Français un accès aux soins urgents en moins de 30 minutes d’ici 2015 », le SAMU-Urgences de France, un syndicat de médecins urgentistes, avançait déjà cet argument pour justifier son refus d’une « paramédicalisation » des urgences, soit une approche qui implique de déléguer certaines compétences de soins d’urgence, considérées comme médicales en France, à des professionnels non-médecins…

  • Morel S., « Organisation des soins d’urgence : création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale », Les dossiers de l’obstétrique, n° 494, août-septembre 2019.

La création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale comme réponse politique à « l’affaire Musenga » : une solution technique qui occulte la dimension relationnelle du problème.

La mort tragique de Naomie Musenga le 29 décembre 2017 a mis sur le devant de la scène publique et médiatique, un métier jusqu’alors peu connu de la population, celui d’assistant de régulation médicale (ARM).

La jeune femme de 22 ans, traitée avec mépris par une opératrice du SAMU, avait vu sa prise en charge retardée de « près de 2 heures 20 » selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Suite à cette mise en cause publique de l’opératrice, le gouvernement a inscrit sur l’agenda politique la nécessité d’une réforme de la formation de ces professionnels afin de « sécuriser » et « renforcer la qualité la régulation médicale » au sein des SAMU-centre 15. Celle-ci s’est traduite par la publication du décret n° 2019-747 du 19 juillet 2019 définissant les contours d’une nouvelle formation qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2019.


Articles dans des revues scientifiques internationales à comité de lecture

  • Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32,https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028. [Inégalités et discriminations dans l’accès aux soins d’urgence en France : ethnographie de trois structures sanitaires et de leurs publics]

In the social imagination, there is no wait for a so-called “medical emergency,” because it seems obvious to everyone that “saving lives” is not up for discussion. In the context of such social consensus, it is unthinkable to question access to emergency healthcare through the prism of discrimination and social inequality. Yet these social representations of emergency do not withstand ethnographic inquiry. Several years spent behind the scenes in this world revealed that there do in fact exist social selection practices in the realm of emergency care in France. More specifically, this study shows that medical interests and the interests of both public and private institutions have led to the production of socially differentiated pathways of access to emergency care. The first pathway is through private, for-profit clinics, the second is through public hospitals, a third occurs by “bypassing” the emergency department, and a final one groups the non-governmental social and health assistance structures. In this article, we discuss the specific mechanisms they have for selecting patients, and show how the organization of emergency care in France contributes to reproducing or even aggravating inequalities in health and access to healthcare.

De nombreuses recherches s’accordent aujourd’hui pour montrer que les migrants constituent un groupe vulnérable, dont l’état de santé, souvent dégradé, nécessite d’être davantage étudié. En France, les migrants africains constituent à peine plus de 1% de la population et pourtant ils représentaient 38% de l’ensemble des découvertes de séropositivité en 2016. Ce constat a fait émerger de nombreuses interrogations sur les conditions d’accès aux soins des migrants subsahariens, mais également sur leurs expériences de la santé. Prenant appui sur une recherche qualitative menée auprès de 31 migrants africains séropositifs et de 44 professionnels de santé et du social les prenant en charge dans trois villes françaises, cet article vise à apporter un éclairage sur les lieux de diagnostic et les expériences de la santé des migrants subsahariens primo-arrivants en France. Les résultats soulignent des situations plurielles, tant en termes de circonstances et de lieux de diagnostic, qu’en termes de vécu et de regards portés sur le VIH-sida. Face à ce constat, l’analyse révèle et questionne un accès aux soins hétérogène et souvent limité aux patients atteints de VIH en Afrique subsaharienne.

Actes de colloque

  • Morel S., Jourdain M., « S’automédiquer sous chimiothérapie ? », Acte de colloque, Guienne V., Marquis C., David M., Fleuret S., D’Halluin E., L’automédication en question : Un bricolage socialement et territorialement situé. L’automédication en question : Un bricolage socialement et territorialement situé, May 2016, Nantes, France, 2016.

L’automédication est généralement considérée dans le sens d’une pratique « profane » visant à soigner des maux « bénins », qui ne requièrent pas l’expertise des professionnels médicaux. Un rapide panorama des études sur l’automédication montre
qu’elle reste en revanche peu étudiée dans le cadre de pathologies avérées qui engagent le pronostic fonctionnel ou vital dont le cancer fait office de paradigme. Dans ce contexte du cancer, la pratique de l’automédication garde, contrairement à d’autres maladies, une dimension de l’ordre du tabou. Pour autant, l’émergence de la cancérologie nouvellement dotée de perspectives thérapeutiques a aussi fait « naître » l’homo-médicus, individu doté de compétences d’autodiagnostic incité à devenir « acteur » de la grande entreprise d’éradication collective du cancer. Mais après le diagnostic, le soin éminemment spécialisé, technique et vital revient avant tout aux professionnels de la cancérologie. Dans ce contexte de la pathologie cancéreuse, le champ de « l’auto-soin » reste ainsi largement occulté. Et pourtant, à l’occasion d’une recherche sociologique sur les effets« secondaires » des chimiothérapies anti-cancéreuses, une enquête de terrain menée à partir d’observations de consultations en oncologie, d’entretiens auprès de patients et de données issues de la pratique de médecin généraliste, a permis de repérer l’importance des pratiques d’automédication dans la « trajectoire » de la maladie cancéreuse de certains malades. L’analyse des entretiens menée dans une perspective compréhensive et interactionniste a permis de saisir le sens et les enjeux de ce travail d’automédication. Ce sont les premiers résultats de cette analyse relative au vécu et aux pratiques d’automédication du point de vue des malades que nous soumettons dans cet article. Nous employons ici à dessein le terme de malade et non de patient car il s’agit de pratiques menées à l’initiative de celui-ci en dehors de toute prescription de la part des soignants du
cancer… …

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search