Méthodologie de recherche en santé

1.    Concilier recherche fondamentale et recherche impliquée : les apports d’une ethnographie réflexive

Le rapport intime du chercheur à l’objet d’étude

Ma thèse de sociologie (Morel, 2014), débute en novembre 2005 au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) après la réalisation d’un master 1 consacré aux logiques d’engagement bénévoles des secouristes de la Croix-Rouge Française – association au sein de laquelle j’exerçais des responsabilités depuis 1999 – puis d’un master 2 visant à retracer la sociogenèse des associations de secourisme et plus largement, du champ de l’urgence sanitaire en France. À la fin de l’année 2005, soit un an avant l’entrée en thèse, débute mon immersion ethnographique dans une entreprise privée de transport sanitaire située en milieu urbain.

Au fil des mois, j’intériorise la culture indigène et je découvre non sans difficulté parfois les différentes tâches de travail réalisées par ces professionnel.lle.s. Ces « épreuves ethnographiques » (Bensa et Fassin, 2008) ont fait l’objet d’un chapitre d’ouvrage intitulé « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », (Morel, 2016b). Il montre que les pratiques et discours professionnels qui encadrent la gestion du « sale boulot » (Arborio, 1995) varient selon les contextes de travail : transport sanitaire classique ou d’urgence. L’analyse des observations in situ révèle que les réactions des ambulancier.e.s aux corps pathologiques dépendent moins de la situation objective autrement dit, de l’état du corps, que du sens que l’ambulancier.e. attribue à la situation et à l’enjeu qu’elle revêt en termes de reconnaissance professionnelle. En situation d’urgence, la technicisation du corps via l’utilisation d’un dispositif médical permet en effet de revaloriser la prestation et d’échapper à l’indignité de la tâche en neutralisant le corps qui devient alors l’objet d’un rôle de soignant valorisé socialement.

 A l’aube d’entreprendre ma thèse, je postulais que mon « engagement ethnographique » (Cefaï, 2010) avec les ambulancier.e.s me donnerait toutes les chances de conduire ma recherche avec succès. Mais ce rapport subjectif à l’objet d’étude s’est révélé être une ressource à double tranchant. Loin de taire cet aspect de l’enquête, j’ai décidé au cours de l’écriture de mener une « auto-socioanalyse » (Bourdieu, 2001) en m’appuyant sur une relecture critique du journal de terrain. Ce travail placé en introduction de l’écrit final a fait l’objet d’une publication dans la rubrique « savoir-faire » de la revue Genèses (Morel, 2018b).

          Ethnographie, subjectivité et scientificité

Intitulé, « Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », cet article constitue un plaidoyer en faveur de la réhabilitation de la subjectivité comme source de connaissance scientifique. Cet article montre que les implications, perturbations ou impasses auxquelles notre subjectivité peut nous conduire sont à prendre pour objet d’analyse au même titre que la façon dont nous sommes perçus par les enquêtés. Cette posture est heuristique pour peu que le chercheur adopte une position d’inspiration psychanalytique en appréhendant ce qu’il considère souvent a priori comme une « erreur » qu’il préfère cacher au lecteur, comme un « lapsus » révélateur d’une réalité sociale maintenue cachée de et par lui-même. Cet essai d’auto-analyse encourage par ailleurs à ne pas seulement « faire avec » les effets subjectifs mais à « jouer avec » en entreprenant, par exemple, de faire varier sa posture sur le terrain.

Dans cet article, nous défendons l’idée que c’est à condition de penser la subjectivité et ses implications dans le processus de recherche qu’on se donne quelques moyens supplémentaires d’objectiver notre pratique. Dans ce cadre, le reproche de subjectivité du savoir fait à l’ethnographie, et servant souvent d’argument d’autorité aux tenants de la science dite « dure » pour affirmer sa non-scientificité, apparaît être le symptôme d’un manque de réflexivité de ses détracteurs qui, dans leurs écrits, occultent trop souvent tout ce que le résultat scientifique doit au chercheur, à sa position dans le champ scientifique et à sa trajectoire sociale. Cette réflexion méthodologique montre ainsi que la meilleure façon de parer aux reproches de non-scientificité n’est pas de nier la subjectivité, mais de lui redonner toute sa place dans la recherche scientifique.

2. Saisir les inégalités sociales devant l’urgence

Une statistique « armée » par l’ethnographie

Dans la seconde partie de ma thèse, je mobilise diverses techniques d’enquête : études des données statistiques étatiques, analyses statistiques de première main, entretiens informels et semi-directifs, observations.

S’agissant de la problématique de l’inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence, l’enquête ethnographique menée sur le terrain ambulancier trouvait ses limites. Le recours à la méthode statistique s’imposait. Construit à partir des observations d’intervention d’urgence, le questionnaire visait à retracer la trajectoire sanitaire suivie par le patient avant son arrivée aux urgences. Dans ce cadre, les données ethnographiques ont donc permis de repérer les questions et variables pertinentes pour saisir les différentes étapes de la trajectoire empruntée par les patients dans un contexte d’urgence. Le cœur de l’analyse statistique repose sur l’exploitation de 500 questionnaires répartis à part égale entre deux services d’urgence. En s’inspirant de l’expression forgée par Florence Weber qui évoque dans son article une « ethnographie armée par les statistiques » (Weber, 1995), j’évoque également ici le cas d’une « statistique armée par l’ethnographie » : les observations menées sur le terrain ambulancier ainsi que l’ethnographie des deux services d’urgences ont non seulement « armé » les résultats statistiques mais ils leur ont également donné du sens et de la chaire.

Sociologie critique de la catégorie d’« usager »

Les études statistiques sur les « usagers des urgences » ont fait l’objet d’une analyse visant à interroger les enjeux socio-politiques qui sous-tendent l’emploi du terme « usager » dans ces publications institutionnelles. Cette analyse esquissée dans la thèse fut approfondie à l’occasion d’une recherche consacrée aux pratiques d’automédication des patients sous chimiothérapie menée en collaboration avec un médecin généraliste. Elle a fait l’objet d’une communication intitulée « Usagers : une catégorie politico-administrative d’appréhension du champ sanitaire éloignée de l’univers pratique des soignants » réalisée dans le cadre du 4ème séminaire de l’Association Sciences Humaines et Santé.

L’idée de ce travail est partie d’un étonnement mutuel face à l’existence d’un décalage notoire entre l’emploi de plus en plus répandu de la catégorie d’usager dans les discours politico-administratifs et l’absence de ce terme dans les discours énoncés par les soignants. Ce travail met en évidence que cette catégorie de langage véhicule un double sens qui est loin d’être dénué ambiguïté dans son usage. Forgé dans le contexte de l’épidémie du Sida, il fait au départ référence à l’idée de « démocratie sanitaire ». Pourtant, une analyse contemporaine du contexte d’énonciation de ce terme révèle que la figure de l’usager est le plus souvent convoquée à l’occasion de discours promouvant la nécessité de rationaliser les dépenses de santé. Une collusion apparaît ainsi entre l’entrée progressive de la logique gestionnaire dans le système de soins et la diffusion de ce terme dans le champ de la santé où il s’est progressivement substitué à ceux de patient et de malade (Schweyer F-X, 2000). En ce sens, nous postulons qu’il convient d’être prudent dans l’usage de cette catégorie qui, dans certains discours, s’apparente parfois à un cheval de Troie : sous couvert de démocratie sanitaire, elle introduit, en la légitimant la logique gestionnaire dans le champ de la santé. Une logique gestionnaire qui se trouve ainsi légitimée par le vernis de la « démocratie sanitaire » (Batifoulier P. et al., 2006).

Enseignements

2020-2022

Tout en poursuivant la plupart des enseignements des années précédentes, j’enseigne à l’UFR de sociologie et de médecine au titre de Maîtresse de conférences de l’Université de Nantes depuis 2020 :

  • Les méthodes d’enquêtes (L1 sociologie et les PASS Santé)
  • L’articulation Santé, travail et politique dans le cadre des M1 et M2 Santé et conditions de travail
  • La méthodologie de l’observation  : comment observer le genre? (L2)
  • L’introduction au travail universitaire et l’expression écrite et orale (L1)
  • Un auteur, une œuvre : Michel Foucault

2019-2020

  • Méthodologie de la recherche qualitative en santé (30 heures) dans le cadre du master 2 Santé publique « Méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins » (28h), Faculté de médecine des Universités de Rennes 1 et de Nantes. Coordonné par le Pr Jean-François Viel, épidémiologiste, Faculté de médecine Université Rennes 1 et le Pr. Leila Moret, Professeur de santé publique Université de Nantes – Praticien hospitalier. Chef du PHU 11 santé publique et santé au travail CHU de Nantes.
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.
  • TD Sociologie de l’organisation sanitaire, des professions de santé et du corps (18 heures), Licence 2, Ecole de Sage-Femme, Faculté de Médecine, Université de Nantes
  •  Sociologie des discriminations sexistes et LGBTphobes, Master Genre-Parcours Corps et biopolitique, UE Discrimination, Cours introductif, Accès aux droits et effectivité du droit (CM 2h ; TD 4h), Laboratoire droit et changement social (UMR 6297), Université de Nantes.
  • CM “Santé des migrants” (12 heures). Licence professionnelle, IUT Angers.
  • TD “L’enquête par questionnaire” (70 heures). Licence 2 de sociologie. Université Catholique de l’Ouest (UCO)
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.

2018-2019     

  • Méthodologie de la recherche qualitative en santé (30 heures) dans le cadre du master 2 Santé publique « Méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins » (28h), Faculté de médecine des Universités de Rennes 1 et de Nantes. Coordonné par le Pr Jean-François Viel, épidémiologiste, Faculté de médecine Université Rennes 1 et le Pr. Leila Moret, Professeur de santé publique Université de Nantes – Praticien hospitalier. Chef du PHU 11 santé publique et santé au travail CHU de Nantes.
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.
  • TD Sociologie de l’organisation sanitaire, des professions de santé et du corps (18 heures), Licence 2, Ecole de Sage-Femme, Faculté de Médecine, Université de Nantes
  • Sociologie des organisations sanitaires, Université Paris Dauphine « Economie et gestion des établissements de santé » (dir. B. Fermon), Sociologie de l’organisation sanitaire (4 demie-journées CM), Institut de Formation des Cadres de Santé (IFPS) à Nantes.  
  •  Sociologie des discriminations sexistes et LGBTphobes, Master Genre-Parcours Corps et biopolitique, UE Discrimination, Cours introductif, Accès aux droits et effectivité du droit (CM 2h ; TD 4h), Laboratoire droit et changement social (UMR 6297), Université de Nantes.

2017-2019     

Cours de Socio-anthropologie de la santé ; Méthodologie de la recherche qualitative en santé

  • Licence 3 Sociologie, « Santé et sciences sociales », CENS (UMR 6025), Université de Nantes (CM, 12h).

2016-2019     

Socio-anthropologie de la santé ; Méthodologie de la recherche la recherche qualitative en santé

  • Licence 1, Ecole de sages-femmes, Université de Nantes. Sociologie du corps, de l’institution hospitalière et des professions de santé. Sociologie de l’urgence (TD, 9h).
  • L2, Module recherche Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), Université de Nantes (CM, 15h)
  • L3, Module recherche en santé IFSI-IFAS de Saint-Nazaire (CM, 15h)
  • L3, Intervention Institut de formation des professionnels de santé (IFPS) : « L’accès aux soins à l’épreuve des précarités. Approche socio-anthropologique », (CM, 4h), La Roche sur Yon.

2013-2016     

Sociologie de la santé ; Méthodologie de la recherche qualitative en santé

  • Enseignant formateur IFSI (30h) et IFAS de Saint-Nazaire (7h); Construction du module recherche ; IFPS (12h) et formation continue d’aide-soignante de la Roche-sur-Yon (formation Assistant de Soins en Gérontologie;
  • Journée « interprofessionnelles » AMP-AS-ASV-Infirmiers ; IFSI de St Jean de Mont (24h) ;
  • Enseignant formateur à l’école de sages-femmes du CHU de Nantes.
  • (2015) Centre Interculturel de documentation de Nantes, formation (12h00) aides à domicile.

2010-1013     

Sociologie de la santé

  • Enseignant formateur IFSI St Nazaire (24h); IFPS de la Roche-sur-Yon (12h); IFSI de St Jean de Mont (24h).

2008-2009     

Méthodologie des sciences sociales

  • Enseignant formateur à l’ESMS (École Supérieure des Métiers du Social) de la Roche-sur-Yon (9h)

 Sociologie de la santé (Inégalités sociales de santé ; accès aux soins)

  • Enseignant formateur à l’ESMS (École Supérieure des Métiers du Social) de la Roche-sur-Yon (6h).

Colloques internationaux et nationaux

  • (A venir) Morel S., Cottereau V., Partir pour vivre et/ou survivre. Parcours migratoires des migrants primo-arrivants atteints de VIH et/ou d’hépatites, dans le cadre du colloque CENS-AISLF « Penser les frontières, passer les frontières », Nantes 12-14 décembre 2019
  • Morel S., Usages des outils connectés & mutations du travail des professionnels de l’urgence sanitaire. Approche sociologique de la télémédecine d’urgence, Congress of the Swiss Sociological Association 2019, « The Future of Work », September 10-12, 2019, University of Neuchâtel.
  • Cottereau V., Marche H., Morel S., « L’expérience du VIH et l’éthique soignante à l’épreuve des trajectoires de soins des patients primo-arrivants », Colloque « La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives, organisé par le CERMES 3, les 3-4 octobre 2019, Paris.
  • Morel S., Cottereau V., « Trajectoires de soins et expériences de la maladie des migrants primo-arrivants atteints du VIH-sida », Colloque international « Les sciences humaines et sociales à l’épreuve du terrain. Logique d’enquête, approches narratives, et dynamiques coopératives depuis l’Ecole de Chicago ». Organisé par les équipes « Education, Ethique, Santé » (EES-EA7505) et CITERES-COST (UMR 7324), Université de Tours, 15-17 novembre 2018.

  • Morel S, « Défaire le savoir savant pour faire avec les savoirs indigènes », Biennales d’ethnographie, EHESS, Paris, 4-5 octobre 2018.
  • Jourdain M., Morel S. « S’automédiquer sous chimiothérapie ? », Colloque international AUTOMED, L’automédication en question. Un bricolage socialement et territorialement situé, 11-12-13 mai 2016, Université de Nantes, CENS (FRE 3706), avec actes, <hal-01380350>, 12 octobre 2017.    
  • Jourdain M., Morel S., « Pharmacologues et sociologues : la fécondité d’une union improbable », présentation d’un poster scientifique, Congrès du Cancéropôle Grand Ouest, Sables d’Olonne, 17 juin 2016.
  • Morel S., « La construction médicale d’un problème de santé publique : l’inégalité géographique dans l’accès aux soins d’urgence en France », Colloque international, Croisades privées et problèmes publics. L’héritage sociologique de Joseph Gusfield, Université Paris-Dauphine et EHESS, Paris, 23-24 novembre 2015.
  • Morel S., « Quand la sociologue endosse l’uniforme d’ambulancière ! L’engagement ethnographique comme voie privilégiée d’objectivation des formes invisibles et souterraines d’engagement professionnel », Colloque international, CRAPE – Sciences Po Rennes, « Saisir l’engagement improbable dans sa routine professionnelle », 8-9 octobre 2015.
  • Morel S., « Sociologie d’une ambulancière doctorante. Un nécessaire retour réflexif pour saisir les impensés d’une enquête », Colloque national « Aux marges de l’enquête. Retour sur les matériaux mis au placard », 1er et 2 octobre 2015, Faculté de sociologie de Nantes, CENS FRE 3706.
  • Mazaud C., Morel S., « Faire la preuve : Les dispositifs de formation et les jeunes face à l’évaluation », Journée Conférences-débats « Forger des attitudes, disposer les jeunes à l’emploi », le 17 septembre 2013, Centre des expositions de Nantes Métropole. 
  • Morel S., « Ethnographie de travailleurs invisibles : les ambulanciers privés ». 5ème Congrès de l’AFS, Nantes, 2-5 septembre 2013. Réseau thématique 17, « Gestion politique du corps et des populations » : La fabrique du tolérable. Corps difficiles et maîtrise émotionnelle du « sale boulot ». Responsables : Raveneau G. (Université Paris Ouest Nanterre, LESC, CERSM) ; Taïeb E., (IEP de Grenoble, PACTE) ; Memmi D., (CSU-CNRS, MSH-Paris Nord).
  • Morel S., « Lutter contre la mort violente : l’exemple de la politique d’urgence sanitaire au 20ème siècle ». Journées Guépin sur le thème de « La mort ». Colloque organisé par l’Équipe de Recherche en santé, l’ERSSCa (Équipe de recherche en sciences sociales appliquées à la cancérologie) sous la direction de Gérard Dabouis. Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, les 19 et 20 mai 2008, Nantes.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search