« Capitaliser » sur la crise ? Essai d’analyse critique sur les usages politiques de la pandémie en France

Dans un article précédent intitulé « Quand le système de soins choisit ses morts », je revenais sur les discours prononcés par E. Macron les 12 et 26 mars, sur l’hôpital public. Au regard de l’ampleur de la crise sanitaire, le Président de la République avait semblé un instant remettre en question la politique d’austérité budgétaire en réaffirmant le 12 mars, l’importance de l’hôpital public, précisant même qu’il est des biens et des services qui doivent êtes placés en dehors des lois du marché. Cependant, le 26 mars, les mots employés par E. Macron dans un discours prononcé devant l’hôpital militaire récemment installé à Mulhouse, indiquaient que cette politique était nullement remise en question : les termes « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » ainsi que « prime exceptionnelle » destinée aux soignant.e.s, puisaient dans la « novlangue managériale ». Par ailleurs, il ne répondait pas aux revendications fortes des soignant.e.s à savoir, plus de moyens matériels (la réouverture de lits, l’augmentation de l’ONDAM[1], etc.) et humains (recrutements pérennes de personnels médical et médico-social, hause des salaires de 300 euros[2]), ces derniers ayant été réduits dans les services. Cette configuration sémantique montrait que la promesse faite par E. Macron d’une « rupture » apparaissait plus que trompeuse : l’objectif présidentiel était moins de sauver l’hôpital que de « sauver le capitalisme sanitaire » comme l’ont par la suite révélé les propos du directeur de l’ARS Grand-Est sur la poursuite des plans de restructuration, ainsi que les premières ébauches du plan élaboré par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) à la demande du Président dont Mediapart s’est fait l’écho le 1er avril :

« Privatisation rampante au travers de sulfureux partenariats public-privé (PPP), marchandisation accélérée de la santé : voilà un plan qui tourne le dos aux valeurs de l’Etat-Providence. Si l’on en croit les critiques que nous avons recueillies auprès de plusieurs experts de l’économie de la santé ou de l’hôpital, ce plan pourrait même attiser de violentes polémiques dans le pays, tant il contredit la posture prise par le chef de l’Etat depuis le début de la pandémie ».

 Les discours tenus les jours suivants par certains journalistes bien connus des médias, allaient dans ce sens.

Une logique gestionnaire qui se nourrit de ses propres dysfonctionnements ?

Le 5 avril, sur BFMTV Christophe Barbier intervient comme chaque jour (ou presque) pour livrer son analyse du moment concernant la crise sanitaire. Ce soir-là, il précise que l’Etat met beaucoup de deniers publics dans la santé mais que « visiblement ça n’arrive pas au bout[1]  ». Il poursuit son raisonnement en précisant qu’il y a un « problème de gestion » et que par conséquent, « les Français devront accepter de payer davantage pour leur santé ». Il cite pour exemple, les déremboursements. Le même jour, Yves Calvi qui a présenté ses excuses depuis, dénonce la « pleurniche permanente hospitalière » soutenant ses propos par son expérience de journaliste : « Présentez cette émission et vous verrez ! ». Fermez le ban. Pour ces deux journalistes, le problème de l’hôpital réside non pas dans un manque de moyens mais dans un défaut d’organisation. Cet argumentaire n’est pas sans rappeler celui des promoteurs de la doxa néomanagériale analysé par Fanny Vincent, Pierre-André Juven et Frédéric Pierru, auteur.e.s de « la casse du siècle ». Dans cet ouvrage, ils démontrent que le nouveau management public repose précisément sur une rhétorique argumentative définissant la « crise hospitalière » en termes d’organisation et non de moyens qu’il s’agit dès lors non pas d’augmenter mais de rationaliser à partir d’outils et d’indicateurs de performance.

Pendant ce temps, loin des plateaux télévisés et face à la pénurie de moyens, des milliers de soignant.e.s sont contraints d’inventer des solutions voire même, de bricoler pour assurer l’accès aux soins des Français. Quels sont ces bricolages ? On peut citer pour exemples, les faits suivants :

  • Face au manque de gel, le personnel hospitalier s’est organisé dans certains endroits pour fabriquer lui-même le produit allant jusqu’à rechercher l’un de ses composants, l’eau oxygénée, dans les magasins situés aux alentours de l’hôpital.
  • Des surblouses ont été fabriquées à partir de sacs poubelles. Parallèlement, dans certains CHU, des Agences Régionales de Santé faisaient passer une note aux soignant.e.s expliquant l’inutilité des surblouses, considérées désormais comme un vecteur de virus. Parallèlement, la direction de l’APHP donnait pour consigne aux soignant.e.s de ne plus jeter les pyjamas de blocs et les surblouses pour les laver et les réutiliser. Des consignes jugées ineptes par les professionnel.le.s de santé.
  • Dans certains hôpitaux, il a été demandé aux professionnel.le.s de la blanchisserie de fabriquer des masques à partir du papier de stérilisation[2].
  • Face au manque de lits de réanimation, les professionnel.le.s de santé ont réorganisé les services hospitaliers, formés des soignant.e.s sur le tas à certains gestes techniques de réanimation, redéployés des effectifs. Simultanément, des transferts médicalisés de patients ont été organisés entre régions et entre pays.

Sur ce dernier point, il est intéressant de noter l’intense médiatisation de la mise en place des « TGV sanitaires » et leur instrumentalisation politique. En effet, ils ont été l’occasion pour le gouvernement de souligner à maintes reprise « l’excellence médicale française » faisant presque oublier que ces transferts présentés comme des « innovations » (techniques, scientifiques, organisationnelles) étaient dus à une pénurie de lits de réanimation.  Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, le rappelle, dans une interview en direct sur BFM TV le 29 mars à 19h40 :

« Si nous avions été au même niveau que l’Allemagne en nombre de lits rapporté à la population, nous serions partis en guerre avec dix mille lits au lieu de cinq mille […]  Et on aurait évité ces transferts en TGV que l’on conteste fortement. C’est mobiliser des moyens énormes pour transporter peu de patients. […] On préférerait que le matériel et le personnel soient concentrés sur l’Île-de-France pour éviter ces transferts qui sont très chronophages, qui mobilisent du personnel. » 

A cette occasion, Christophe Prudhomme souligne aussi les limites des transferts médicalisés précisant que d’un point de vue médical, ils sont peu recommandés pour les patients intubés. Selon lui, il aurait été préférable de transporter le matériel plutôt que des patients. Dès lors, le discours politique de l’excellence médicale française, de l’innovation technique et scientifique, peut être considéré comme une stratégie de communication visant à masquer la faiblesse française en matière de lits de réanimation. Plus généralement, une attention particulière aux mots employés par les membres du gouvernement permet de repérer que le discours de l’innovation technique et scientifique a été au cœur de la communication politique durant la pandémie. En effet, pour ne prendre que cet exemple, les bricolages réalisés par les soignant.e.s face au manque de gel hydroalcoolique, de surblouses, de masques, de lits de réanimation, etc., ont à plusieurs reprises été qualifiés d’« innovations ». En somme, bricoler ou inventer, c’est innover ! Comme le soulignent néanmoins Ivan Sainsaulieu et Arnaud Saint-Martin dans leur ouvrage collectif L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies (2017), les politiques hospitalières dictées par le New Public Management s’accommodent aisément du discours de l’innovation. À travers le leitmotiv de l’innovation, la logique gestionnaire cherche ainsi à se nourrir des dysfonctionnements qu’elle a engendré[3] et qui ont contraint les soignant.e.s à se soumettre à un impératif politique néolibéral analysé par la philosophe Barbara Stiegler : « Il faut s’adapter » (2019).

Quel avenir pour l’hôpital après Covid-19 ?

Les éléments d’analyse exposés précédemment suggèrent que dans les mois à venir, la mobilité des soignant.e.s d’un service à un autre ou d’une région à une autre, cette solidarité, bien réelle, sera utilisée par les promoteurs du New Public Management pour nourrir leur argumentaire (manque d’organisation et non de moyens) et justifier l’accélération de la politique néomanagériale.

A cet égard, l’exemple de la psychiatrie est intéressant. En effet, durant le confinement, la réorganisation des soins psychiatriques est passée pour l’essentiel, par le numérique : les consultations en Centre médico psychologique étant interdites, les professionnel.le.s ont été contraint de « s’adapter » en menant des consultations par téléphone (téléconsultations ?). Par ailleurs, dans une note relative au « déconfinement et reprogrammations en psychiatrie », envoyée le 5 mai aux professionnel.le.s d’un Centre Hospitalier Universitaire, plusieurs grands principes sont énoncés parmi lesquels :

« Capitalisation de la période de confinement total, notamment de la mise en place d’outils nouveaux (entretiens téléphoniques, téléconsultation, outils de gestion de crise…) »

Au fil de la lecture, il apparaît qu’au nom du risque d’une seconde vague, les professionnel.le.s de la psychiatrie doivent pérenniser les (ré)organisations « exceptionnelles » mises en place durant la pandémie. Il s’agit, pour reprendre les termes employés, de « capitaliser » sur la crise sanitaire qui pourrait bien servir ici de prétexte à l’accélération du virage numérique (« innovations numériques ») dans le secteur de la psychiatrie. Dans un article publié le 24 avril dans Charlie Hebdo, Yann Diener, psychanalyste, s’inquiétait en effet de l’accélération du virage numérique et de ses conséquences dans le secteur de la psychiatrie après la pandémie :

« Il se trouve que les ARS avaient déjà commencé, ces dernières années, à promouvoir la téléconsultation en psychiatrie, qui, dans la logique d’un gestionnaire loin du terrain, permettrait de réduire de beaucoup les coûts de fonctionnement des institutions. C’est ce que le ministère de la Santé appelle « le virage inclusif », une formule de la novlangue pour dire « soignez-vous chez vous ». L’actuelle catastrophe sanitaire accélère à fond les ballons ce virage à 180 degrés ».

La lecture de la littérature en sciences humaines et sociales sur l’innovation et les Science and Technology Studies enseigne que l’analyse du contexte politique (européen et français) permet de repérer que le discours de l’innovation mobilisé par les gestionnaires et les promoteurs de la télémédecine est apparu simultanément au discours de la « crise du système de santé » qui doit d’une part, faire face à de multiples défis de santé publique et d’autre part, réduire les dépenses publiques en rationalisant l’offre de soins et en modernisant-restructurant l’organisation hospitalière (Carré, D., Lacroix, J-G., 1999). Pour Anne-Briac Bili, auteure d’une thèse de sociologie consacrée à la télémédecine, « il ne s’agit pas d’une rencontre fortuite entre les deux catégories de discours, mais d’un arrimage stratégique qui offre à la première (discours sur la télémédecine) de construire en partie son argumentation de légitimation sur les bases de la seconde (discours sur la crise) » (Bili, 2012 : 142).Selon ce référentiel politique, le « virage ambulatoire » encouragé par une volonté de maîtrise des dépenses de santé, trouverait sa résolution dans le « virage numérique ».

Enfin, au-delà de la psychiatrie, les professionnel.le.s de santé ont fait part de leurs inquiétudes concernant le retour après l’épidémie d’un « réflexe gestionnaire » au sein de leur hôpital. Les propos tenus par le Professeur Agnès Hartmann quelques jours avant le déconfinement en témoignent :

« Depuis cinq jours, on vit d’un seul coup une espèce de douche froide. Les patients atteints du Covid sont partis de mon bâtiment et on voie réapparaître des vieux réflexes de la direction gestionnaire. On a à nouveau des tableaux Excel, on nous calcule notre activité sur mars-avril et évidemment comme on était pas du tout comme d’habitude, on nous pointe qu’on est en négatif. C’est quand même un truc incroyable sur mars-avril de nous dire que notre activité a diminué. On commence à compter les lits vides et les plannings. On devient à nouveau obsessionnel des plannings. Donc on est en effet très préoccupés parce qu’il y a beaucoup de gens qui sont arrivés, qui aimeraient rester à l’hôpital public et là, on a d’un seul coup l’impression que ça bascule, comme si les gestionnaires alors soit ils ont reçu d’autres directives et ça serait assez inquiétant, soit ils ont repris leurs vieux réflexes parce qu’ils savent pas faire autrement mais enfin, il y a quelque chose qui nous préoccupe ».

Au regard de ces éléments, nous pouvons penser que le gouvernement va non seulement poursuivre la politique gestionnaire au sein des hôpitaux publics, mais il va « capitaliser sur la crise » pour la renforcer. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’à peine l’hôpital vidé de ses « patients Covid », les soignant.e.s ont décidé de retourner sur un autre front : celui de la mobilisation pour l’hôpital public.

A lire aussi, le témoignage d’une infirmière travaillant dans un service d’urgence du 93 : https://acta.zone/on-na-pas-fait-une-medecine-de-guerre-on-a-fait-une-medecine-de-penurie/ 

Références

Bili, A-B., 2012. « La place de la télémédecine à domicile dans l’organisation du système de

santé en France », Thèse de Sociologie. Université Rennes 2.

Carré, D., Lacroix, J-G., 1999. « Virage ambulatoire et autoroutes de l’information dans le secteur de la santé », Sciences de la société, n°47, pp. 23-41.

Juven, P-A., Pierru, F., Vincent, F., 2019.  La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.

Sainsaulieu, I., Saint-Martin, A. (dir), 2017. L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies, Éditions du croquant.

Stiegler, B., 2019. Il faut s’adapter». Sur un nouvel impératif politique, Collection NRF Essais, Gallimard

Pour aller plus loin :

Bellahsen M., Knaebel, R., La révolte de la psychiatrie. Les ripostes à la catastrophe gestionnaire, La Découverte, 2020.

Diener, Y. On agite un enfant. L’Etat, les psychothérapeutes et les psychotropes, La Fabrique, 2011.

 


[1] Ses propos ont été consigné sur un carnet de terrain (outil du sociologue) tenu à l’occasion de l’épidémie.

[2] L’ampleur des débats autour de la pénurie de masque pourrait faire l’objet d’un article à lui seul. Le non plafonnement du prix des masques en tissus est d’ailleurs justifié au nom de l’innovation qu’il ne faudrait pas « décourager » (voir, ici). Par ailleurs, la pénurie de masque a suscité un grand élan de solidarité mettant en avant une profession (couturière) et/ou une activité domestique (couture) souvent conjuguée au féminin et habituellement invisible et jugée peu utile.  

[3] Sur ce point, voire l’analyse menée par Fanny Vincent dans « la casse du siècle », 2019.

 


[1] Objectif national des dépenses d’assurance maladie

[2] Pour ne prendre que cet exemple, les salaires infirmiers en France sont au 28ème rang des 32 pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Enseignements

2020-2022

Tout en poursuivant la plupart des enseignements des années précédentes, j’enseigne à l’UFR de sociologie et de médecine au titre de Maîtresse de conférences de l’Université de Nantes depuis 2020 :

  • Les méthodes d’enquêtes (L1 sociologie et les PASS Santé)
  • L’articulation Santé, travail et politique dans le cadre des M1 et M2 Santé et conditions de travail
  • La méthodologie de l’observation  : comment observer le genre? (L2)
  • L’introduction au travail universitaire et l’expression écrite et orale (L1)
  • Un auteur, une œuvre : Michel Foucault

2019-2020

  • Méthodologie de la recherche qualitative en santé (30 heures) dans le cadre du master 2 Santé publique « Méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins » (28h), Faculté de médecine des Universités de Rennes 1 et de Nantes. Coordonné par le Pr Jean-François Viel, épidémiologiste, Faculté de médecine Université Rennes 1 et le Pr. Leila Moret, Professeur de santé publique Université de Nantes – Praticien hospitalier. Chef du PHU 11 santé publique et santé au travail CHU de Nantes.
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.
  • TD Sociologie de l’organisation sanitaire, des professions de santé et du corps (18 heures), Licence 2, Ecole de Sage-Femme, Faculté de Médecine, Université de Nantes
  •  Sociologie des discriminations sexistes et LGBTphobes, Master Genre-Parcours Corps et biopolitique, UE Discrimination, Cours introductif, Accès aux droits et effectivité du droit (CM 2h ; TD 4h), Laboratoire droit et changement social (UMR 6297), Université de Nantes.
  • CM “Santé des migrants” (12 heures). Licence professionnelle, IUT Angers.
  • TD “L’enquête par questionnaire” (70 heures). Licence 2 de sociologie. Université Catholique de l’Ouest (UCO)
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.

2018-2019     

  • Méthodologie de la recherche qualitative en santé (30 heures) dans le cadre du master 2 Santé publique « Méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins » (28h), Faculté de médecine des Universités de Rennes 1 et de Nantes. Coordonné par le Pr Jean-François Viel, épidémiologiste, Faculté de médecine Université Rennes 1 et le Pr. Leila Moret, Professeur de santé publique Université de Nantes – Praticien hospitalier. Chef du PHU 11 santé publique et santé au travail CHU de Nantes.
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.
  • TD Sociologie de l’organisation sanitaire, des professions de santé et du corps (18 heures), Licence 2, Ecole de Sage-Femme, Faculté de Médecine, Université de Nantes
  • Sociologie des organisations sanitaires, Université Paris Dauphine « Economie et gestion des établissements de santé » (dir. B. Fermon), Sociologie de l’organisation sanitaire (4 demie-journées CM), Institut de Formation des Cadres de Santé (IFPS) à Nantes.  
  •  Sociologie des discriminations sexistes et LGBTphobes, Master Genre-Parcours Corps et biopolitique, UE Discrimination, Cours introductif, Accès aux droits et effectivité du droit (CM 2h ; TD 4h), Laboratoire droit et changement social (UMR 6297), Université de Nantes.

2017-2019     

Cours de Socio-anthropologie de la santé ; Méthodologie de la recherche qualitative en santé

  • Licence 3 Sociologie, « Santé et sciences sociales », CENS (UMR 6025), Université de Nantes (CM, 12h).

2016-2019     

Socio-anthropologie de la santé ; Méthodologie de la recherche la recherche qualitative en santé

  • Licence 1, Ecole de sages-femmes, Université de Nantes. Sociologie du corps, de l’institution hospitalière et des professions de santé. Sociologie de l’urgence (TD, 9h).
  • L2, Module recherche Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), Université de Nantes (CM, 15h)
  • L3, Module recherche en santé IFSI-IFAS de Saint-Nazaire (CM, 15h)
  • L3, Intervention Institut de formation des professionnels de santé (IFPS) : « L’accès aux soins à l’épreuve des précarités. Approche socio-anthropologique », (CM, 4h), La Roche sur Yon.

2013-2016     

Sociologie de la santé ; Méthodologie de la recherche qualitative en santé

  • Enseignant formateur IFSI (30h) et IFAS de Saint-Nazaire (7h); Construction du module recherche ; IFPS (12h) et formation continue d’aide-soignante de la Roche-sur-Yon (formation Assistant de Soins en Gérontologie;
  • Journée « interprofessionnelles » AMP-AS-ASV-Infirmiers ; IFSI de St Jean de Mont (24h) ;
  • Enseignant formateur à l’école de sages-femmes du CHU de Nantes.
  • (2015) Centre Interculturel de documentation de Nantes, formation (12h00) aides à domicile.

2010-1013     

Sociologie de la santé

  • Enseignant formateur IFSI St Nazaire (24h); IFPS de la Roche-sur-Yon (12h); IFSI de St Jean de Mont (24h).

2008-2009     

Méthodologie des sciences sociales

  • Enseignant formateur à l’ESMS (École Supérieure des Métiers du Social) de la Roche-sur-Yon (9h)

 Sociologie de la santé (Inégalités sociales de santé ; accès aux soins)

  • Enseignant formateur à l’ESMS (École Supérieure des Métiers du Social) de la Roche-sur-Yon (6h).

Rapports de recherche

  • Cottereau V., Morel S., « Expériences et trajectoires de santé des migrants primo-arrivants atteints de maladies chroniques (VIH et Hépatites) », Rapport ANR MIGSAN (programme JC-JC 2016-2019 ; ESO, Université Rennes 2, UMR 6590).
  • Hardy A-C., dir., « Etude sociologique des dynamiques de qualification et de gestion des EI médicamenteux. Focus sur la médecine générale et l’oncologie », rapport final INCa, ANSM, mars 2018, 142p.

Chapitres et comptes-rendus d’ouvrages

Contributions à des ouvrages collectifs

  • « Lutter contre la mort violente : l’exemple de la politique d’urgence sanitaire au 20ème siècle », In : Dabouis G. dir., La mort, L’Harmattan, Coll. Logiques sociales, 2010, pp. 97-108.

En l’espace de quelques décennies les rapports collectifs à la mort ont évolué à tel point que lutter contre la mort, “sauver la vie” des personnes en situation de détresse sanitaire constituent aujourd’hui une exigence et un droit revendiqué par la population. La multiplication du nombre de plaintes ces dernières années à l’encontre des professionnels de l’urgence sanitaire en témoigne, selon un processus maintenant bien repéré…

  • Mazaud C., Morel S., « Faire la preuve : les organismes de formation et les jeunes face à l’évaluation », in Denecheau B., Houdeville G., Mazaud C., dir., A l’école de l’autonomie. Epreuves et enjeux des dispositifs de deuxième chance, L’Harmattan, 2015. 

Les organismes de formation que nous avons enquêtés s’adressent à des jeunes peu ou pas qualifiés et proposent des « actions d’orientation » pensées comme une première étape avant le passage en formation qualifiante. Leur public, des jeunes sortis du système scolaire sans diplôme et considérés comme éloignés de l’emploi, cumule un certain nombre d’« handicaps » sociaux qui sont autant de freins à l’emploi qu’il convient de lever. Outre le travail sur leur projet professionnel, les jeunes bénéficiaires de ces actions profitent d’un accompagnement socioéducatif censé les aider à résoudre leurs problèmes personnels et leur « ouvrir l’esprit ». Ces jeunes, a priori fortement démunis de ressources ou capitaux culturels, doivent se soumettre à une sélection à l’entrée et manifester leur motivation et leur capacité à suivre la formation dans sa totalité. Toutes les actions de formation observées s’organisent en effet de la même façon : les jeunes orientés vers les actions doivent impérativement assister à une réunion d’information collective suivie d’un entretien individuel. Ces deux étapes constituent, pour les organismes de formation, des occasions de rappeler que l’inscription n’est pas automatique et, in fine, d’opérer une sélection des candidats en vérifiant l’adéquation de leur profil et de leurs ambitions aux contenus et aux objectifs de l’action. Afin de comprendre les contraintes qui pèsent sur les organismes de formation, nous analyserons comment, en amont de l’accueil du public, se construit l’offre de formation. À quel cahier des charges doivent-ils se soumettre et selon quel calendrier ? Quelles preuves doivent-ils apporter à leurs commanditaires et évaluateurs et en quoi cela peut-il structurer leurs pratiques ? Dans un second temps, nous observerons comment ces contraintes institutionnelles se traduisent dans la sélection du public à l’entrée. Les modalités de prescription puis de recrutement nous éclaireront sur la manière dont sont effectivement constitués les groupes qui intègrent ces actions et selon quels critères. …

  • « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », in Memmi D, Raveneau G., Taïeb E., dir., Le social à l’épreuve du dégoût, PUR, le Sens Social, 2016, pp. 151-162.

Les ambulanciers privés sont socialement mandatés pour transporter des corps “souffrant” portant les stigmates d’une maladie, de la vieillesse ou d’un accident, allant parfois jusqu’à inspirer du dégoût. En tant que professionnels, ils doivent malgré tout “garder la face” et “faire avec” pour mener à bien la tâche qui leur est assignée. Qu’est-ce que ces corps pathologiques et les stigmates associés à leur administration « font » aux ambulanciers qui y sont confrontés ? De quels procédés usent-ils pour traiter ces corps “difficiles” habituellement soustraits à la vue du public ? Enfin qu’est-ce qui détermine les pratiques des ambulanciers en la matière ? Les multiples matériaux collectés lors d’une enquête ethnographique réalisée durant près de sept ans en immersion dans ce monde professionnel permettent d’esquisser quelques éléments de réponse et des pistes de réflexions relatives à la notion de dégoût, au cœur du présent ouvrage. Notre propos est organisé en deux volets : après avoir étudié les différents procédés habituels de mise à distance des corps difficiles utilisés par ces travailleurs (pratiques normalisées et “ruses” professionnelles), nous nous attacherons aux situations de confrontation au dégoût lorsque l’évitement n’a pas été possible. Quelles réponses apportent alors les ambulanciers à ces situations spécifiques ? L’observation des réactions de dégoût dans des contextes variés (transports “classiques” ou “urgences”) montrera alors que les pratiques et les discours qui encadrent la gestion de ce “sale boulot” dépendent moins de l’état objectif du corps, voire du seuil de répulsion physique du travailleur, que du sens que celui-ci attribue à la situation et de l’enjeu qu’elle revêt pour lui, en terme de reconnaissance socio-professionnelle.

Comptes-rendus d’ouvrages

  • Sociologie du Travail, 59 (4), 2017, note de lecture de R. Pudal, Retour de flammes : les pompiers, des héros fatigués ? La Découverte, 2016.  

Romain Pudal nous livre ici une analyse fine de l’univers des sapeurs-pompiers français qui repose, pour l’essentiel, sur une connaissance « par corps » d’une culture professionnelle acquise au terme de « 15 années de bottes ». À cet égard, l’auteur nous prévient dès l’introduction : « ceci n’est pas le récit d’une enquête, mais plutôt celui d’une conversion devenue au fil du temps une enquête sociologique ». L’originalité de cette enquête ethnographique, qui s’inscrit dans la tradition de l’école de Chicago et de l’interactionnisme symbolique, est de saisir, au delà de l’image du pompier dévoué et héroïque, les multiples tensions et contradictions qui traversent ce service public dont l’existence repose principalement sur le travail des volontaires (80 % des effectifs). Celles-ci portent, pour l’essentiel, sur la définition du métier et la précarisation du travail dans un contexte où, face à la crise de recrutement, la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France encourage le recours aux CDD. Les nombreuses anecdotes qui émaillent le propos donnent chair à l’ouvrage. Elles permettent à l’auteur de remporter le pari de produire une analyse stimulante et riche d’enseignements, tant pour les universitaires que pour un plus large public…

  • Réseaux, 210, vol. 39, 2018, compte-rendu de lecture de I. Sainsaulieu et A. Saint-Martin (dir.), L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies. Editions du Croquant, 2017.

Cet ouvrage collectif, fruit d’un colloque international, propose de (re)penser un phénomène social « à tiroirs », celui de l’innovation scientifique et technique contemporaine, au prisme de disciplines variées. Dans une société où le discours de l’innovation scientifique et technique est omniprésent, « sanctuarisé », cadré par les pouvoirs publics et de nombreux experts prophétisant un monde meilleur, les auteurs invitent les chercheurs à interroger l’évidence du terme d’innovation et à « reprendre le fil de l’analyse théorique et empirique des activités trop rapidement écrasées sous et par le vocabulaire aujourd’hui routinisé de l’innovation » (p.20). Il s’agit en somme de penser l’innovation à partir d’une extériorité du discours de l’innovation et c’est là que réside l’intérêt principal de l’ouvrage. Pour ce faire, les auteurs ont rassemblé de multiples contributions organisées en deux parties intitulées respectivement « l’innovation en perspectives » et « l’innovation en situation ». Les analyses critiques et généalogiques menées dans la première partie visent à dénaturaliser un terme employé tant dans le langage ordinaire que savant et dans lequel les chercheurs sont eux-mêmes pris. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de libérer ou encore d’ « immuniser le travail de recherche de l’emprise de catégories réifiantes […] et de problèmes finalement mal posés » (p.26). La seconde partie composée de huit chapitres propose une réflexion sur les usages de l’innovation à partir d’explorations embarquées qui couvrent des terrains variés. Ce panorama offre in fine au lecteur une vue d’ensemble sur les applications contemporaines de l’innovation et les interrogations qu’elles soulèvent….

  • Sciences sociales et Santé, septembre 2019, vol. 37-3, compte-rendu de lecture de Juven P-A., Pierru F., Vincent F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.

« La casse du siècle » est un ouvrage engagé comme l’annonce son titre accrocheur qui ne manque pas de rappeler le documentaire consacré à l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République : « Macron à l’Elysée. Le casse du siècle ». Le vol serait ici celui de l’hôpital public « cassé » par de multiples réformes conduites au nom d’un impératif politique néolibéral récemment analysé par la philosophe Barbara Stiegler (2019) : « Il faut s’adapter », « se réformer » soi-même. Depuis plus de trente ans, la « crise hospitalière » est définie par les gouvernements successifs comme un problème d’organisation et d’efficience. Cette grille de lecture que les trois auteurs sociologues nomment organisationnelle-gestionnaire « renvoie les professionnels hospitaliers au (vieux) monde des illusions et des « facilités » du « toujours plus » (p. 8). En contrepoint, une seconde grille de lecture appelée budgétaire est celle de nombreux professionnels de santé qui appréhendent le problème en termes de manque de moyens financiers, humains et matériels. Ils dénoncent la « politique des caisses vides » infligée à l’hôpital public et ses conséquences néfastes tant en termes de dégradation des conditions de travail que de qualité des soins. Au-delà de cette opposition, l’analyse sociologique et historique conduit selon les auteurs à plaider simultanément pour une augmentation des moyens à accorder à l’hôpital et pour la nécessité de repenser l’organisation des soins entre la ville et l’hôpital. Mais ils rappellent d’emblée qu’à rebours de la doxa néomanagériale pointant une organisation obsolète et budgétivore, le coût de l’hôpital public français est de 0,5 point de PIB inférieur à la moyenne des pays européens. Prenant appui sur des enquêtes empiriques au long cours menées par eux-mêmes ou par d’autres, ils offrent à travers cet ouvrage composé de cinq chapitres leur lecture historique et sociologique de la « crise hospitalière ».

Articles de valorisation scientifique

  • « Un meilleur accès aux soins d’urgence grâce aux ambulances connectées ? », Turbulances, Le magazine des ambulanciers professionnels, n°81, décembre 2017.
  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.
  • « L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence », SIH Solutions, septembre-octobre-novembre 2019, p. 54-55.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search