Symposium : Vulnérabilité physique et psychique des demandeurs d’asile

De la reconnaissance d’une catégorie à ses usages

Vendredi 18 octobre 2019 (10h-17h)
Université de Nantes

L’évolution du droit européen de l’asile a accordé une place croissante à la notion de « vulnérabilité », un phénomène par ailleurs identifié dans d’autres domaines de la vie sociale depuis une quinzaine d’années (Brodiez-Dolino 2016). Les nouvelles directives imposent une identification des populations
et une adaptation des dispositifs d’accueil et des procédures d’asile aux « besoins spécifiques » des demandeurs d’asile vulnérables, notamment les mineurs non accompagnés, les personnes en situationde handicap, les victimes de la traite des êtres humains ou encore les personnes ayant subi des tortures (Pétin 2017). Si le droit tend ici à « protéger des vulnérabi lités », de nombreuses études sur la migration montrent qu’il peut aussi « produire des vulnérabilités » (Aumond et Robin 2017).

Ces évolutions juridiques invitent à réfléchir à la polysémie de cette notion (Carlier 2017), à l’émergence et l’enracinement de ce paradigme et aux usages sociaux de cette catégorie, en examinant la genèse et l’évolution desdispositifs d’évaluation et de prise en charge spécifique de la vulnéra bilité physique et
psychique des populations en quête de protection internationale (Boublil et Wolmark 2018).

Ce symposium interdisciplinaire entend réunir les contributions académiques et professionnelles ancrées dans des disciplines variées comme l’histoire, le droit, la sociologie, la géographie, l’anthropologie, les sciences politiques ou la médecine, à l’échelle européenne. D’un point de vue historique, il s’agit d’approfondir les mobilisations et les modalités de reconnaissance de la vulnérabilité physique et psychique des sujets dans le droit d’asile contemporain, notamment celui de l’Union européenne, ainsi que les mobilisations et controverses autour des critères de vulnérabilité (d’Halluin 2016). D’un point de vue juridique, les contributions pourront explorer les différentes positions doctrinales et la manière dont la vulnérabilité a été prise en compte dans différentes décisions des institutions européennes en cas
de recours. Du point de vue des sciences sociales, l’idée est d’appréhender les usages sociaux et spatiaux de cette catégorie dans un contexte caractérisé par la suspicion d’un détournement de procédure et une administration de la preuve accrue pesant sur les personnes en demande de protection internationale.
Comment la vulnérabilité physique et psychique est-elle « dépistée » et prise en compte dans l’accès aux droits, notamment à l’hébergement, durant la procédure d’asile ? Quelles sont les modalités d’évaluation de la vulnérabilité par les médecins des institutions publiques ou par des acteurs associatifs
engagés dans leur accompagnement et quels en sont les effets sur l’accès aux droits et la prise en charge différenciés des publics (ex. aménagement de l’entretien d’évaluation de la demande d’asile, dérogation à la procédure de renvoi prévue par le règlement Dublin, publics vulnérables repérés et sortis des squats inscrits dans un parcours de soin par un réseau d’acteurs)… Il s’agira de s’intéresser à cette activité de repérage et d’assistance, à l’échelle de l’Union européenne, aussi bien dans la procédure d’asile « classique » que dans le programme de relocalisation (2015-2017) pour les demandeurs d’asile et les dispositifs de réinstallation pour les personnes protégées. Trois axes de réflexion structureront ainsi la journée :
Axe 1. Faire reconnaître la vulnérabilité dans le champ de l’asile
Axe 2. Identifier les publics vulnérables dans le champ de l’asile
Axe 3. Soigner les publics vulnérables dans le champ de l’asile

Crise des urgences: «Le privé tend la main pour aider et soulager le public» ? Quelques éléments d’analyse sociologique

Dans un article publié le 16 juin 2019 par le Figaro, le président de la Fédération de l’hospitalisation privée, Lamine Gharbi, avance une solution pour résoudre la crise des urgences : adresser les patients vers le privé. Plus récemment, il réitère sa proposition à l’occasion de l’émission Le temps du débat, diffusée sur France Culture. Fanny Vincent, sociologue et invitée de l’émission, rappelle alors à juste titre que les services d’urgence privés sont loin d’accueillir tous les patients comme le montre les analyses issues de ma thèse.

En effet, une plongée de plusieurs années dans les coulisses de ce monde révèle qu’il existe, en matière d’urgence, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, l’analyse montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; une dernière enfin, une filière de « contournement » des services d’urgences. Cette analyse dont je propose ci-dessous un extrait, prend appui d’une part, sur une ethnographie comparée de deux services d’urgence, l’un au sein d’un Centre Hospitalier Universitaire, l’autre dans une clinique privée à but lucratif, et, d’autre part, sur une enquête par questionnaire menée simultanément auprès de 550 patients répartis, à part égale, entre les deux services.

Des logiques d’accueil différentes selon le statut privé/public du service d’urgence

Au cœur de la ville enquêtée, les « Urgences » du CHU sont clairement signalées par de multiples panneaux. On y entre par une baie coulissante vitrée qui s’ouvre sur un  large hall où se croisent différents publics : les soignants le traversent pour passer d’un service à un autre ; les proches des malades patientent debout ou bien assis sur les chaises mises à disposition et enfin, les différents « convoyeurs » (sapeurs-pompiers, ambulanciers et police) vont et viennent. En second plan, se trouve la « salle de tri » dont l’ouverture est commandée par un interrupteur situé à l’intérieur de l’ « aquarium ». Le personnel de l’accueil « soignant » est relativement jeune – ils sont tous âgés entre 30 et 40 ans – et exclusivement masculin. Cette politique de masculinisation du personnel de l’accueil des urgences s’explique par les qualités physiques que requiert ce poste tant pour « brancarder » les patients parfois très corpulents, que pour gérer les malades agressifs. L’ouverture du service sur la ville expose le personnel à une variété de situations génératrices de stress et dont la dangerosité s’accroît la nuit. Aussi, la direction du CHU a-t-elle prévu la présence continue de professionnels de la sécurité aux abords du service.

Entrons à présent dans le service d’urgence de la clinique privée à but lucratif, qui, étant située à proximité du Centre Hospitalier Universitaire, partage avec lui le même bassin de recrutement. Cet établissement privé à l’architecture moderne est de taille importante – sa capacité est proche de celle du CHU voisin – mais son service est relativement invisible au public : situé à l’arrière de l’établissement, son accès est indiqué par un panneau placé à l’entrée de la clinique qui, à ma connaissance, constitue l’unique enseigne qu’on puisse trouver en ville signalant son existence. D’ailleurs, la plupart des personnes rencontrées au cours de l’enquête, qu’elles résident ou travaillent dans la ville, ignoraient l’existence de ce service. On y pénètre par une porte vitrée coulissante dont l’ouverture est automatique en journée et contrôlée par l’aide-soignante de l’accueil durant la nuit. Ce rempart contre un éventuel danger est d’autant plus important que « l’équipe de garde » se limite à un seul médecin et quelques autres soignants généralement de sexe féminin. A l’ouverture de la porte coulissante, on découvre un service d’urgence de petite taille. Il est composé d’une dizaine de boxes avec téléviseurs écrans plats, 8 lits portes [lits qui jouxtent le service d’urgence], une salle d’attente, une salle de pause, une salle de soins, une « salle de plâtre », un vestiaire et une pièce « logistique » pour les produits d’entretien. Contrairement à son homologue du CHU, ce service ne bénéficie pas d’un large hall d’entrée jouant le rôle de « sas » entre la ville et la zone de travail des professionnels. L’architecture du bâtiment et la présence d’un personnel majoritairement féminin révèlent ainsi que ce service d’urgence n’a pas été conçu pour accueillir des patients agressifs. Cette politique de recrutement de la clinique, inscrite dans la morphologie même de l’établissement, est bien connue des médecins régulateurs du Centre-15 qui orientent systématiquement ces patients « indésirables » vers les urgences du CHU :

« Si les pompiers nous disent : « On a ramassé un SDF qui vomit du sang, qui est sur la rue ». Bon bah là, on lui dit plutôt d’aller aux urgences parce qu’aussi, il faut reconnaître qu’ils sont plus nombreux en personnel de garde, en aide-soignante, en infirmière, ils sont beaucoup plus nombreux aux urgences. S’il y a de l’agitation, il y a la police aussi souvent aux urgences. A la clinique, ils n’ont pas la police. Bon c’est de la tension, un alcoolo qui s’énerve, aux urgences on est plus nombreux pour l’attacher, tout ça. »

La clinique, pensée comme une véritable entreprise de « production de soins », qui se doit d’être rentable pour ses médecins propriétaires-actionnaires, doit faire face à la concurrence du CHU. Elle se doit d’être attractive pour capter et fidéliser la clientèle « solvable », ce qui se traduit dans l’architecture même de l’établissement dont l’atmosphère est très différente de celle des urgences du CHU. En attestent les propos de cet ambulancier, tenus à l’occasion d’un transport :

« Aux urgences de la clinique ils sont snobs, c’est pour les bourgeois. Quand tu arrives, ils sont froids avec toi tandis qu’au CHU c’est comme des collègues, c’est collégial. A la clinique, il faut connaître pour y aller, il y a très peu de gens qui savent qu’il y a des urgences là. Moi j’ai un pote qui s’était fait mal à la main, je suis venu là avec lui parce que je savais qu’il allait être pris plus rapidement et puis, c’est le standing. Tu n’as pas à te taper des gens à côté, tu es dans ton box, tu as la télé. »

La clinique a une politique de recrutement des patients ciblée voire sélective, qui contraste avec l’ouverture et l’accessibilité du service d’urgence public. De fait, les spécialités considérées comme non rentables sont absentes de l’organigramme et plus particulièrement, ce qui relève du médico-social et du médico-psychologique. L’observation des pratiques des médecins urgentistes des urgences privées confirme l’existence d’une sélection des patients sur la base de critères socio-économiques.

Une médecine « commerciale » aux urgences de la clinique privée : La sélection des patients “rentables”

La principale fonction du service d’urgence de la clinique est de constituer – pour les médecins spécialistes actionnaires – un vivier de recrutement d’une clientèle qu’ils vont, par la suite, pouvoir fidéliser. Ce contexte de travail contraint les urgentistes à admettre uniquement les patients correspondant au profil socio-pathologique de la clientèle visée par les services de spécialité : « J’assiste à une conversation téléphonique entre le médecin urgentiste et un médecin généraliste de ville qui souhaite adresser son patient au service. L’urgentiste s’enquiert du type de pathologie dont souffre le patient mais également, de sa couverture sanitaire : « Il a une mutuelle ? ». On apprend aussi au cours de l’échange que ce patient est architecte.»

Loin d’être un fait isolé, cet échange atteste de l’importance du critère socio-économique dans la décision d’admission du patient mesuré, ici, à l’aune de sa couverture sanitaire et de sa catégorie socio-professionnelle (CSP). Sur le premier point, l’analyse statistique des profils des patients admis aux urgences privées montre en effet que 94,5 % d’entre eux ont une couverture complète (assurance et mutuelle), alors qu’ils sont seulement 75,4 % dans ce cas aux urgences publiques. Sur le second point, la comparaison ne révèle pas une très forte différence entre les patients des deux services. Pour ne prendre que les « actifs », nous repérons certes une présence plus importante de professions intermédiaires (26,9 % versus 20 % au CHU) dans le privé ainsi qu’une moindre proportion d’ouvriers (21,5 % versus 26,2 %) et d’employés (23,7 % versus 30,8 %) mais ces écarts restent peu significatifs Par ailleurs – et toujours concernant les seuls patients « actifs » – aucune différence sensible n’apparaît lorsque l’on compare la catégorie des « cadres et professions intellectuelles supérieures » (8,6 % versus 6,1 % au CHU) et celle des « artisans, commerçants et chefs d’entreprise » (19,3 % versus 16,9 %). Ces résultats battent en brèche une idée largement répandue selon laquelle les classes supérieures seraient fortement surreprésentées aux urgences privées tandis que les classes populaires se retrouveraient massivement dans le public. Si l’on veut comprendre les logiques de sélection de la clinique, il convient en effet d’aller au-delà des catégories canoniques habituellement utilisées pour appréhender les groupes sociaux.

Une analyse plus fine révèle alors que les ouvriers et les employés des deux services ne sont pas les mêmes au regard de leur statut : aux urgences privées, ils sont beaucoup plus souvent fonctionnaires ou encore salariés de grandes entreprises du secteur public ou privé. De fait, ces statuts différenciés engendrent des situations sensiblement différentes au regard du type de mutuelle dont les patients peuvent bénéficier. Les couvertures complémentaires collectives, dites « de groupe », sont en effet très avantageuses car elles sont négociées et, le plus souvent, financées partiellement par l’employeur. A l’inverse, jusqu’à présent, les salariés de petites entreprises étaient contraints de s’affilier individuellement à une complémentaire, moins avantageuse car non négociée. Ils s’acquittent par ailleurs de la totalité de la cotisation dont le montant – fixé en fonction de critères tels que l’âge et l’état de santé (maladies chroniques, polypathologies) – empêche les patients ayant des revenus faibles (puisque c’est un obstacle pour payer une mutuelle) et un état de santé dégradé (puisque cela fait monter la cotisation) d’accéder à une complémentaire.

A la clinique, les patients grabataires (non-autonomes) et/ou polypathologiques, sont ainsi évités car ils augmentent la charge de travail des soignants (toilette, repas) et restent plus longtemps dans le service en particulier lorsqu’ils nécessitent des « soins de suite ». Or plus les patients restent dans le service, moins ils sont rentables.  Ces patients sont en effet considérés comme non-rentables au regard des contraintes financières instaurées par le système de la « durée moyenne de séjour » (DMS) issu de la tarification à l’activité, qui codifie les délais d’hospitalisation en faisant fi de la situation sociale des patients. Dans ce cadre, la clinique évite ces « mauvais » malades au profit des patients plus « rentables » souffrant d’un problème organique ciblé correspondant à une spécialité :

“En fait la clinique, ils aiment bien quand c’est assez précis. Un truc orthopédie, un truc cardio, un truc digestif…ils vont faire le diagnostic, ils vont le donner au chirurgien digestif qui va régler le problème.”, nous explique un médecin régulateur.

Certes tous les médecins ne se plient pas mécaniquement à ces logiques de tri des patients, certains prenant parfois des libertés avec les règles de la clinique en acceptant l’admission d’un patient non solvable tout en prévenant le service facturation. Pour autant, les statistiques indiquent que ces logiques de tri s’imposent bel et bien comme des pratiques structurantes dans le fonctionnement du service. La comparaison statistique du type de pathologie rencontré dans les deux services révèle ainsi que les urgences « médico-psy » ou sociales sont très rares dans ce service (respectivement 1,7 % et 1,3 %) comparées à leur proportion aux urgences du CHU (7,9 % et 16,7 %). Il convient enfin de préciser que ces patients se voient refuser l’accès à la clinique quelle que soit leur couverture sanitaire et leur origine sociale : le croisement de la variable « cadre » (actifs et retraités confondus) avec les variables logement, situation professionnelle et couverture sanitaire ne fait, par exemple, émerger aucune différence notable entre les deux services. Ce qui distingue les cadres des deux services, c’est le motif de leur admission : plus de la moitié des cadres actifs ont été orientés dans le service d’urgence public pour un problème médico-psychologique ; de même, près de la moitié de ceux admis au CHU souffrent de pathologies médico-sociales ou psychologiques (alcoolisme, Intoxication Médicamenteuse Volontaire, dépression, etc.). Ainsi, l’existence d’un filtre médical à l’entrée de la clinique permet de favoriser ou au contraire d’éviter certains profils de patients, sur la base de critères socio-économiques déterminés en fonction de la norme de rentabilité médicale de l’établissement.


Pour aller plus loin :

Morels S., « L’urgence à plusieurs “vitesses” : Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence en France. Genèse et réalité d’un sous champ sanitaire », Thèse de sociologie, Université de Nantes.

Morel S. « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, pp. 73-88.

Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32, https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028.    



Rapports de recherche

  • Cottereau V., Morel S., « Expériences et trajectoires de santé des migrants primo-arrivants atteints de maladies chroniques (VIH et Hépatites) », Rapport ANR MIGSAN (programme JC-JC 2016-2019 ; ESO, Université Rennes 2, UMR 6590).
  • Hardy A-C., dir., « Etude sociologique des dynamiques de qualification et de gestion des EI médicamenteux. Focus sur la médecine générale et l’oncologie », rapport final INCa, ANSM, mars 2018, 142p.

Articles de valorisation scientifique

  • « Un meilleur accès aux soins d’urgence grâce aux ambulances connectées ? », Turbulances, Le magazine des ambulanciers professionnels, n°81, décembre 2017.
  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.
  • « L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence », SIH Solutions, septembre-octobre-novembre 2019, p. 54-55.

Articles académiques

Articles dans des revues scientifiques nationales à comité de lecture

Dans l’imaginaire social, l’urgence dite « médicale » n’attend pas, car il semble évident, pour tout un chacun, que « sauver des vies » ne se discute pas. Dans le cadre d’un tel consensus social, interroger les pratiques de nos « anges gardiens » ou encore de nos « héros du quotidien », selon les formules consacrées par les médias, au prisme des inégalités sociales dans l’accès aux soins relève de l’impensable. Or, ces représentations sociales dithyrambiques de l’urgence et de ses professionnels ne résistent pas à l’enquête ethnographique de longue durée  dont les résultats exposés partiellement ici invitent le lecteur à découvrir “la face cachée des urgences”. Une plongée de plusieurs années dans les coulisses de ce monde révèle en effet qu’il existe, en matière d’urgence, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette enquête montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins, qu’ils soient publics ou privés, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées  : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; une dernière enfin, une filière de « contournement » des services d’urgence. Cet article revient sur les mécanismes concrets de sélection des patients qui sont au principe de la fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence en France. On prend pour cela appui, d’une part, sur une ethnographie comparée de deux services d’urgence, l’un au sein d’un centre hospitalier universitaire, l’autre dans une clinique privée à but lucratif et, d’autre part, sur une enquête par questionnaire menée simultanément auprès de 550 patients répartis, à parts égales, entre les deux services. À travers ce terrain d’enquête, nous chercherons à mettre en évidence que les logiques de sélection des patients dans l’accès aux soins d’urgence ne se déterminent pas uniquement en fonction de la solvabilité du patient, mais aussi que le clivage entre hôpital public et clinique privée dans la manière dont s’organise ce « tri », même s’il existe, doit être nuancé.

Cet article propose une contribution à la sociologie du travail et à la sociologie des professions. L’auteure s’est livrée à une observation participante directe du quotidien des ambulanciers privés français dont le travail reste un angle mort des travaux sociologiques consacrés aux métiers de la santé. Au-delà des représentations sociales dominantes de l’ambulancier « transporteur », l’enquête révèle les multiples tâches de soins qu’il réalise et notamment, les soins techniques pratiqués dans le cadre de transports sanitaires d’urgence. En 2007, la création du diplôme d’État d’ambulancier, qui prévoit un élargissement de leur mandat sanitaire dans ce domaine, marque un tournant dans l’histoire de ce groupe professionnel. Il constitue une opportunité de satisfaire les revendications d’un segment du groupe qui cherche à conquérir le statut de spécialiste de l’urgence en s’appuyant sur l’exemple des ambulanciers paramedics européens et américains.Toutefois, en dépit de facteurs technologiques et scientifiques favorables, l’aboutissement de ce processus de segmentation reste aujourd’hui incertain au regard des obstacles internes au groupe professionnel, mais aussi des freins politiques et corporatistes qu’il rencontre.

L’ethnographie est aujourd’hui bien ancrée dans la sociologie française. Pourtant, le soupçon est toujours présent quant à la validité scientifique de ses résultats, certains critiquant leur subjectivité. Cet article, reposant sur une auto-socioanalyse, montre que non seulement les effets induits sur/par le chercheur ne sont pas un obstacle, mais qu’ils constituent un levier de connaissance scientifique en lui permettant, par exemple, de se défaire du savoir savant pour faire émerger la pertinence de certains savoirs indigènes.

  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.

Le 27 décembre 2017, Le Monde publie un article titré « Consulter un gynécologue : la grande galère », qui tire la sonnette d’alarme sur les conditions d’accès aux soins médicaux pour les femmes. S’appuyant sur les données fournies par l’Assurance-Maladie, le journaliste précise que le nombre de gynécologues médicaux a chuté de 41,6 % entre 2007 et 2017, et que s’ils sont actuellement 1 136 sur le territoire français ; ils ne pourraient être que 531 en 2025. Les conséquences de cette « pénurie » sont détaillées : allongement considérable des délais de rendez-vous, dépassement d’honoraires, renoncement aux soins. Au terme de cette liste, le journaliste prédit « une mise en danger de la santé de millions de femmes, de jeunes filles en particulier ».
En réponse à cette alerte médiatique et devant la préoccupation grandissante des femmes exprimée sur les réseaux sociaux, le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes publie un communiqué de presse le 29 décembre pour rappeler et réaffirmer publiquement le rôle primordial des sages-femmes auprès des femmes en bonne santé, et ainsi rassurer la population. Si ces publications mettent une nouvelle fois en première ligne une vieille querelle interprofessionnelle, elles posent surtout la question de la prise en charge de la santé génésique des femmes en France, organisée dans un parcours de soin dont l’efficience reste à construire.
Au travers de ce communiqué, les sages-femmes affichent leur volonté d’être reconnues et identifiées par les femmes comme un acteur de premier recours dans leur domaine de compétences qu’est la physiologie. Certains voient dans cette graduation des soins une « ubérisation » de la santé des femmes, à l’instar d’Odile Buisson en 2013. Cependant, faut-il considérer cette modification de l’offre de soin comme le signe de sa dégradation ? Et les sages-femmes comme des acteurs de santé « low cost » ? La mobilisation de cet argument des « soins dégradés » par une poignée de médecins n’est pas nouvelle dans le débat portant sur l’inégalité géographique dans l’accès aux soins. En 2012, lorsque François Hollande s’engage à « garantir pour chaque Français un accès aux soins urgents en moins de 30 minutes d’ici 2015 », le SAMU-Urgences de France, un syndicat de médecins urgentistes, avançait déjà cet argument pour justifier son refus d’une « paramédicalisation » des urgences, soit une approche qui implique de déléguer certaines compétences de soins d’urgence, considérées comme médicales en France, à des professionnels non-médecins…

  • Morel S., « Organisation des soins d’urgence : création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale », Les dossiers de l’obstétrique, n° 494, août-septembre 2019.

La création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale comme réponse politique à « l’affaire Musenga » : une solution technique qui occulte la dimension relationnelle du problème.

La mort tragique de Naomie Musenga le 29 décembre 2017 a mis sur le devant de la scène publique et médiatique, un métier jusqu’alors peu connu de la population, celui d’assistant de régulation médicale (ARM).

La jeune femme de 22 ans, traitée avec mépris par une opératrice du SAMU, avait vu sa prise en charge retardée de « près de 2 heures 20 » selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Suite à cette mise en cause publique de l’opératrice, le gouvernement a inscrit sur l’agenda politique la nécessité d’une réforme de la formation de ces professionnels afin de « sécuriser » et « renforcer la qualité la régulation médicale » au sein des SAMU-centre 15. Celle-ci s’est traduite par la publication du décret n° 2019-747 du 19 juillet 2019 définissant les contours d’une nouvelle formation qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2019.


Articles dans des revues scientifiques internationales à comité de lecture

  • Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32,https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028. [Inégalités et discriminations dans l’accès aux soins d’urgence en France : ethnographie de trois structures sanitaires et de leurs publics]

In the social imagination, there is no wait for a so-called “medical emergency,” because it seems obvious to everyone that “saving lives” is not up for discussion. In the context of such social consensus, it is unthinkable to question access to emergency healthcare through the prism of discrimination and social inequality. Yet these social representations of emergency do not withstand ethnographic inquiry. Several years spent behind the scenes in this world revealed that there do in fact exist social selection practices in the realm of emergency care in France. More specifically, this study shows that medical interests and the interests of both public and private institutions have led to the production of socially differentiated pathways of access to emergency care. The first pathway is through private, for-profit clinics, the second is through public hospitals, a third occurs by “bypassing” the emergency department, and a final one groups the non-governmental social and health assistance structures. In this article, we discuss the specific mechanisms they have for selecting patients, and show how the organization of emergency care in France contributes to reproducing or even aggravating inequalities in health and access to healthcare.

De nombreuses recherches s’accordent aujourd’hui pour montrer que les migrants constituent un groupe vulnérable, dont l’état de santé, souvent dégradé, nécessite d’être davantage étudié. En France, les migrants africains constituent à peine plus de 1% de la population et pourtant ils représentaient 38% de l’ensemble des découvertes de séropositivité en 2016. Ce constat a fait émerger de nombreuses interrogations sur les conditions d’accès aux soins des migrants subsahariens, mais également sur leurs expériences de la santé. Prenant appui sur une recherche qualitative menée auprès de 31 migrants africains séropositifs et de 44 professionnels de santé et du social les prenant en charge dans trois villes françaises, cet article vise à apporter un éclairage sur les lieux de diagnostic et les expériences de la santé des migrants subsahariens primo-arrivants en France. Les résultats soulignent des situations plurielles, tant en termes de circonstances et de lieux de diagnostic, qu’en termes de vécu et de regards portés sur le VIH-sida. Face à ce constat, l’analyse révèle et questionne un accès aux soins hétérogène et souvent limité aux patients atteints de VIH en Afrique subsaharienne.

Actes de colloque

  • Morel S., Jourdain M., « S’automédiquer sous chimiothérapie ? », Acte de colloque, Guienne V., Marquis C., David M., Fleuret S., D’Halluin E., L’automédication en question : Un bricolage socialement et territorialement situé. L’automédication en question : Un bricolage socialement et territorialement situé, May 2016, Nantes, France, 2016.

L’automédication est généralement considérée dans le sens d’une pratique « profane » visant à soigner des maux « bénins », qui ne requièrent pas l’expertise des professionnels médicaux. Un rapide panorama des études sur l’automédication montre
qu’elle reste en revanche peu étudiée dans le cadre de pathologies avérées qui engagent le pronostic fonctionnel ou vital dont le cancer fait office de paradigme. Dans ce contexte du cancer, la pratique de l’automédication garde, contrairement à d’autres maladies, une dimension de l’ordre du tabou. Pour autant, l’émergence de la cancérologie nouvellement dotée de perspectives thérapeutiques a aussi fait « naître » l’homo-médicus, individu doté de compétences d’autodiagnostic incité à devenir « acteur » de la grande entreprise d’éradication collective du cancer. Mais après le diagnostic, le soin éminemment spécialisé, technique et vital revient avant tout aux professionnels de la cancérologie. Dans ce contexte de la pathologie cancéreuse, le champ de « l’auto-soin » reste ainsi largement occulté. Et pourtant, à l’occasion d’une recherche sociologique sur les effets« secondaires » des chimiothérapies anti-cancéreuses, une enquête de terrain menée à partir d’observations de consultations en oncologie, d’entretiens auprès de patients et de données issues de la pratique de médecin généraliste, a permis de repérer l’importance des pratiques d’automédication dans la « trajectoire » de la maladie cancéreuse de certains malades. L’analyse des entretiens menée dans une perspective compréhensive et interactionniste a permis de saisir le sens et les enjeux de ce travail d’automédication. Ce sont les premiers résultats de cette analyse relative au vécu et aux pratiques d’automédication du point de vue des malades que nous soumettons dans cet article. Nous employons ici à dessein le terme de malade et non de patient car il s’agit de pratiques menées à l’initiative de celui-ci en dehors de toute prescription de la part des soignants du
cancer… …

Journées d’études & Workshop

  • Morel S., La pertinence de l’organisation des soins d’urgence préhospitaliers à l’épreuve des inégalités territoriales : les enjeux contemporains de la télémédecine d’urgence, le 12 juin 2019, organisé par le CREPA (Centre régional d’étude des populations alpines) à Sembrancher (Suisse).
  • Morel S., « L’évaluation de l’innovation produite par les SHS », Table ronde avec Gérald Gaglio (Pr. de sociologie, Université de Nice), Nathalie Grandjean (MC Philosophe, Université de Namur) et Claire Lobet (Pr. de sociologie, Université de Namur). « L’évaluation de l’innovation en santé numérique », Université Catholique de Lille, le 6 juin 2019. En collaboration avec la Société Française de Télémédecine. Clôture du Diplôme Universitaire en « Santé numérique : droit, éthique et gouvernance ».
  • Morel S., « Innovation technologique en santé et transformations contemporaines du travail. Approche sociologique de la télémédecine d’urgence », Workshop du 24 mai 2019, « Les TIC en santé : regards croisés des chercheurs et des praticiens, organisé par le laboratoire Montpellier Recherche en Management (MRM- Université de Montpellier), en collaboration avec la Chaire e-santé (Université de Montpellier) et le laboratoire Lerass-Ceric (Université Paul Valéry).
  • Morel S., Cottereau V., « Comprendre la prise en charge médicale et sociale des migrants atteints du VIH : pour construire des partenariats opérants entre les professionnels de la santé et des sciences sociales », Symposium de l’ANR MIGSAN, MSHS, USR 3565, Université de Poitiers, avril 2018.
  • Matinée-débat, « Burn-out des avocats & des médecins. Du repérage à la prise en charge : Tous concernés ! », Morel S., Tonneau J-P., « Analyse sociologique des résultats du test de Maslach : apports et limites », Nantes, le 9 mars 2019.
  • Participation à la table ronde : « Les ambulanciers dans la chaîne de secours », Salon « secours-expo Paris 2017 », Paris, Porte de Versailles, 3 février 2017. 
  • Conférence-débat, « Du transporteur au soigneur. La reconfiguration du travail des ambulanciers français au cœur des enjeux de santé publique », Entreprise AGV Chantonnay, 23 septembre 2016.
  • Conférence d’ouverture de session de formation continue : « Prendre du recul sur l’urgence. Approche critique d’un culte contemporain », (Médecins psychiatres, Infirmiers, Aides-soignants), Centre hospitalier spécialisé de Blain, 9 décembre 2016.
  • Morel S., « L’accès aux soins d’urgence en France. Des filières d’accès aux soins différenciées socialement ? » Communication dans le cadre d’une demi-journée d’étude autour des « Pratiques d’accès aux soins » organisée et animée par Caroline Mazaud et Sylvie Morel. Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, le 13 février 2013.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search