« Capitaliser » sur la crise ? Essai d’analyse critique sur les usages politiques de la pandémie en France

Dans un article précédent intitulé « Quand le système de soins choisit ses morts », je revenais sur les discours prononcés par E. Macron les 12 et 26 mars, sur l’hôpital public. Au regard de l’ampleur de la crise sanitaire, le Président de la République avait semblé un instant remettre en question la politique d’austérité budgétaire en réaffirmant le 12 mars, l’importance de l’hôpital public, précisant même qu’il est des biens et des services qui doivent êtes placés en dehors des lois du marché. Cependant, le 26 mars, les mots employés par E. Macron dans un discours prononcé devant l’hôpital militaire récemment installé à Mulhouse, indiquaient que cette politique était nullement remise en question : les termes « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » ainsi que « prime exceptionnelle » destinée aux soignant.e.s, puisaient dans la « novlangue managériale ». Par ailleurs, il ne répondait pas aux revendications fortes des soignant.e.s à savoir, plus de moyens matériels (la réouverture de lits, l’augmentation de l’ONDAM[1], etc.) et humains (recrutements pérennes de personnels médical et médico-social, hause des salaires de 300 euros[2]), ces derniers ayant été réduits dans les services. Cette configuration sémantique montrait que la promesse faite par E. Macron d’une « rupture » apparaissait plus que trompeuse : l’objectif présidentiel était moins de sauver l’hôpital que de « sauver le capitalisme sanitaire » comme l’ont par la suite révélé les propos du directeur de l’ARS Grand-Est sur la poursuite des plans de restructuration, ainsi que les premières ébauches du plan élaboré par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) à la demande du Président dont Mediapart s’est fait l’écho le 1er avril :

« Privatisation rampante au travers de sulfureux partenariats public-privé (PPP), marchandisation accélérée de la santé : voilà un plan qui tourne le dos aux valeurs de l’Etat-Providence. Si l’on en croit les critiques que nous avons recueillies auprès de plusieurs experts de l’économie de la santé ou de l’hôpital, ce plan pourrait même attiser de violentes polémiques dans le pays, tant il contredit la posture prise par le chef de l’Etat depuis le début de la pandémie ».

 Les discours tenus les jours suivants par certains journalistes bien connus des médias, allaient dans ce sens.

Une logique gestionnaire qui se nourrit de ses propres dysfonctionnements ?

Le 5 avril, sur BFMTV Christophe Barbier intervient comme chaque jour (ou presque) pour livrer son analyse du moment concernant la crise sanitaire. Ce soir-là, il précise que l’Etat met beaucoup de deniers publics dans la santé mais que « visiblement ça n’arrive pas au bout[1]  ». Il poursuit son raisonnement en précisant qu’il y a un « problème de gestion » et que par conséquent, « les Français devront accepter de payer davantage pour leur santé ». Il cite pour exemple, les déremboursements. Le même jour, Yves Calvi qui a présenté ses excuses depuis, dénonce la « pleurniche permanente hospitalière » soutenant ses propos par son expérience de journaliste : « Présentez cette émission et vous verrez ! ». Fermez le ban. Pour ces deux journalistes, le problème de l’hôpital réside non pas dans un manque de moyens mais dans un défaut d’organisation. Cet argumentaire n’est pas sans rappeler celui des promoteurs de la doxa néomanagériale analysé par Fanny Vincent, Pierre-André Juven et Frédéric Pierru, auteur.e.s de « la casse du siècle ». Dans cet ouvrage, ils démontrent que le nouveau management public repose précisément sur une rhétorique argumentative définissant la « crise hospitalière » en termes d’organisation et non de moyens qu’il s’agit dès lors non pas d’augmenter mais de rationaliser à partir d’outils et d’indicateurs de performance.

Pendant ce temps, loin des plateaux télévisés et face à la pénurie de moyens, des milliers de soignant.e.s sont contraints d’inventer des solutions voire même, de bricoler pour assurer l’accès aux soins des Français. Quels sont ces bricolages ? On peut citer pour exemples, les faits suivants :

  • Face au manque de gel, le personnel hospitalier s’est organisé dans certains endroits pour fabriquer lui-même le produit allant jusqu’à rechercher l’un de ses composants, l’eau oxygénée, dans les magasins situés aux alentours de l’hôpital.
  • Des surblouses ont été fabriquées à partir de sacs poubelles. Parallèlement, dans certains CHU, des Agences Régionales de Santé faisaient passer une note aux soignant.e.s expliquant l’inutilité des surblouses, considérées désormais comme un vecteur de virus. Parallèlement, la direction de l’APHP donnait pour consigne aux soignant.e.s de ne plus jeter les pyjamas de blocs et les surblouses pour les laver et les réutiliser. Des consignes jugées ineptes par les professionnel.le.s de santé.
  • Dans certains hôpitaux, il a été demandé aux professionnel.le.s de la blanchisserie de fabriquer des masques à partir du papier de stérilisation[2].
  • Face au manque de lits de réanimation, les professionnel.le.s de santé ont réorganisé les services hospitaliers, formés des soignant.e.s sur le tas à certains gestes techniques de réanimation, redéployés des effectifs. Simultanément, des transferts médicalisés de patients ont été organisés entre régions et entre pays.

Sur ce dernier point, il est intéressant de noter l’intense médiatisation de la mise en place des « TGV sanitaires » et leur instrumentalisation politique. En effet, ils ont été l’occasion pour le gouvernement de souligner à maintes reprise « l’excellence médicale française » faisant presque oublier que ces transferts présentés comme des « innovations » (techniques, scientifiques, organisationnelles) étaient dus à une pénurie de lits de réanimation.  Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, le rappelle, dans une interview en direct sur BFM TV le 29 mars à 19h40 :

« Si nous avions été au même niveau que l’Allemagne en nombre de lits rapporté à la population, nous serions partis en guerre avec dix mille lits au lieu de cinq mille […]  Et on aurait évité ces transferts en TGV que l’on conteste fortement. C’est mobiliser des moyens énormes pour transporter peu de patients. […] On préférerait que le matériel et le personnel soient concentrés sur l’Île-de-France pour éviter ces transferts qui sont très chronophages, qui mobilisent du personnel. » 

A cette occasion, Christophe Prudhomme souligne aussi les limites des transferts médicalisés précisant que d’un point de vue médical, ils sont peu recommandés pour les patients intubés. Selon lui, il aurait été préférable de transporter le matériel plutôt que des patients. Dès lors, le discours politique de l’excellence médicale française, de l’innovation technique et scientifique, peut être considéré comme une stratégie de communication visant à masquer la faiblesse française en matière de lits de réanimation. Plus généralement, une attention particulière aux mots employés par les membres du gouvernement permet de repérer que le discours de l’innovation technique et scientifique a été au cœur de la communication politique durant la pandémie. En effet, pour ne prendre que cet exemple, les bricolages réalisés par les soignant.e.s face au manque de gel hydroalcoolique, de surblouses, de masques, de lits de réanimation, etc., ont à plusieurs reprises été qualifiés d’« innovations ». En somme, bricoler ou inventer, c’est innover ! Comme le soulignent néanmoins Ivan Sainsaulieu et Arnaud Saint-Martin dans leur ouvrage collectif L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies (2017), les politiques hospitalières dictées par le New Public Management s’accommodent aisément du discours de l’innovation. À travers le leitmotiv de l’innovation, la logique gestionnaire cherche ainsi à se nourrir des dysfonctionnements qu’elle a engendré[3] et qui ont contraint les soignant.e.s à se soumettre à un impératif politique néolibéral analysé par la philosophe Barbara Stiegler : « Il faut s’adapter » (2019).

Quel avenir pour l’hôpital après Covid-19 ?

Les éléments d’analyse exposés précédemment suggèrent que dans les mois à venir, la mobilité des soignant.e.s d’un service à un autre ou d’une région à une autre, cette solidarité, bien réelle, sera utilisée par les promoteurs du New Public Management pour nourrir leur argumentaire (manque d’organisation et non de moyens) et justifier l’accélération de la politique néomanagériale.

A cet égard, l’exemple de la psychiatrie est intéressant. En effet, durant le confinement, la réorganisation des soins psychiatriques est passée pour l’essentiel, par le numérique : les consultations en Centre médico psychologique étant interdites, les professionnel.le.s ont été contraint de « s’adapter » en menant des consultations par téléphone (téléconsultations ?). Par ailleurs, dans une note relative au « déconfinement et reprogrammations en psychiatrie », envoyée le 5 mai aux professionnel.le.s d’un Centre Hospitalier Universitaire, plusieurs grands principes sont énoncés parmi lesquels :

« Capitalisation de la période de confinement total, notamment de la mise en place d’outils nouveaux (entretiens téléphoniques, téléconsultation, outils de gestion de crise…) »

Au fil de la lecture, il apparaît qu’au nom du risque d’une seconde vague, les professionnel.le.s de la psychiatrie doivent pérenniser les (ré)organisations « exceptionnelles » mises en place durant la pandémie. Il s’agit, pour reprendre les termes employés, de « capitaliser » sur la crise sanitaire qui pourrait bien servir ici de prétexte à l’accélération du virage numérique (« innovations numériques ») dans le secteur de la psychiatrie. Dans un article publié le 24 avril dans Charlie Hebdo, Yann Diener, psychanalyste, s’inquiétait en effet de l’accélération du virage numérique et de ses conséquences dans le secteur de la psychiatrie après la pandémie :

« Il se trouve que les ARS avaient déjà commencé, ces dernières années, à promouvoir la téléconsultation en psychiatrie, qui, dans la logique d’un gestionnaire loin du terrain, permettrait de réduire de beaucoup les coûts de fonctionnement des institutions. C’est ce que le ministère de la Santé appelle « le virage inclusif », une formule de la novlangue pour dire « soignez-vous chez vous ». L’actuelle catastrophe sanitaire accélère à fond les ballons ce virage à 180 degrés ».

La lecture de la littérature en sciences humaines et sociales sur l’innovation et les Science and Technology Studies enseigne que l’analyse du contexte politique (européen et français) permet de repérer que le discours de l’innovation mobilisé par les gestionnaires et les promoteurs de la télémédecine est apparu simultanément au discours de la « crise du système de santé » qui doit d’une part, faire face à de multiples défis de santé publique et d’autre part, réduire les dépenses publiques en rationalisant l’offre de soins et en modernisant-restructurant l’organisation hospitalière (Carré, D., Lacroix, J-G., 1999). Pour Anne-Briac Bili, auteure d’une thèse de sociologie consacrée à la télémédecine, « il ne s’agit pas d’une rencontre fortuite entre les deux catégories de discours, mais d’un arrimage stratégique qui offre à la première (discours sur la télémédecine) de construire en partie son argumentation de légitimation sur les bases de la seconde (discours sur la crise) » (Bili, 2012 : 142).Selon ce référentiel politique, le « virage ambulatoire » encouragé par une volonté de maîtrise des dépenses de santé, trouverait sa résolution dans le « virage numérique ».

Enfin, au-delà de la psychiatrie, les professionnel.le.s de santé ont fait part de leurs inquiétudes concernant le retour après l’épidémie d’un « réflexe gestionnaire » au sein de leur hôpital. Les propos tenus par le Professeur Agnès Hartmann quelques jours avant le déconfinement en témoignent :

« Depuis cinq jours, on vit d’un seul coup une espèce de douche froide. Les patients atteints du Covid sont partis de mon bâtiment et on voie réapparaître des vieux réflexes de la direction gestionnaire. On a à nouveau des tableaux Excel, on nous calcule notre activité sur mars-avril et évidemment comme on était pas du tout comme d’habitude, on nous pointe qu’on est en négatif. C’est quand même un truc incroyable sur mars-avril de nous dire que notre activité a diminué. On commence à compter les lits vides et les plannings. On devient à nouveau obsessionnel des plannings. Donc on est en effet très préoccupés parce qu’il y a beaucoup de gens qui sont arrivés, qui aimeraient rester à l’hôpital public et là, on a d’un seul coup l’impression que ça bascule, comme si les gestionnaires alors soit ils ont reçu d’autres directives et ça serait assez inquiétant, soit ils ont repris leurs vieux réflexes parce qu’ils savent pas faire autrement mais enfin, il y a quelque chose qui nous préoccupe ».

Au regard de ces éléments, nous pouvons penser que le gouvernement va non seulement poursuivre la politique gestionnaire au sein des hôpitaux publics, mais il va « capitaliser sur la crise » pour la renforcer. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’à peine l’hôpital vidé de ses « patients Covid », les soignant.e.s ont décidé de retourner sur un autre front : celui de la mobilisation pour l’hôpital public.

A lire aussi, le témoignage d’une infirmière travaillant dans un service d’urgence du 93 : https://acta.zone/on-na-pas-fait-une-medecine-de-guerre-on-a-fait-une-medecine-de-penurie/ 

Références

Bili, A-B., 2012. « La place de la télémédecine à domicile dans l’organisation du système de

santé en France », Thèse de Sociologie. Université Rennes 2.

Carré, D., Lacroix, J-G., 1999. « Virage ambulatoire et autoroutes de l’information dans le secteur de la santé », Sciences de la société, n°47, pp. 23-41.

Juven, P-A., Pierru, F., Vincent, F., 2019.  La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.

Sainsaulieu, I., Saint-Martin, A. (dir), 2017. L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies, Éditions du croquant.

Stiegler, B., 2019. Il faut s’adapter». Sur un nouvel impératif politique, Collection NRF Essais, Gallimard

Pour aller plus loin :

Bellahsen M., Knaebel, R., La révolte de la psychiatrie. Les ripostes à la catastrophe gestionnaire, La Découverte, 2020.

Diener, Y. On agite un enfant. L’Etat, les psychothérapeutes et les psychotropes, La Fabrique, 2011.

 


[1] Ses propos ont été consigné sur un carnet de terrain (outil du sociologue) tenu à l’occasion de l’épidémie.

[2] L’ampleur des débats autour de la pénurie de masque pourrait faire l’objet d’un article à lui seul. Le non plafonnement du prix des masques en tissus est d’ailleurs justifié au nom de l’innovation qu’il ne faudrait pas « décourager » (voir, ici). Par ailleurs, la pénurie de masque a suscité un grand élan de solidarité mettant en avant une profession (couturière) et/ou une activité domestique (couture) souvent conjuguée au féminin et habituellement invisible et jugée peu utile.  

[3] Sur ce point, voire l’analyse menée par Fanny Vincent dans « la casse du siècle », 2019.

 


[1] Objectif national des dépenses d’assurance maladie

[2] Pour ne prendre que cet exemple, les salaires infirmiers en France sont au 28ème rang des 32 pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Quand le système de soins, choisit ses morts !

Le 27 mars, dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), l’affirme : « Oui, il y des témoignages qui effectivement nous racontent que oui, parfois, il y a des patients qui sont prioritairement pris et d’autres à qui on ne peut pas offrir une prise en charge identique. Donc aujourd’hui, il y a des choix douloureux parfois qui sont faits ».  Depuis quelques jours, on pouvait en effet lire sur les réseaux sociaux les témoignages de soignant.e.s qui nous alertaient sur les décisions qui avait été prise dans certains hôpitaux de ne pas réanimer (« sauver ») certain.e.s patient.e.s. On y apprend plus précisément que, face à la pénurie de lits de réanimation (7000 en France contre 25 000 en Allemagne par exemple), de gel hydroalcoolique, de masques, de tests de dépistage, de surblouses, mais aussi de personnel soignant dont les effectifs, faut-il le rappeler, ont été drastiquement réduits ces dernières décennies, des médecins sont contraints de faire un choix difficile, intolérable, entre les patient.e.s pouvant accéder aux soins de réanimation et ceux qui n’y auront pas accès. Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, s’en indigne en direct sur BFM TV le 29 mars à 19h40 : « Nous choisissons les patients aujourd’hui qu’on va mettre en réanimation », concluant,après avoir souligné l’existence d’un manque chronique de lits de réanimation en France, sur le caractère prévisible de la catastrophe. 

L’état d’urgence sanitaire dans lequel nous sommes plongé.e.s depuis plusieurs jours invite ainsi à lire ou relire les analyses menées par le médecin et anthropologue Didier Fassin qui  dans la Vie, mode d’emploi critique (Seuil, 2018)  revient sur un paradoxe : « Jamais la vie n’a été aussi sacralisée dans nos sociétés occidentales. Mais rarement les vies n’ont paru si inégales. » Il montre que les inégalités sociales révèlent des « hiérarchies morales » qui accordent plus de valeur à certaines vies qu’à d’autres, soulignant ainsi les écarts entre « la démocratie emphatiquement proclamée et la démocratie réellement observée ».

Une dimension de ces inégalités est aujourd’hui rendue visible par la crise alors qu’elle demeure généralement impensée car sans nul doute difficilement pensable pour chacun.e d’entre nous : il s’agit des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence sanitaire en France. Dans un contexte de pénurie de lits de réanimation et, depuis quelques jours, de médicaments de réanimation comme le curare qui a pour fonction de détendre les muscles pour permettre l’intubation, ces inégalités constituent l’un des problèmes centraux posé par la crise.

Les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire

La visibilité nouvelle de ce problème de santé publique ne doit pas pour autant nous faire croire qu’il est nouveau voire inédit, c’est-à-dire essentiellement lié à la « guerre sanitaire ». En effet, dans les années 1990, des recherches sociologiques mettent en exergue la situation de « porte-à-faux » (Bessin, 1995) dans laquelle se trouvent les services d’urgence, communément qualifiés « d’engorgés », confrontés à une double contrainte. D’un côté, ils doivent répondre à l’obligation d’accueillir le « tout-venant » des patients dont une part croissante est constituée d’urgences dites « sociales » (Peneff, 1992 ; Camus et Dodier, 1997) ; de l’autre, ils doivent composer avec le travail de sélection des patients opéré, en aval, par les services de spécialités médicales qui, depuis le début des années 1980, segmentent et rationalisent leur activité pour répondre aux contraintes gestionnaires engendrées par le « nouveau management public » (Belorgey, 2010). Dans ce contexte, les soignant.e.s des services de spécialité sont contraint.e.s d’admettre les patient.e.s sur l’appréciation de différents critères non-médicaux : (1) la charge de soins : anticipation des limites dans l’autonomie du malade, faire les toilettes et donner à manger n’étant pas des activités rentables ; (2) la valeur budgétaire : anticipation de longues durées de séjour pour respecter la « DMS », durée moyenne de séjour imposée par la politique gestionnaire ; (3) le potentiel d’inédit : évitement des problèmes peu clairs, au carrefour des spécialités, peu intéressants pour la recherche d’innovations biomédicales ; (4) l’âge qui rassemble bien souvent les trois critères précédents. Au regard de ces critères gestionnaires, une partie non négligeable du flux de patients drainé par les services d’urgences tendent à peu intéresser les services de spécialité : les malades chroniques vieillissant, les alcooliques, les toxicomanes, les sans domicile fixe, les malades dits « psy », les migrants en situation irrégulière, les personnes âgées. Les services de réanimation médicale comptent parmi ces services de spécialité qui opèrent une sélection des patients à leur entrée comme l’a montré le travail de Christophe Andréo.

Dans la lignée de ces travaux, les analyses que j’ai menées montrent qu’il existe en matière d’urgence sanitaire en France, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette étude montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciée. Quatre filières ont été repéré : la première est composée de services d’urgence hébergés dans des cliniques privées à but lucratif ; une seconde est constituée de services d’urgences publics hospitaliers ; la troisième est une filière de « contournement » des services d’urgences ; la dernière enfin, réunit les structures d’assistance socio-sanitaires. L’adressage médical vers l’une ou l’autre filière se fait sur la base du profil socio-sanitaire des personnes (âge, type de couverture sanitaire, type de pathologie).  Or, l’analyse révèle que l’accès aux soins de spécialité (que Pierre Lombrail nomme « l’accès secondaire aux soins ») appropriés à l’état de santé, sera plus rapide selon la filière de soins d’urgence sanitaire empruntée par le patient. Comme le soulignait, un médecin infectiologue, « le problème c’est d’arriver au médecin spécialiste ».

En portant dans l’espace public, la question des « choix douloureux » devant être faits par les soignant.e.s au détriment de personnes âgées concernant l’accès aux soins de spécialité qu’est la réanimation et ce, en raison d’une pénurie de lits et de médicaments dans ces services, la crise sanitaire opère aujourd’hui comme un véritable révélateur d’un problème de santé publique souterrain.

« Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour raisons médicales ».

Le Parisien titre dès le 17 mars : « Coronavirus : “ Il va falloir choisir” entre les malades, admettent des soignants » et une infirmière épuisée confie au journaliste : « Oui, on commence à trier les patients ». Il est certes précisé que ce sont des patients de 70 ans, déjà malades, qui ont été privé de ces soins mais aussi, que ces choix ont été contraints par une pénurie de places en réanimation. Autrement dit, ils n’ont pas été guidé uniquement par l’état de santé du patient et le principe hippocratique du primum non nocere [en premier lieu, ne pas nuire], qui peut conduire les médecins, dans certains cas, à décider collégialement et en accord avec les directives anticipées du patients et les familles, de ne pas réanimer. Parallèlement, les nombreux décès survenus ces derniers jours dans les Ehpad mais aussi à domicile, n’ont pas été comptabilisés dans la liste des morts annoncés chaque jour par Jérôme Salomon, directeur générale de la santé. De toute façon, à ce jour, l’absence de tests ne permet pas d’associer certains de ces décès au COVID-19. Tout ceci conduit à une invisibilisation du nombre de ces morts et contribue à masquer le traitement sanitaire réservé à ces patient.e.s durant la pandémie. Il convient également de préciser que la stratégie du confinement total est, de l’avis des soignant.e.s, dangereuse pour ces personnes. Outre l’isolement social qui entraine une forme de « mort sociale » précipitant la « mort biologique », je citerai ici l’exemple des repas qui doivent être désormais pris seul.e.s, dans les chambres. Le manque structurel de soignant.e.s dans les Ehpad et la dégradation de leurs conditions de travail, engendré là aussi par des années de politiques de restriction budgétaire (Dussuet, Nirello, Puissant, 2017), ne leur permettent pas d’être à leur côté et d’éviter ainsi les « fausses-route » fréquentes et bien connues des professionnel.le.s. de santé.

Des études avaient pourtant déjà montré en 2009 que la stagnation voire la régression du nombre de lit de réanimation associées à un vieillissement de la population, contraignait les réanimateurs à faire de l’âge un critère de sélection à l’accès aux soins d’urgence sanitaire :

« Plus prosaïquement, s’il ne reste qu’un lit pour deux patients, le jeune a une longueur d’avance. Pourquoi de telles inégalités de traitement ? En tout cas, pas pour raisons médicales. Tous les réanimateurs sont d’accord sur ce point : “L’âge en tant que tel ne constitue pas, à lui seul, un facteur de mauvais pronostic”, insiste le Pr Béloucif. […] Si l’admission des personnes âgées en réanimation fait débat, c’est donc bien parce que la pression économique s’accentue ».

Il semblerait donc pour reprendre une phrase qu’on attribue généralement à Arnold Allan Lazarus, psychologue clinicien et chercheur américain, que « chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts ». Car oui, les morts dont il est question ici procèdent moins de choix fondés sur des critères ou principes médicaux, que de choix reposant sur des principes économiques ayant conduit à « la casse du siècle » dénoncée par les soignant.e.s depuis des années et plus particulièrement, durant les mois qui ont précédé le début de cette pandémie. En visibilisant les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence sanitaire, la crise met ainsi en lumière l’existence d’une hiérarchisation sociale des vies ou dit autrement, pour paraphraser Didier Fassin, l’existence de vies inégales. Et les personnes âgées ne sont pas les seules à occuper une mauvaise place dans cet ordre social hiérarchique, en témoigne le traitement sanitaire réservé aux personnes migrantes confinées par centaine dans des gymnases, aux personnes incarcérées ou encore aux malades prise en charge en psychiatrie. Sur ce dernier point, le 21 mars, le psychiatre Mathieu Bellahsen nous fait d’ailleurs part de sa crainte concernant l’importance des morts qu’il risque d’y avoir ces services pour les personnes infectées présentant des complications : « Mes pires craintes, c’est le tri des patients. Qu’on nous dise ‘non, on ne les prend plus’. Nous n’avons aucun lit de réanimation. Les malades mentaux, comme on dit, passeront en dernier ». Il ne s’agit certes là encore que de craintes mais l’inquiétude des professionnel.le.s exerçant en psychiatrie est à prendre très au sérieux au regard de la vulnérabilité particulière des personnes avec des troubles psychiatriques et de la stigmatisation sociale dont elle sont souvent l’objet.

« Sauver le capitalisme sanitaire »

Au regard de l’ampleur de la crise sanitaire, le Président de la République a semblé un instant remettre en question la politique d’austérité budgétaire en réaffirmant, à l’occasion de son discours du 12 mars, l’importance de l’hôpital public, précisant même que la santé ne devait pas être un bien soumis aux lois du marché. Cependant, le 26 mars, le langage présidentiel employé dans un discours prononcé devant l’hôpital militaire récemment installé à Mulhouse, laisse à penser que cette politique n’est nullement remise en question : les termes « plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières » ainsi que « prime exceptionnelle » destinée aux soignant.e.s, puisent indéniablement dans la « novlangue managériale »[1]. Il convient de noter par ailleurs qu’il ne répond aucunement aux revendications fortes des soignant.e.s à savoir, plus de moyens matériels (la réouverture de lits notamment) et humains (recrutements pérennes de personnels médical et médico-social), ces derniers ayant été réduits dans les services au moyen d’outils gestionnaires comme la M.A.P, comprendre « Mise à Plat des Effectifs ». Dans cette configuration sémantique, la promesse faite par E. Macron d’une « rupture » me paraît ainsi plus que trompeuse. À mon sens, il s’agirait moins de sauver l’hôpital que de « sauver le capitalisme sanitaire » comme l’explique également le sociologue Pierre-André Juven. Et sur ce point, la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury n’est d’ailleurs guère plus optimiste : « Et on va aussi devoir combattre ceux qui vont nous raconter demain qu’il va falloir continuer à faire comme avant ». 

Face à cette situation que pouvons-nous faire ? Tout d’abord, prendre de la distance avec la rhétorique guerrière (séduisante) et son corollaire, l’héroïsation des soignant.e.s qui d’une part, tend implicitement à faire croire que les milliers de morts sont principalement dus à un ennemi commun invisible. Et d’autre part, à rendre légitime, presque naturel, le « sacrifice » (nouvelle morale ?) des soignant.e.s et de tous les autres travailleur.euse.s. qui s’exposent au virus malgré le manque de matériel de protection. Ce faisant, cette métaphore de la « guerre sanitaire » occulte les raisons structurelles à l’origine de l’ampleur du nombre de morts, à savoir les choix économiques ayant conduit au démantèlement progressif d’un système de santé qui doit aujourd’hui « choisir ses morts ». Face à cette situation, il est temps de s’indigner collectivement aux côtés des soignant.e.s, de refuser collectivement de s’adapter à une idéologie néolibérale qui nous conduit à des situations absurdes et à faire des choix inacceptables. Pour Isabelle Stengers, philosophe belge : « il faut que cela devienne une culture de pas d’impunité pour ceux qui font passer des situations cruelles  et anormales pour ce qu’il faut bien accepter. Plus de “il faut bien”. C’est quelque chose qui ne peut se faire que collectivement ».  En ce sens, cet article peut être considéré comme une pierre à cet édifice collectif et un outil, je l’espère, permettant de lutter collectivement contre les inégalités sociales devant la mort/la vie et pour une société plus équitable.


[1] Sur ce point, une attention toute particulière au langage employé dans les médias permet aussi de repérer que les bricolages réalisés par les soignant.e.s face au manque de gel hydroalcoolique, de surblouses, de masques, de lits de réanimation etc., sont devenus, dans le langage politique, des « innovations » (sociales, organisationnelles…). Or, l’usage de ce terme qui se trouve au cœur de la novlangue managériale ne constitue qu’un verni (héroïsation des soignant.e.s) visant à occulter l’origine structurelle du problème de pénurie.

Remerciements : Je remercie Delphine Moreau, Sociologue, Professeur à l’EHESP (laboratoire ARENES UMR 6051, Université Rennes 1) et Anne-Cécile Hoyez, Géographe, Chargée de recherche au CNRS (laboratoire ESO UMR 6590, Université Rennes 2) pour leur relecture et leurs précieux conseils.

Depuis l’écriture de cet article, des voix s’élèvent pour dénoncer les tris opérés en réanimation (personnes âgées, personnes avec des troubles psychiques, personnes souffrant d’une maladie rare) : 17 avril 2020 Hospimedia Le monde du handicap et de la santé mentale s’inquiète du tri en réanimation
Debacker, Perrine, Agathe Moret, et Jérôme Robillard. « Le monde du handicap et de la santé mentale s’inquiète du tri en réanimation ». Hospimedia, 17 avril 2020. https://www.hospimedia.fr/actualite/analyses/20200417-ethique-le-monde-du-handicap-et-de-la.

À lire aussi, les analyses menées par Anne Véga sur une autre crise sanitaire : la canicule de 2003. https://annevega.files.wordpress.com/2015/11/nc2b04-cr_pour-une-autre-mc3a9moire-de-la-canicule.pdf

A lire aussi, le témoignage d’une infirmière : https://acta.zone/on-na-pas-fait-une-medecine-de-guerre-on-a-fait-une-medecine-de-penurie/

A lire aussi, Didier Fassin, le 16 avril 2020 : https://www.college-de-france.fr/site/didier-fassin/L-illusion-dangereuse-de-legalite-devant-lepidemie.htm


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search