« L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence »

Article publié dans SIH Solutions. Le Mag de l’innovation e-santé, numéro de septembre-octobre-novembre 2019, p. 30-31.

La stratégie nationale de santé 2018-2022 annoncée par la ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a porté une nouvelle fois la lutte contre les inégalités territoriales d’accès aux soins sur l’agenda politique. Dans ce cadre, le plan « pour l’égal accès aux soins dans les territoires » présenté en septembre 2017, prévoit différentes mesures parmi lesquelles la mise en œuvre d’une « révolution numérique pour abolir les distances ».

Ainsi encouragés par les pouvoirs publics, des ambulanciers privés et des médecins régulateurs de Samu-Centre 15 travaillent depuis 2015 en coopération étroite avec des concepteurs d’outils connectés pour expérimenter la télémédecine dans le cadre de l’urgence préhospitalière (UPH). L’objectif est « d’améliorer la réponse à l’urgence médicale » et de relever le « challenge d’un accès égal aux soins pour tous ». Plus précisément, l’usage de ces outils doit permettre de réaliser à distance un premier diagnostic médical précis grâce aux informations télétransmises par l’ambulancier « connecté » : données cliniques (saturation, tension, etc.) et flux vidéo (plaies, fractures, pâleurs, etc.). L’intérêt ici est de réduire l’incertitude des décisions diagnostiques du médecin régulateur pour orienter le patient vers la filière adaptée à son état.

Depuis 2015-2016, des « lunettes connectées » et des « tablettes numériques » sont ainsi expérimentées : le port des lunettes connectées par l’ambulancier permet au médecin régulateur de visualiser à distance et en temps réel la situation d’urgence. Il peut également demander à l’ambulancier de réaliser une photo du patient (plaie, suspicion de fracture, problèmes cutanés) au moyen d’un bouton situé sur l’une des branches des lunettes. Les ambulanciers témoignent néanmoins des difficultés d’usage de cette fonctionnalité : lorsqu’ils appuient sur le bouton, cela déstabilise les lunettes et rend la photo trouble et par suite, inexploitable pour le médecin régulateur. Aussi, seul le médecin peut utiliser cette fonctionnalité à distance à partir de son ordinateur. Ce simple exemple suffit à constater l’importance de l’expertise d’usage développée par l’ambulancier qui, partagée avec le concepteur, peut permettre in fine d’ajuster l’outil aux situations de travail.

S’agissant de la tablette connectée, elle offre la possibilité au médecin régulateur d’être en visio-conférence avec l’ambulancier. Elle est composée d’un ensemble de « dispositifs médicaux connectés » (tensiomètre, saturomètre, scope, électrocardiographe) qui, pour l’heure, ne sont pas tous utilisés en situation d’urgence. Ils permettent à l’ambulancier de réaliser un bilan de l’état du patient qui est ensuite transmis instantanément à la régulation du Samu-Centre 15 via une plateforme sécurisée. Cette substitution du dialogue entre professionnels par un bilan numérique peut être perçue négativement par certains professionnels comme les assistantes de régulation médicale (ARM) par exemple, qui l’envisagent comme une réduction de leur rôle à une dimension technique : le dialogue avec l’ambulancier s’en trouve en effet réduit puisque l’ARM n’a plus qu’à copier-coller le bilan numérique et l’envoyer au médecin. Par ailleurs, la présence d’un électrocardiographe connecté prévoit la possibilité pour un ambulancier de réaliser des ECG à la demande du médecin régulateur.  C’est ainsi qu’on observe sur certains territoires l’émergence de nouvelles formes de coopérations interprofessionnelles qui se traduisent par une délégation du travail entre médecins et ambulanciers pouvant contribuer à une « montée en compétences » de ces derniers. Toutefois, l’analyse sociologique révèle là aussi des résistances et souligne l’absence de consensus médical et aussi, au sein de la profession d’ambulancier sur l’opportunité d’une délégation de ce type d’acte.

Ainsi, une ethnographie des usages des nouvelles technologies connectées montre que leur intégration dans les univers de travail rencontre des obstacles et résistances qui, pour l’heure, limitent la portée des expérimentations. Du point de vue de la sociologie de l’innovation, ces outils connectés restent donc encore, à ce stade du processus de leur développement, des nouveautés qui prendront ou non le statut d’innovations. Enfin, même si l’introduction de ces outils numériques dans les différents univers professionnels soulève de nombreuses questions d’application concrète, les résultats des expérimentations rapportées, entres autres, par le Dr Helelis-Fanien, directeur médical du Samu 86, sont encourageants : « il est certain que c’est augmenter, pour le patient, les chances d’avoir la décision médicale la plus appropriée […] Cela permet de flécher bien plus précisément le patient vers l’hôpital souhaité avec le plateau technique adapté » (Ohannessian, H. Delelis-Fanien et al., 2017). En complément de ces études, l’analyse sociologique pourrait participer aux évaluations en permettant d’une part, de repérer les facteurs favorisant et/ou entravant leur usage par les divers professionnels et d’autre part, d’identifier leurs bénéfices et limites sur la qualité du parcours de soins d’urgence du patient.

Symposium : Vulnérabilité physique et psychique des demandeurs d’asile

De la reconnaissance d’une catégorie à ses usages

Vendredi 18 octobre 2019 (10h-17h)
Université de Nantes

L’évolution du droit européen de l’asile a accordé une place croissante à la notion de « vulnérabilité », un phénomène par ailleurs identifié dans d’autres domaines de la vie sociale depuis une quinzaine d’années (Brodiez-Dolino 2016). Les nouvelles directives imposent une identification des populations
et une adaptation des dispositifs d’accueil et des procédures d’asile aux « besoins spécifiques » des demandeurs d’asile vulnérables, notamment les mineurs non accompagnés, les personnes en situationde handicap, les victimes de la traite des êtres humains ou encore les personnes ayant subi des tortures (Pétin 2017). Si le droit tend ici à « protéger des vulnérabi lités », de nombreuses études sur la migration montrent qu’il peut aussi « produire des vulnérabilités » (Aumond et Robin 2017).

Ces évolutions juridiques invitent à réfléchir à la polysémie de cette notion (Carlier 2017), à l’émergence et l’enracinement de ce paradigme et aux usages sociaux de cette catégorie, en examinant la genèse et l’évolution desdispositifs d’évaluation et de prise en charge spécifique de la vulnéra bilité physique et
psychique des populations en quête de protection internationale (Boublil et Wolmark 2018).

Ce symposium interdisciplinaire entend réunir les contributions académiques et professionnelles ancrées dans des disciplines variées comme l’histoire, le droit, la sociologie, la géographie, l’anthropologie, les sciences politiques ou la médecine, à l’échelle européenne. D’un point de vue historique, il s’agit d’approfondir les mobilisations et les modalités de reconnaissance de la vulnérabilité physique et psychique des sujets dans le droit d’asile contemporain, notamment celui de l’Union européenne, ainsi que les mobilisations et controverses autour des critères de vulnérabilité (d’Halluin 2016). D’un point de vue juridique, les contributions pourront explorer les différentes positions doctrinales et la manière dont la vulnérabilité a été prise en compte dans différentes décisions des institutions européennes en cas
de recours. Du point de vue des sciences sociales, l’idée est d’appréhender les usages sociaux et spatiaux de cette catégorie dans un contexte caractérisé par la suspicion d’un détournement de procédure et une administration de la preuve accrue pesant sur les personnes en demande de protection internationale.
Comment la vulnérabilité physique et psychique est-elle « dépistée » et prise en compte dans l’accès aux droits, notamment à l’hébergement, durant la procédure d’asile ? Quelles sont les modalités d’évaluation de la vulnérabilité par les médecins des institutions publiques ou par des acteurs associatifs
engagés dans leur accompagnement et quels en sont les effets sur l’accès aux droits et la prise en charge différenciés des publics (ex. aménagement de l’entretien d’évaluation de la demande d’asile, dérogation à la procédure de renvoi prévue par le règlement Dublin, publics vulnérables repérés et sortis des squats inscrits dans un parcours de soin par un réseau d’acteurs)… Il s’agira de s’intéresser à cette activité de repérage et d’assistance, à l’échelle de l’Union européenne, aussi bien dans la procédure d’asile « classique » que dans le programme de relocalisation (2015-2017) pour les demandeurs d’asile et les dispositifs de réinstallation pour les personnes protégées. Trois axes de réflexion structureront ainsi la journée :
Axe 1. Faire reconnaître la vulnérabilité dans le champ de l’asile
Axe 2. Identifier les publics vulnérables dans le champ de l’asile
Axe 3. Soigner les publics vulnérables dans le champ de l’asile

Crise des urgences: «Le privé tend la main pour aider et soulager le public» ? Quelques éléments d’analyse sociologique

Dans un article publié le 16 juin 2019 par le Figaro, le président de la Fédération de l’hospitalisation privée, Lamine Gharbi, avance une solution pour résoudre la crise des urgences : adresser les patients vers le privé. Plus récemment, il réitère sa proposition à l’occasion de l’émission Le temps du débat, diffusée sur France Culture. Fanny Vincent, sociologue et invitée de l’émission, rappelle alors à juste titre que les services d’urgence privés sont loin d’accueillir tous les patients comme le montre les analyses issues de ma thèse.

En effet, une plongée de plusieurs années dans les coulisses de ce monde révèle qu’il existe, en matière d’urgence, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, l’analyse montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; une dernière enfin, une filière de « contournement » des services d’urgences. Cette analyse dont je propose ci-dessous un extrait, prend appui d’une part, sur une ethnographie comparée de deux services d’urgence, l’un au sein d’un Centre Hospitalier Universitaire, l’autre dans une clinique privée à but lucratif, et, d’autre part, sur une enquête par questionnaire menée simultanément auprès de 550 patients répartis, à part égale, entre les deux services.

Des logiques d’accueil différentes selon le statut privé/public du service d’urgence

Au cœur de la ville enquêtée, les « Urgences » du CHU sont clairement signalées par de multiples panneaux. On y entre par une baie coulissante vitrée qui s’ouvre sur un  large hall où se croisent différents publics : les soignants le traversent pour passer d’un service à un autre ; les proches des malades patientent debout ou bien assis sur les chaises mises à disposition et enfin, les différents « convoyeurs » (sapeurs-pompiers, ambulanciers et police) vont et viennent. En second plan, se trouve la « salle de tri » dont l’ouverture est commandée par un interrupteur situé à l’intérieur de l’ « aquarium ». Le personnel de l’accueil « soignant » est relativement jeune – ils sont tous âgés entre 30 et 40 ans – et exclusivement masculin. Cette politique de masculinisation du personnel de l’accueil des urgences s’explique par les qualités physiques que requiert ce poste tant pour « brancarder » les patients parfois très corpulents, que pour gérer les malades agressifs. L’ouverture du service sur la ville expose le personnel à une variété de situations génératrices de stress et dont la dangerosité s’accroît la nuit. Aussi, la direction du CHU a-t-elle prévu la présence continue de professionnels de la sécurité aux abords du service.

Entrons à présent dans le service d’urgence de la clinique privée à but lucratif, qui, étant située à proximité du Centre Hospitalier Universitaire, partage avec lui le même bassin de recrutement. Cet établissement privé à l’architecture moderne est de taille importante – sa capacité est proche de celle du CHU voisin – mais son service est relativement invisible au public : situé à l’arrière de l’établissement, son accès est indiqué par un panneau placé à l’entrée de la clinique qui, à ma connaissance, constitue l’unique enseigne qu’on puisse trouver en ville signalant son existence. D’ailleurs, la plupart des personnes rencontrées au cours de l’enquête, qu’elles résident ou travaillent dans la ville, ignoraient l’existence de ce service. On y pénètre par une porte vitrée coulissante dont l’ouverture est automatique en journée et contrôlée par l’aide-soignante de l’accueil durant la nuit. Ce rempart contre un éventuel danger est d’autant plus important que « l’équipe de garde » se limite à un seul médecin et quelques autres soignants généralement de sexe féminin. A l’ouverture de la porte coulissante, on découvre un service d’urgence de petite taille. Il est composé d’une dizaine de boxes avec téléviseurs écrans plats, 8 lits portes [lits qui jouxtent le service d’urgence], une salle d’attente, une salle de pause, une salle de soins, une « salle de plâtre », un vestiaire et une pièce « logistique » pour les produits d’entretien. Contrairement à son homologue du CHU, ce service ne bénéficie pas d’un large hall d’entrée jouant le rôle de « sas » entre la ville et la zone de travail des professionnels. L’architecture du bâtiment et la présence d’un personnel majoritairement féminin révèlent ainsi que ce service d’urgence n’a pas été conçu pour accueillir des patients agressifs. Cette politique de recrutement de la clinique, inscrite dans la morphologie même de l’établissement, est bien connue des médecins régulateurs du Centre-15 qui orientent systématiquement ces patients « indésirables » vers les urgences du CHU :

« Si les pompiers nous disent : « On a ramassé un SDF qui vomit du sang, qui est sur la rue ». Bon bah là, on lui dit plutôt d’aller aux urgences parce qu’aussi, il faut reconnaître qu’ils sont plus nombreux en personnel de garde, en aide-soignante, en infirmière, ils sont beaucoup plus nombreux aux urgences. S’il y a de l’agitation, il y a la police aussi souvent aux urgences. A la clinique, ils n’ont pas la police. Bon c’est de la tension, un alcoolo qui s’énerve, aux urgences on est plus nombreux pour l’attacher, tout ça. »

La clinique, pensée comme une véritable entreprise de « production de soins », qui se doit d’être rentable pour ses médecins propriétaires-actionnaires, doit faire face à la concurrence du CHU. Elle se doit d’être attractive pour capter et fidéliser la clientèle « solvable », ce qui se traduit dans l’architecture même de l’établissement dont l’atmosphère est très différente de celle des urgences du CHU. En attestent les propos de cet ambulancier, tenus à l’occasion d’un transport :

« Aux urgences de la clinique ils sont snobs, c’est pour les bourgeois. Quand tu arrives, ils sont froids avec toi tandis qu’au CHU c’est comme des collègues, c’est collégial. A la clinique, il faut connaître pour y aller, il y a très peu de gens qui savent qu’il y a des urgences là. Moi j’ai un pote qui s’était fait mal à la main, je suis venu là avec lui parce que je savais qu’il allait être pris plus rapidement et puis, c’est le standing. Tu n’as pas à te taper des gens à côté, tu es dans ton box, tu as la télé. »

La clinique a une politique de recrutement des patients ciblée voire sélective, qui contraste avec l’ouverture et l’accessibilité du service d’urgence public. De fait, les spécialités considérées comme non rentables sont absentes de l’organigramme et plus particulièrement, ce qui relève du médico-social et du médico-psychologique. L’observation des pratiques des médecins urgentistes des urgences privées confirme l’existence d’une sélection des patients sur la base de critères socio-économiques.

Une médecine « commerciale » aux urgences de la clinique privée : La sélection des patients “rentables”

La principale fonction du service d’urgence de la clinique est de constituer – pour les médecins spécialistes actionnaires – un vivier de recrutement d’une clientèle qu’ils vont, par la suite, pouvoir fidéliser. Ce contexte de travail contraint les urgentistes à admettre uniquement les patients correspondant au profil socio-pathologique de la clientèle visée par les services de spécialité : « J’assiste à une conversation téléphonique entre le médecin urgentiste et un médecin généraliste de ville qui souhaite adresser son patient au service. L’urgentiste s’enquiert du type de pathologie dont souffre le patient mais également, de sa couverture sanitaire : « Il a une mutuelle ? ». On apprend aussi au cours de l’échange que ce patient est architecte.»

Loin d’être un fait isolé, cet échange atteste de l’importance du critère socio-économique dans la décision d’admission du patient mesuré, ici, à l’aune de sa couverture sanitaire et de sa catégorie socio-professionnelle (CSP). Sur le premier point, l’analyse statistique des profils des patients admis aux urgences privées montre en effet que 94,5 % d’entre eux ont une couverture complète (assurance et mutuelle), alors qu’ils sont seulement 75,4 % dans ce cas aux urgences publiques. Sur le second point, la comparaison ne révèle pas une très forte différence entre les patients des deux services. Pour ne prendre que les « actifs », nous repérons certes une présence plus importante de professions intermédiaires (26,9 % versus 20 % au CHU) dans le privé ainsi qu’une moindre proportion d’ouvriers (21,5 % versus 26,2 %) et d’employés (23,7 % versus 30,8 %) mais ces écarts restent peu significatifs Par ailleurs – et toujours concernant les seuls patients « actifs » – aucune différence sensible n’apparaît lorsque l’on compare la catégorie des « cadres et professions intellectuelles supérieures » (8,6 % versus 6,1 % au CHU) et celle des « artisans, commerçants et chefs d’entreprise » (19,3 % versus 16,9 %). Ces résultats battent en brèche une idée largement répandue selon laquelle les classes supérieures seraient fortement surreprésentées aux urgences privées tandis que les classes populaires se retrouveraient massivement dans le public. Si l’on veut comprendre les logiques de sélection de la clinique, il convient en effet d’aller au-delà des catégories canoniques habituellement utilisées pour appréhender les groupes sociaux.

Une analyse plus fine révèle alors que les ouvriers et les employés des deux services ne sont pas les mêmes au regard de leur statut : aux urgences privées, ils sont beaucoup plus souvent fonctionnaires ou encore salariés de grandes entreprises du secteur public ou privé. De fait, ces statuts différenciés engendrent des situations sensiblement différentes au regard du type de mutuelle dont les patients peuvent bénéficier. Les couvertures complémentaires collectives, dites « de groupe », sont en effet très avantageuses car elles sont négociées et, le plus souvent, financées partiellement par l’employeur. A l’inverse, jusqu’à présent, les salariés de petites entreprises étaient contraints de s’affilier individuellement à une complémentaire, moins avantageuse car non négociée. Ils s’acquittent par ailleurs de la totalité de la cotisation dont le montant – fixé en fonction de critères tels que l’âge et l’état de santé (maladies chroniques, polypathologies) – empêche les patients ayant des revenus faibles (puisque c’est un obstacle pour payer une mutuelle) et un état de santé dégradé (puisque cela fait monter la cotisation) d’accéder à une complémentaire.

A la clinique, les patients grabataires (non-autonomes) et/ou polypathologiques, sont ainsi évités car ils augmentent la charge de travail des soignants (toilette, repas) et restent plus longtemps dans le service en particulier lorsqu’ils nécessitent des « soins de suite ». Or plus les patients restent dans le service, moins ils sont rentables.  Ces patients sont en effet considérés comme non-rentables au regard des contraintes financières instaurées par le système de la « durée moyenne de séjour » (DMS) issu de la tarification à l’activité, qui codifie les délais d’hospitalisation en faisant fi de la situation sociale des patients. Dans ce cadre, la clinique évite ces « mauvais » malades au profit des patients plus « rentables » souffrant d’un problème organique ciblé correspondant à une spécialité :

“En fait la clinique, ils aiment bien quand c’est assez précis. Un truc orthopédie, un truc cardio, un truc digestif…ils vont faire le diagnostic, ils vont le donner au chirurgien digestif qui va régler le problème.”, nous explique un médecin régulateur.

Certes tous les médecins ne se plient pas mécaniquement à ces logiques de tri des patients, certains prenant parfois des libertés avec les règles de la clinique en acceptant l’admission d’un patient non solvable tout en prévenant le service facturation. Pour autant, les statistiques indiquent que ces logiques de tri s’imposent bel et bien comme des pratiques structurantes dans le fonctionnement du service. La comparaison statistique du type de pathologie rencontré dans les deux services révèle ainsi que les urgences « médico-psy » ou sociales sont très rares dans ce service (respectivement 1,7 % et 1,3 %) comparées à leur proportion aux urgences du CHU (7,9 % et 16,7 %). Il convient enfin de préciser que ces patients se voient refuser l’accès à la clinique quelle que soit leur couverture sanitaire et leur origine sociale : le croisement de la variable « cadre » (actifs et retraités confondus) avec les variables logement, situation professionnelle et couverture sanitaire ne fait, par exemple, émerger aucune différence notable entre les deux services. Ce qui distingue les cadres des deux services, c’est le motif de leur admission : plus de la moitié des cadres actifs ont été orientés dans le service d’urgence public pour un problème médico-psychologique ; de même, près de la moitié de ceux admis au CHU souffrent de pathologies médico-sociales ou psychologiques (alcoolisme, Intoxication Médicamenteuse Volontaire, dépression, etc.). Ainsi, l’existence d’un filtre médical à l’entrée de la clinique permet de favoriser ou au contraire d’éviter certains profils de patients, sur la base de critères socio-économiques déterminés en fonction de la norme de rentabilité médicale de l’établissement.


Pour aller plus loin :

Morels S., « L’urgence à plusieurs “vitesses” : Fracture territoriale et inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence en France. Genèse et réalité d’un sous champ sanitaire », Thèse de sociologie, Université de Nantes.

Morel S. « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, pp. 73-88.

Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32, https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028.    



La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives.

Colloque organisé par le CERMES 3, les 3-4 octobre 2019, Paris.

A l’occasion de ce colloque, nous proposons avec Victoire Cottereau et Hélène Marche, d’exposer quelques résultats issus de notre recherche sur l’accès aux soins des migrants primo-arrivants atteints du VIH-Sida.

Cottereau Victoire, docteure en géographie, MIGRINTER (7301), Université de Poitiers. victoirecottereau@hotmail.com ; Marche Hélène, maîtresse de conférence en sociologie, CERReV (EA 3918), Université Caen Normandie. helene.marche@unicaen.fr ; Morel Sylvie, docteure en sociologie, CENS (UMR 6025), Université de Nantes. sylvie.morel@univ-nantes.fr

L’expérience du VIH et l’éthique soignante à l’épreuve des trajectoires de soins des patients primo-arrivants

Dans l’imaginaire social, « sauver des vies » ne se discute pas. L’actualité récente montre que la France, à l’instar d’autres pays européens, légitime voire légalise désormais un traitement différentiel tout en rendant illégales les pratiques de secours sanitaire au nom de l’ainsi nommée « crise migratoire ». C’est dans ce contexte que s’inscrit cette communication visant à lever le voile sur les différentes formes d’inégalités et de discriminations (Lochak, 1987) qui jalonnent l’expérience et la trajectoire de la maladie des migrants primo-arrivants atteints du VIH/Sida[1]. Elle repose sur une recherche réalisée dans quatre villes françaises entre septembre 2017 et août 2018 et prend appui sur un matériau composé de 48 entretiens semi-directifs réalisés auprès de migrants primo-arrivants et de 53 entretiens réalisés auprès des professionnels et bénévoles du secteur médical, médico-social et associatif les prenant en charge. L’intervention s’organise en trois temps. Premièrement, l’analyse des caractéristiques des parcours migratoires permet de restituer leur complexité ainsi que la pluralité des profils des « patients-migrants ». Dans un second temps, nous aborderons leurs modalités d’entrée dans le système de soins et plus précisément, leurs conditions d’accès au dépistage et/ou aux traitements en France. Nous verrons notamment que le diagnostic de séropositivité est souvent vécu comme une déstructuration biographique parmi d’autres (ruptures familiales, professionnelles, résidentielles), engageant les personnes à articuler leur quotidien et leurs valeurs personnelles à la trajectoire de soins. Or, l’accès aux soins des migrants ne cesse de se complexifier ces dernières années, notamment au regard du durcissement des conditions d’obtention de l’Aide Médicale d’État (Carde, 2009). Face à ces obstacles, les professionnels de santé exercent dans un contexte de travail de plus en plus contraint et borné. Ainsi, dans un dernier temps, nous nous concentrerons sur ces professionnels qui sont amenés à bricoler, à co-construire avec les patients des solutions afin de rendre effectif l’accès aux soins et aux traitements, parfois à la limite de la légalité. Ces « pratiques buissonnières » (De Certeau, 1990) signent l’existence d’une résistance discrète, d’une lutte silencieuse menée au quotidien contre les inégalités et discriminations dans l’accès aux soins des migrants, et pour préserver leur éthique soignante et/ou humanitaire. Toutefois, la limitation des ressources dont disposent les soignants est susceptible de les conduire à une hiérarchisation morale des « besoins » des patients qui a pour revers de masquer les inégalités sociales que ces derniers subissent. In fine, l’étude invite à déconstruire la rhétorique de la « crise » dans les politiques migratoires sécuritaires et les politiques d’austérité budgétaires pour se situer au plus près des processus moraux et des rapports sociaux à l’œuvre dans l’accès aux soins des primo-arrivants en France.


[1] Cette recherche est menée dans le cadre du programme ANR MIGSAN (2016-2019) coordonné par Anne-Cécile Hoyez (UMR ESO 6590) qui traite des inégalités sociales en se focalisant sur celles qui concernent la santé et l’accès aux soins des migrants récemment arrivés en France, et sur les dynamiques sociales et spatiales en jeu dans le continuum des soins.

Lire aussi : LES MIGRANTS SUBSAHARIENS PRIMO-ARRIVANTS ATTEINTS DE VIH-SIDA EN FRANCE : LIEUX DE DIAGNOSTIC ET EXPÉRIENCES DE LA SANTÉ

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search