Les inégalités géographiques d’accès aux soins d’urgence

Le traitement sociologique d’une problématique géographique 

La construction d’un problème de santé publique

La première partie de ma thèse de sociologie soutenue en 2014 traite de la genèse et de l’usage d’un problème de santé publique. Plus précisément, l’analyse retrace le processus de construction du problème de l’inégalité géographique dans l’accès aux soins d’urgence qui requiert, pour être compris, de porter l’attention sur la genèse du principe de médicalisation des urgences promu par les médecins anesthésistes-réanimateurs français. Ce travail a fait l’objet d’une publication sous la forme d’un chapitre d’ouvrage intitulé « Lutter contre la mort violente. L’exemple de la politique d’urgence sanitaire française au XXème siècle » (Morel, 2010). Cet écrit montre que la définition médicale du problème a été construite dans un contexte où des médecins ayant acquis des compétences en matière d’anesthésie durant la seconde guerre mondiale luttent, à leur retour dans la vie civile, pour se défaire de la tutelle des chirurgiens et être reconnus comme des spécialistes de ce qu’on appelle aujourd’hui, « l’anesthésie-réanimation ». Dans les années 1950, la médicalisation des transports des malades atteints de poliomyélite puis, à partir des années 1960,  la médicalisation des accidents de la route qui sont alors portés au rang de problème public (Gilbert, 2009), ont constitué pour ces médecins des ressorts indispensables pour faire aboutir le processus de segmentation (Bûcher, Strauss, 1961) : en 1965, le ministère de la santé, considérant que les accidents de la route relèvent du domaine de la santé et non de l’Intérieur, créé les Smur, des ambulances médicalisées par les anesthésistes-réanimateurs.

Dans cette lutte, ces médecins rencontrent l’opposition des chirurgiens puis, celle de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers (Fnspf). Cette dernière, soutenue par le Ministère de l’intérieur, refuse l’appropriation par ces médecins du « secours routier » qu’elle considère relever de son territoire de compétence. C’est dans ce contexte qu’en 1981, le problème de l’inégalité géographique dans l’accès aux soins d’urgence est énoncé publiquement et pour la première fois, par un médecin hospitalier anesthésiste- réanimateur. L’enjeu de cette publicisation est de promouvoir le développement des Smur et, à terme, d’étendre leur répertoire d’activité à toutes les urgences médicales préhospitalières afin de préserver leur utilité sociale.

Dans le prolongement des travaux de Gusfield (2009), notre travail montre ainsi que la problématisation publique de la question de l’inégalité géographique dans l’accès aux soins d’urgence est à resituer dans le processus de segmentation d’un groupe professionnel. L’analyse montre par ailleurs que sa publicisation n’est pas tant liée à l’importance objective du phénomène qu’à son ajustement aux intérêts de certains groupes professionnels et aux routines de fonctionnement des espaces politiques.  

Toutefois, au-delà de la controverse portant sur la propriété du problème, trois points communs émergent des différents discours argumentatifs formulés par ces deux groupes d’intérêt (Offerlé, 1998) : (i) une définition médicale du problème ; (ii) une solution médicale (médecins anesthésistes-réanimateurs/médecins pompiers) ; (iii) la répartition des compétences entre les différents professionnels impliqués.

L’ethnographie du monde ambulancier réalisée parallèlement à l’analyse généalogique du problème a permis de dépasser ces représentations dominantes en les confrontant à l’expérience du problème (Cefaï, Terzi, 2012), c’est à dire à la façon dont il est vécu et perçu par les acteurs de terrain.

Un problème géographique au prisme de la sociologie des professions de santé

L’immersion ethnographique a permis d’aborder la problématique de l’inégalité géographique sous un angle original. Les travaux menés par les sociologues et géographes de la santé (Vigneron, Guigou, 2001 ; Picheral, 1985 ; Lucas, Tonellier, 1996 etc.) ont certes, depuis longtemps, fait le constat de l’existence en France d’une fracture territoriale dans l’accès aux soins. Néanmoins, le thème des urgences est rarement abordé dans ces études qui restent par ailleurs centrées sur la problématique de la « démographie médicale » ou des « déserts médicaux », reprenant ainsi le référentiel politique dominant.

Mon travail montre comment c’est en s’appuyant sur les savoirs indigènes et notamment ceux des enquêtés en marge du champ, que je suis parvenue à prendre une distance critique vis-à-vis du savoir « savant » (dominant). L’invitation d’une poignée d’ambulanciers à la comparaison avec les modèles suisse, allemand et canadien, a permis en effet de faire apparaître la relativité culturelle de la frontière entre acte médical et non médical qui, dans l’hexagone, tend trop souvent à être naturalisée (Pasveer, Akrich, 1996). Ces ambulanciers m’ont enseignée que certains actes d’urgence considérés comme médicaux et donc réservés aux urgentistes français sont, dans d’autres pays (Allemagne, Suisse, États-Unis, Canada, Autriche etc.), dévolus à des ambulanciers paramédicaux. Aussi, d’après ces ambulanciers situés en marge du champ, le monopole des compétences en matière de soins d’urgence par les urgentistes constituerait le principal facteur à l’origine de l’inégalité territoriale dans l’accès à ces soins en France. Partant de ces données, une théorie originale a émergé : pour étudier le problème, le regard du sociologue devait se porter sur la « géographie professionnelle » autrement dit, sur la question de la répartition des compétences entre les professionnels et non, sur la répartition géographique des médecins.

Une sociologie dynamique du travail et des métiers de santé

L’immersion ethnographique sur le terrain ambulancier a permis de produire des connaissances nouvelles ou renouvelées dans le champ de la sociologie du travail et des professions. Intitulé, « De transporteurs à soigneurs ? Vers une segmentation du travail des ambulanciers privés français », mon article paru dans la revue sociologie du travail en 2018, s’inscrit à la croisée de la sociologie du travail et des groupes professionnels ainsi que dans la lignée des recherches menées par Jean Peneff (1992, 2000). Prenant appui sur le modèle d’analyse construit par Bücher et Strauss, la profession d’ambulancier.e. est appréhendée comme un processus et une agrégation de segments.

L’analyse met l’accent sur la polyvalence du travail des ambulancier.e.s et sur l’hétérogénéité du groupe dont les membres ne partagent pas tous la même définition du métier. S’opposant à une majorité qui se positionne contre l’élargissement des missions sanitaires d’urgence, un segment se mobilise pour renforcer ses compétences et son rôle dans ce domaine. S’inspirant de l’exemple des ambulanciers paramedics européens et outre-Atlantique, il cherche à conquérir le statut de spécialiste de l’urgence sanitaire préhospitalière. L’article montre également les obstacles à l’aboutissement du processus de segmentation provenant de la Fnspf et d’une partie des médecins urgentistes. Ces derniers, qui ont lutté pour être reconnus comme spécialistes (Danet, 2007, 2008), refusent en effet de déléguer aux ambulancier.e.s des actes de soins qu’ils considèrent comme relevant strictement de la médecine d’urgence. En reprenant la perspective théorique défendue par Eliot Freidson, nous analysons cette division du travail médical comme étant non pas, le seul résultat logique de développements technologiques dans le domaine de l’urgence, mais avant tout comme le fruit de pressions politiques de la profession médicale dominante qui a su imposer sa définition des compétences relevant du médical auprès des pouvoirs publics (Freidson, 1984).

Au terme de cet article, nous soulignons les enjeux du développement de « l’e-santé » en termes d’organisation sanitaire et de reconfiguration des métiers de la santé. Plus précisément, la télémédecine d’urgence offre une occasion de renouveler et d’approfondir les analyses menées en doctorat sur la problématique de l’inégalité géographique dans l’accès aux soins d’urgence [cf. onglet projet de recherche]

Méthodologie de recherche en santé

1.    Concilier recherche fondamentale et recherche impliquée : les apports d’une ethnographie réflexive

Le rapport intime du chercheur à l’objet d’étude

Ma thèse de sociologie (Morel, 2014), débute en novembre 2005 au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) après la réalisation d’un master 1 consacré aux logiques d’engagement bénévoles des secouristes de la Croix-Rouge Française – association au sein de laquelle j’exerçais des responsabilités depuis 1999 – puis d’un master 2 visant à retracer la sociogenèse des associations de secourisme et plus largement, du champ de l’urgence sanitaire en France. À la fin de l’année 2005, soit un an avant l’entrée en thèse, débute mon immersion ethnographique dans une entreprise privée de transport sanitaire située en milieu urbain.

Au fil des mois, j’intériorise la culture indigène et je découvre non sans difficulté parfois les différentes tâches de travail réalisées par ces professionnel.lle.s. Ces « épreuves ethnographiques » (Bensa et Fassin, 2008) ont fait l’objet d’un chapitre d’ouvrage intitulé « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », (Morel, 2016b). Il montre que les pratiques et discours professionnels qui encadrent la gestion du « sale boulot » (Arborio, 1995) varient selon les contextes de travail : transport sanitaire classique ou d’urgence. L’analyse des observations in situ révèle que les réactions des ambulancier.e.s aux corps pathologiques dépendent moins de la situation objective autrement dit, de l’état du corps, que du sens que l’ambulancier.e. attribue à la situation et à l’enjeu qu’elle revêt en termes de reconnaissance professionnelle. En situation d’urgence, la technicisation du corps via l’utilisation d’un dispositif médical permet en effet de revaloriser la prestation et d’échapper à l’indignité de la tâche en neutralisant le corps qui devient alors l’objet d’un rôle de soignant valorisé socialement.

 A l’aube d’entreprendre ma thèse, je postulais que mon « engagement ethnographique » (Cefaï, 2010) avec les ambulancier.e.s me donnerait toutes les chances de conduire ma recherche avec succès. Mais ce rapport subjectif à l’objet d’étude s’est révélé être une ressource à double tranchant. Loin de taire cet aspect de l’enquête, j’ai décidé au cours de l’écriture de mener une « auto-socioanalyse » (Bourdieu, 2001) en m’appuyant sur une relecture critique du journal de terrain. Ce travail placé en introduction de l’écrit final a fait l’objet d’une publication dans la rubrique « savoir-faire » de la revue Genèses (Morel, 2018b).

          Ethnographie, subjectivité et scientificité

Intitulé, « Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », cet article constitue un plaidoyer en faveur de la réhabilitation de la subjectivité comme source de connaissance scientifique. Cet article montre que les implications, perturbations ou impasses auxquelles notre subjectivité peut nous conduire sont à prendre pour objet d’analyse au même titre que la façon dont nous sommes perçus par les enquêtés. Cette posture est heuristique pour peu que le chercheur adopte une position d’inspiration psychanalytique en appréhendant ce qu’il considère souvent a priori comme une « erreur » qu’il préfère cacher au lecteur, comme un « lapsus » révélateur d’une réalité sociale maintenue cachée de et par lui-même. Cet essai d’auto-analyse encourage par ailleurs à ne pas seulement « faire avec » les effets subjectifs mais à « jouer avec » en entreprenant, par exemple, de faire varier sa posture sur le terrain.

Dans cet article, nous défendons l’idée que c’est à condition de penser la subjectivité et ses implications dans le processus de recherche qu’on se donne quelques moyens supplémentaires d’objectiver notre pratique. Dans ce cadre, le reproche de subjectivité du savoir fait à l’ethnographie, et servant souvent d’argument d’autorité aux tenants de la science dite « dure » pour affirmer sa non-scientificité, apparaît être le symptôme d’un manque de réflexivité de ses détracteurs qui, dans leurs écrits, occultent trop souvent tout ce que le résultat scientifique doit au chercheur, à sa position dans le champ scientifique et à sa trajectoire sociale. Cette réflexion méthodologique montre ainsi que la meilleure façon de parer aux reproches de non-scientificité n’est pas de nier la subjectivité, mais de lui redonner toute sa place dans la recherche scientifique.

2. Saisir les inégalités sociales devant l’urgence

Une statistique « armée » par l’ethnographie

Dans la seconde partie de ma thèse, je mobilise diverses techniques d’enquête : études des données statistiques étatiques, analyses statistiques de première main, entretiens informels et semi-directifs, observations.

S’agissant de la problématique de l’inégalité sociale dans l’accès aux soins d’urgence, l’enquête ethnographique menée sur le terrain ambulancier trouvait ses limites. Le recours à la méthode statistique s’imposait. Construit à partir des observations d’intervention d’urgence, le questionnaire visait à retracer la trajectoire sanitaire suivie par le patient avant son arrivée aux urgences. Dans ce cadre, les données ethnographiques ont donc permis de repérer les questions et variables pertinentes pour saisir les différentes étapes de la trajectoire empruntée par les patients dans un contexte d’urgence. Le cœur de l’analyse statistique repose sur l’exploitation de 500 questionnaires répartis à part égale entre deux services d’urgence. En s’inspirant de l’expression forgée par Florence Weber qui évoque dans son article une « ethnographie armée par les statistiques » (Weber, 1995), j’évoque également ici le cas d’une « statistique armée par l’ethnographie » : les observations menées sur le terrain ambulancier ainsi que l’ethnographie des deux services d’urgences ont non seulement « armé » les résultats statistiques mais ils leur ont également donné du sens et de la chaire.

Sociologie critique de la catégorie d’« usager »

Les études statistiques sur les « usagers des urgences » ont fait l’objet d’une analyse visant à interroger les enjeux socio-politiques qui sous-tendent l’emploi du terme « usager » dans ces publications institutionnelles. Cette analyse esquissée dans la thèse fut approfondie à l’occasion d’une recherche consacrée aux pratiques d’automédication des patients sous chimiothérapie menée en collaboration avec un médecin généraliste. Elle a fait l’objet d’une communication intitulée « Usagers : une catégorie politico-administrative d’appréhension du champ sanitaire éloignée de l’univers pratique des soignants » réalisée dans le cadre du 4ème séminaire de l’Association Sciences Humaines et Santé.

L’idée de ce travail est partie d’un étonnement mutuel face à l’existence d’un décalage notoire entre l’emploi de plus en plus répandu de la catégorie d’usager dans les discours politico-administratifs et l’absence de ce terme dans les discours énoncés par les soignants. Ce travail met en évidence que cette catégorie de langage véhicule un double sens qui est loin d’être dénué ambiguïté dans son usage. Forgé dans le contexte de l’épidémie du Sida, il fait au départ référence à l’idée de « démocratie sanitaire ». Pourtant, une analyse contemporaine du contexte d’énonciation de ce terme révèle que la figure de l’usager est le plus souvent convoquée à l’occasion de discours promouvant la nécessité de rationaliser les dépenses de santé. Une collusion apparaît ainsi entre l’entrée progressive de la logique gestionnaire dans le système de soins et la diffusion de ce terme dans le champ de la santé où il s’est progressivement substitué à ceux de patient et de malade (Schweyer F-X, 2000). En ce sens, nous postulons qu’il convient d’être prudent dans l’usage de cette catégorie qui, dans certains discours, s’apparente parfois à un cheval de Troie : sous couvert de démocratie sanitaire, elle introduit, en la légitimant la logique gestionnaire dans le champ de la santé. Une logique gestionnaire qui se trouve ainsi légitimée par le vernis de la « démocratie sanitaire » (Batifoulier P. et al., 2006).

La télémédecine d’urgence

Innovations technologiques en santé et transformations contemporaines du travail et des métiers de l’urgence

Dans l’hexagone, l’inscription de la télémédecine sur l’agenda politique s’est traduite, entre autres, par un texte de loi autorisant depuis le 15 septembre 2018 l’entrée des actes de téléconsultation et de téléexpertise dans le droit commun du remboursement de l’Assurance-maladie. Selon la définition juridique française, la télémédecine consiste « en la mise en place et en l’utilisation, dans divers environnements de soins (hôpital, domicile, cabinets médicaux), de dispositifs techniques d’information et de communication. Ceux-ci permettent à des professionnels de santé dont ceux du champ de l’urgence sanitaire préhospitalier, de réaliser des actes médicaux en étant situés à distance des patients » (Gaglio, Mathieu-Fritz, 2018 : 11). Dans ce cadre, la télémédecine appliquée aux soins d’urgence préhospitaliers est considérée comme une solution « innovante » pour répondre aux inégalités territoriales dans l’accès aux soins d’urgence. Elle constitue un des piliers de la « stratégie nationale de santé 2018-2022 » qui a fait de la lutte contre les inégalités territoriales d’accès aux soins l’une de ses priorités.

La télémédecine d’urgence constitue un terrain de recherche fertile pour penser les transformations contemporaines du travail et des organisations du travail liées au numérique. Depuis quelques années, cette forme de télémédecine fait l’objet d’applications variées. Il peut s’agir pour un médecin hospitalier d’obtenir rapidement un avis spécialisé (radiologie, neuro-chirurgie, dermatologie, brûlure, etc.) pour décider, par exemple, de l’opportunité d’un transfert inter-hospitalier urgent. La télémédecine d’urgence se déploie également au sein des Ehpad. Elle permet aux professionnels (infirmiers, aides-soignants, gériatres) d’être en visio-conférence avec un médecin régulateur qui, à partir de la téléconsultation et des données (saturation, tension, etc.) transmises via les outils connectés, déterminera la nécessité ou non d’un transport sanitaire vers un service d’urgence. Nous pouvons également citer l’existence de dispositifs de télé-accident vasculaire cérébral (AVC) qui visent à prendre en charge des urgences neurologiques à distance : le médecin urgentiste sur place (domicile, hôpital, voie publique, etc.) envoie au moyen des outils connectés, les données au radiologue et au neurologue de garde pour un diagnostic rapide permettant de réduire les séquelles liées à la prise en charge tardive d’un AVC. Dans ce projet, je m’intéresse à une forme récente d’application de la télémédecine d’urgence : l’usage par des ambulanciers privés d’outils connectés leur permettant d’être en lien avec les médecins régulateur du SAMU-Centre 15 depuis les ambulances de secours et de soins d’urgence (ASSU).

Depuis 2015-2016, des professionnels de l’urgence sanitaire préhospitalière se sont engagés dans l’expérimentation des « lunettes connectées » et des « tablettes » numériques pour mettre en lien, dans le cadre d’interventions d’urgence, le médecin régulateur médical du SAMU-Centre 15 et les ambulanciers privés depuis les ASSU. Ces « ambulances connectées » dites de « dernière génération », désignent ici l’ensemble des technologies embarquées qui permettent la réception et la transmission de données numériques en temps réel, dont des flux audio-vidéo vers l’hôpital ou d’autres intervenants de terrain. Elles sont équipées de multiples cartes SIM permettant une connectivité en tout point du territoire (Morel, 2017). Les objectifs de ces expérimentations sont pluriels :

  • « La régulation augmentée » ou « visio-régulation médicale » permettrait selon ses concepteurs (ingénieurs et médecins urgentistes), d’optimiser le parcours de soins du patient en donnant au médecin régulateur du SAMU les moyens de réaliser à distance un premier diagnostic médical précis grâce aux informations télétransmises par l’ambulancier « connecté » : données cliniques (saturation, tension, etc.) et flux vidéo (plaies, fractures, etc.). Ces informations transmises instantanément au médecin régulateur permettent de réduire l’incertitude des décisions diagnostiques jusqu’alors réalisées « à l’aveugle », et d’orienter le patient vers la filière la plus adaptée à son état.
  • La « téléassistance médicale » constitue l’un des cinq actes de télémédecine reconnus par les pouvoirs publics. En tant que médiateur entre le patient et le médecin régulateur, « l’ambulancier connecté » au moyen des lunettes ou de la tablette, est considéré comme étant « les yeux et les mains du médecin ». Il peut, dans certains cas, réaliser des gestes de soins ne relevant pas de sa compétence propre, sous le contrôle du médecin régulateur : par exemple, la tablette connectée prévoit la possibilité pour un ambulancier de réaliser un électrocardiogramme (ECG) dont le tracé est ensuite transmis en temps réel aux médecins régulateurs. Enfin, la téléassistance médicale est aussi utilisée par les médecins urgentistes du SAMU-centre 15 comme un outil de formation des internes en médecine intervenant sur des situations d’urgence au moyen des services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR).

L’objectif de ce projet est d’analyser les transformations contemporaines du travail des professionnels de l’urgence à l’épreuve de ces nouvelles technologies numériques dites « innovantes ». Dit autrement, qu’est-ce que ces nouvelles technologies font au travail, aux travailleurs et aux patients ? Quels sont les enjeux sociaux, éthiques et psychiques de la télémédecine d’urgence et de l’introduction des objets connectés dans le champ de l’urgence préhospitalière? Il s’agit donc de comprendre les effets de l’introduction des outils connectés dans le champ de l’urgence sanitaire préhospitalière sur les pratiques professionnelles, les frontières professionnelles, le rapport au travail mais aussi, sur la relation soignant/soigné. Une attention particulière sera portée sur les effets de l’usage des outils connectés sur les représentations et les relations des professionnels vis-à-vis du patient et inversement. Ce dernier reste en effet très souvent le point aveugle des travaux menés dans le domaine de l’urgence : ses paramètres médicaux sont mesurés, son corps est objectivé par des capteurs mais sa parole et sa subjectivité, elles, ne sont pas sollicitées.

À l’instar de la tradition interactionniste, mes recherches précédentes sur les ambulanciers ont permis de montrer tout l’intérêt d’adopter une méthodologie qualitative pour décrire finement les contextes et le contenu concret du travail des professionnels de l’urgence, pour comprendre leurs représentations et le sens qu’ils attribuent aux usages ou non de tel ou tel outil innovant. Une observation ethnographique en salle de régulation médicale ainsi qu’une enquête embarquée au sein des ambulances seront donc menées afin d’observer l’outil en situation de travail. Elles permettront de renseigner sur la place donnée par les professionnels aux patients dans les interactions sociales mais aussi, sur le « travail du malade » : sa place au cours de l’intervention, ses réactions vis-à-vis des outils connectés, etc. Une enquête par immersion offre également la possibilité de réaliser des entretiens informels avec les patients et les proches qui les accompagnent. Ces données permettront de saisir leur perception de l’outil, leur expérience de la télémédecine d’urgence mais aussi, leurs attentes vis-à-vis de ce type d’outil. Cette posture de recherche implique de sortir d’un rôle d’observateur soi-disant neutre afin d’encourager un « partage du sensible » (Laplantine, 2005, p. 88).

Les inégalités sociales d’accès aux soins : urgences, migrant.e.s, personnes souffrant de troubles psychiques sévères, personnes trans’

Deux recherches en cours depuis 2020

1 -Canopée : Cancers chez les personnes suivies pour des troubles psychiques sévères : quelles difficultés dans les parcours de soins ?

L’équipe de recherche :

Irdes : Coralie GandréMagali ColdefyCamille Regaert ; Ehesp : Delphine Moreau Ibtissem Ben Dridi Sylvie Morel  (MCF, Université de Nantes) ; GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences : Nabil Hallouche  et Aurélien Troisoeufs  Université de Nanterre : Anne Vega ;

Financement : Institut national du cancer (AAP 2019 « Projets libres de recherche en sciences humaines et sociales, Épidémiologie et santé publique »)

PRÉSENTATION

La surmortalité par cancer des individus suivis pour des troubles psychiques sévères (TPS) a été récemment objectivée en France, suggérant que cette population est confrontée à des inégalités de santé. Les facteurs liés aux comportements individuels sont les plus fréquemment mis en avant pour expliquer ce phénomène. Bien que leur rôle doive être davantage exploré, il est nécessaire de considérer le rôle d’autres facteurs : ceux liés aux professionnels et au système de santé.

Notre objectif est de mieux caractériser les défauts de parcours de soins pour cancer chez les individus suivis pour TPS afin d’identifier des leviers pour réduire leur occurrence en mobilisant une méthode mixte. L’approche quantitative vise à mieux préciser les hypothèses quant aux facteurs de surmortalité par cancer (dépistage tardif, soins non optimaux…). Elle mobilise ainsi les données du système national des données de santé (SNDS) pour décrire et comparer d’une part, l’incidence du cancer, la mortalité par cancer et les actions de prévention et de dépistage entre les individus suivis pour TPS et la population générale, et d’autre part, les parcours de soins du cancer entre les patients avec ou sans TPS à l’échelle nationale. L’approche qualitative repose sur des entretiens semi-dirigés avec des patients, leurs proches et des professionnels de santé afin de documenter les difficultés rencontrées par les patients avec TPS dans leur parcours de santé et en particulier de soin pour cancer et les ressources mobilisées. Ils seront complétés par des focus groups avec des usagers des services de santé mentale qui contribueront au suivi de la recherche, et pourront proposer des retours tant sur les hypothèses et premières analyses qu’en amont sur la démarche employée, nourrissant ainsi une dimension participative de la recherche.

Si nos résultats montrent des inégalités de santé pour les individus suivis pour TPS souffrant de cancer, ils permettront d’apporter des éléments probants pour sensibiliser les différentes parties prenantes et concevoir des interventions pour réduire ces inégalités, et améliorer la prise en charge et la qualité de vie des personnes concernées.

Ce projet a obtenu un avis favorable du Comité d’éthique de la recherche de l’Université de Paris (Dossier : n° 2020-71 MOREAU GANDRE – N° IRB 00012020-71)

PÉRIODE DE RÉALISATION : Nov. 2019 – Nov. 2022

2 – L’accès à l’autoconservation des gamètes et à la PMA des personnes trans’

texte en cours – recherche indépendante en collaboration avec le CECOS du CHU de Nantes

 

Recherches menées avant 2020 (Thèse et post-doctorat)

1 – Les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence (thèse de sociologie)

L’impensé des inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence

Dans l’imaginaire social, il semble évident que « sauver des vies » ne se discute pas. Dans le cadre d’un tel consensus social, interroger les pratiques des professionnel.le.s de l’urgence au prisme des inégalités sociales d’accès aux soins relève de l’impensable. Or ces représentions sociales de l’urgence ne résistent pas à l’enquête ethnographique dont une partie des résultats a été publié dans la revue Agone en 2016. Intitulé, « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence : Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé » (Morel, 2016a), cet articule montre que l’existence en France de filières d’accès aux soins (d’urgence) graduées socialement ou « à plusieurs vitesses », contribue à la reproduction voir à l’aggravation des inégalités sociales de santé (ISS).

L’analyse met en évidence que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; et pour finir, une filière de « contournement » des services d’urgences. Ce travail qui a fait l’objet d’une publication d’articles dans la revue Agone et dans Social Science & Medicine, montre par ailleurs que pour comprendre les logiques de sélection de la clinique, les catégories canoniques habituellement utilisées pour appréhender les groupes sociaux ne suffisent pas. Bien plus, elles nous aveuglent. De même, les pratiques de sélection ne peuvent être comprises sans prendre en considération d’autres critères, comme le type de pathologie, le degré d’autonomie du patient et son âge. L’enquête révèle enfin qu’en dépit du principe d’accès aux soins pour tous affiché dans le service d’urgence public, les pratiques de sélection sociale de patients « non rentables » n’y sont pas absente et qu’il convient pour les comprendre, de les replacer dans les contraintes gestionnaires qui pèsent sur les professionnels.

Articles issus de cette recherche :

Morel S., « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, pp. 73-88.

Morel S., « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », In :  Memmi D, Raveneau G., Taïeb E., dir., Le social à l’épreuve du dégoût, PUR, le Sens Social, 2016, pp. 151-162.

Morel S., « De transporteurs à soigneurs ? Vers une segmentation du travail des ambulanciers privés français », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 – n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, URL : http://journals.openedition.org/sdt/1736 ; DOI : 10.4000/sdt.1736  

Morel S.,« Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », Genèses, 112, 2018, pp. 140-153. DOI : 10.3917 / gen.112.0140.

Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, mai 2018.

Morel S., « Vous avez composé le 15 ? Vous verrez peut-être arriver …des ambulanciers privés », [https://theconversation.com], 26 juin 2018.

Morel S., « Mort de Naomi à Strasbourg : comment expliquer que son appel n’ait pas été pris au sérieux ? », [https://theconversation.com], 14 mai 2018.

Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32, https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028

Morel S., « Organisation des soins d’urgence : création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale », Les dossiers de l’obstétrique, n° 494, août-septembre 2019.

2- VIH-Sida et hépatites : les inégalités sociales dans l’accès aux soins des migrants primo-arrivants (postdoctorat, recherche MIGSAN)

Cette recherche postdoctorale a été réalisé entre septembre 2017 et septembre 2018 dans le cadre de la recherche MIGSAN (migrants et santé) portée par Anne-Cécile Hoyez, géographe, chargée de recherche au CNRS. L’objectif de la recherche menée en collaboration avec Victoire Cottereau (docteure en géographie) était d’une part, de comprendre les expériences de santé et d’accès aux soins du point de vue des populations primo-arrivantes atteintes du VIH-Sida et d’hépatites (B, C) ; et d’autre part, d’analyser les pratiques des professionnel.le.s hospitaliers intervenant auprès de ces patients au sein des services de maladies infectieuses.

Les analyses montrent que même si dans l’imaginaire social « sauver des vies » ne se discute pas et pourtant, selon le médecin et anthropologue Didier Fassin, « rarement les vies n’ont paru si inégales » (2018). Les milliers de personnes migrantes noyées dans la mer Méditerranée ces dernières années montrent en effet que les pays européens dont la France, ont désormais légitimé les traitements différentiels en matière de secours à la personne. À l’intérieur de l’hexagone, la « condition humaine » faite aux migrants malades et à ceux qui les aident n’est guère plus enviable au regard du durcissement des politiques de maîtrise des flux migratoires et des dépenses de santé. Prenant appui sur une recherche qualitative menée par entretiens semi-directifs auprès de 34 personnes migrantes et de 44 professionnels de santé et/ou bénévoles dans trois villes françaises, nos recherches permettent de lever le voile sur les différentes formes d’inégalités et de discriminations jalonnant l’expérience et la trajectoire de la maladie des migrants primo-arrivants atteints du VIH/Sida. Face à ces situations, l’analyse révèle également l’existence d’une résistance discrète, d’une lutte silencieuse menée au quotidien par les professionnels de santé et les bénévoles d’associations contre ces inégalités et discriminations, et pour préserver leur éthique soignante et/ou humanitaire. Ces résultats nous ont amené à conclure avec A. Lazarus, que « chaque pays, en fonction de son système de soins « choisit » ses morts ».  

Nos recherches apportent plus largement un éclairage sur les lieux de diagnostic, les modalités de découverte du VIH chez les migrants subsahariens primo-arrivants en France, sur les raisons qui les ont amenés à quitter leur pays d’origine, mais également sur leurs représentations de la maladie.   

Articles issus de cette recherche :

Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32, https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028.    

Cottereau V., Morel S., « Les migrants subsahariens primo-arrivants atteints de VIH-sida en France : Lieux de diagnostic et expériences de la santé », Revue Espace, Territoires, Sociétés et Santé, vol. 2, n°3, juin 2019, pp. 8-19, ISSN 2617-3085, https://www.retssa-ci.com/index.php?page=detail&k=44 

Cottereau V., Morel S., L’accès aux soins des migrants primo-arrivants. Les soignants face aux discriminations dans l’expérience de la maladie chronique (VIH) en France, Emulations – Revue de sciences sociales, (35-36), p. 81-94. doi: 10.14428/emulations.03536.06. 

 

 

Enseignements

2020-2022

Tout en poursuivant la plupart des enseignements des années précédentes, j’enseigne à l’UFR de sociologie et de médecine au titre de Maîtresse de conférences de l’Université de Nantes depuis 2020 :

  • Les méthodes d’enquêtes (L1 sociologie et les PASS Santé)
  • L’articulation Santé, travail et politique dans le cadre des M1 et M2 Santé et conditions de travail
  • La méthodologie de l’observation  : comment observer le genre? (L2)
  • L’introduction au travail universitaire et l’expression écrite et orale (L1)
  • Un auteur, une œuvre : Michel Foucault

2019-2020

  • Méthodologie de la recherche qualitative en santé (30 heures) dans le cadre du master 2 Santé publique « Méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins » (28h), Faculté de médecine des Universités de Rennes 1 et de Nantes. Coordonné par le Pr Jean-François Viel, épidémiologiste, Faculté de médecine Université Rennes 1 et le Pr. Leila Moret, Professeur de santé publique Université de Nantes – Praticien hospitalier. Chef du PHU 11 santé publique et santé au travail CHU de Nantes.
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.
  • TD Sociologie de l’organisation sanitaire, des professions de santé et du corps (18 heures), Licence 2, Ecole de Sage-Femme, Faculté de Médecine, Université de Nantes
  •  Sociologie des discriminations sexistes et LGBTphobes, Master Genre-Parcours Corps et biopolitique, UE Discrimination, Cours introductif, Accès aux droits et effectivité du droit (CM 2h ; TD 4h), Laboratoire droit et changement social (UMR 6297), Université de Nantes.
  • CM “Santé des migrants” (12 heures). Licence professionnelle, IUT Angers.
  • TD “L’enquête par questionnaire” (70 heures). Licence 2 de sociologie. Université Catholique de l’Ouest (UCO)
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.

2018-2019     

  • Méthodologie de la recherche qualitative en santé (30 heures) dans le cadre du master 2 Santé publique « Méthodes d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins » (28h), Faculté de médecine des Universités de Rennes 1 et de Nantes. Coordonné par le Pr Jean-François Viel, épidémiologiste, Faculté de médecine Université Rennes 1 et le Pr. Leila Moret, Professeur de santé publique Université de Nantes – Praticien hospitalier. Chef du PHU 11 santé publique et santé au travail CHU de Nantes.
  • Responsable du module « Méthodologie de recherche qualitative (18 heures) dans le cadre du master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Ecole de sage-femme, Faculté de médecine, Université de Nantes.
  • TD Sociologie de l’organisation sanitaire, des professions de santé et du corps (18 heures), Licence 2, Ecole de Sage-Femme, Faculté de Médecine, Université de Nantes
  • Sociologie des organisations sanitaires, Université Paris Dauphine « Economie et gestion des établissements de santé » (dir. B. Fermon), Sociologie de l’organisation sanitaire (4 demie-journées CM), Institut de Formation des Cadres de Santé (IFPS) à Nantes.  
  •  Sociologie des discriminations sexistes et LGBTphobes, Master Genre-Parcours Corps et biopolitique, UE Discrimination, Cours introductif, Accès aux droits et effectivité du droit (CM 2h ; TD 4h), Laboratoire droit et changement social (UMR 6297), Université de Nantes.

2017-2019     

Cours de Socio-anthropologie de la santé ; Méthodologie de la recherche qualitative en santé

  • Licence 3 Sociologie, « Santé et sciences sociales », CENS (UMR 6025), Université de Nantes (CM, 12h).

2016-2019     

Socio-anthropologie de la santé ; Méthodologie de la recherche la recherche qualitative en santé

  • Licence 1, Ecole de sages-femmes, Université de Nantes. Sociologie du corps, de l’institution hospitalière et des professions de santé. Sociologie de l’urgence (TD, 9h).
  • L2, Module recherche Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), Université de Nantes (CM, 15h)
  • L3, Module recherche en santé IFSI-IFAS de Saint-Nazaire (CM, 15h)
  • L3, Intervention Institut de formation des professionnels de santé (IFPS) : « L’accès aux soins à l’épreuve des précarités. Approche socio-anthropologique », (CM, 4h), La Roche sur Yon.

2013-2016     

Sociologie de la santé ; Méthodologie de la recherche qualitative en santé

  • Enseignant formateur IFSI (30h) et IFAS de Saint-Nazaire (7h); Construction du module recherche ; IFPS (12h) et formation continue d’aide-soignante de la Roche-sur-Yon (formation Assistant de Soins en Gérontologie;
  • Journée « interprofessionnelles » AMP-AS-ASV-Infirmiers ; IFSI de St Jean de Mont (24h) ;
  • Enseignant formateur à l’école de sages-femmes du CHU de Nantes.
  • (2015) Centre Interculturel de documentation de Nantes, formation (12h00) aides à domicile.

2010-1013     

Sociologie de la santé

  • Enseignant formateur IFSI St Nazaire (24h); IFPS de la Roche-sur-Yon (12h); IFSI de St Jean de Mont (24h).

2008-2009     

Méthodologie des sciences sociales

  • Enseignant formateur à l’ESMS (École Supérieure des Métiers du Social) de la Roche-sur-Yon (9h)

 Sociologie de la santé (Inégalités sociales de santé ; accès aux soins)

  • Enseignant formateur à l’ESMS (École Supérieure des Métiers du Social) de la Roche-sur-Yon (6h).

Directions de recherches

Co-direction de thèse pour le diplôme d’Etat de docteur en médecine (DES de médecine générale)

Marion Couturier, La sexualité des couples pendant la grossesse, Titre provisoire

Direction de mémoires de fin d’étude préparant au DE de masseur-kinésithérapeute, Institut des Sciences et Techniques de Réadaptation, Université Claude Bernard Lyon 1.

  1. Churassy Alain, titre en cours,
  2. Marguin Charlotte, titre en cours
  3. Rinaudo Salomé, La Masso-Kinésithérapie en Mongolie.

Direction de travaux de recherche D.U. « Recherche, clinique, formation, encadrement en sciences infirmières et paramédicales », UFR Médecine Université de Nantes.

  1. Scoazec Cécile, Cadre de santé CHU de Nantes, « Slam et adolescents en situation de crise suicidaire. Etude qualitative sur l’expérience d’adolescents en soin dans une unité d’hospitalisation », juin 2018.
  2. Berche Eric, Cadre de santé CHU de Nantes, « Spécialisation infirmière en psychiatrie et santé mentale. Etude qualitative sur la pertinence de la spécialisation infirmière en psychiatrie et santé mentale », juin 2018.
  3. Larmat Florence, Cadre de santé CHU d’Avignon, « Coordination infirmière et thérapie orale en cancérologie », juin 2018.

Direction de mémoires professionnels de Sage-Femme, Master 2, Université de Nantes, soutenus.

  1. Agathe Valin, « C’est comme au cinéma ! Etude sociologique sur les pères et l’échographie obstétricale à partir d’observations et d’entretiens », Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, 2017.
  2. Marine Lecointre, « Les sages-femmes et l’avortement d’avant la loi Veil à nos jours : analyse sociologique de quatre récits de sages-femmes de 62 à 70 ans », Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, 2017.
  3. Eléonore Bleuzen, « L’engagement étudiant. Retour d’expériences de sept étudiants sages-femmes engagés à l’Association nationale des étudiants sages-femmes (Anesf), Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, 2018.
  4. Alice Olivier, « Mères “trop tôt”. Le vécu de la grossesse à partir de 6 entretiens de femmes devenues mères à l’adolescence », Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, 2018.
  5. Carmine d’Acremont, « Le refus du dépistage anténatal de la trisomie 21 par les couples. Etude sociologique à partir de cinq entretiens », Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, 2018. 
  6. Sarah Pottier, « La sexualité des pères pendant la grossesse », Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, 2019.

Direction de mémoires professionnels de Sage-Femme, Master 2, Faculté de médecine, Université de Nantes (en cours)

  1. Pauline Le Bert, « Connaissances des femmes sur leur cycle menstruel » (titre provisoire), Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, en cours.
  2. Caroline Ruhlmann, « Etude des déterminantes sociologiques chez les sages-femmes exerçant en maisons de naissances en France », (titre provisoire), Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, en cours.
  3. Lisa Rocheteau, « Choisir de connaître ou non le sexe de son enfant avant la naissance », (titre provisoire), Mémoire de Master 2 pour le diplôme d’Etat de Sage-Femme, Université de Nantes, en cours.

Responsabilités scientifiques

Membre du Comité de rédaction de la revue « Les Dossiers de l’Obstétrique ».

Membre du Conseil Scientifique du Réseau « Sécurité Naissance – Naître Ensemble » des Pays de la Loire.

Membre du Comité d’orientation de la Chaire Droit et Ethique de la santé numérique, Université Catholique de Lille portée par Lina Williatte (Pr. de droit à l’UCL), Jean-Philippe Cobbaut (Juriste, philosophe, Docteur-HDR en santé publique) et Alain Loute (Docteur en philosophie, MC au Centre d’éthique médicale de l’UCL)

Co-organisation de colloques, séminaires et journées d’étude

  • (A venir) Animation de la table ronde « Prothèses et transhumanisme » dans le cadre du colloque CENS-AISLF « Penser les frontières, passer les frontières », Nantes 12-14 décembre 2019.
  • Membre du comité scientifique et du comité d’organisation pour le Symposium « Vulnérabilité physique et psychique des populations en quête de protection internationale. De la reconnaissance d’une catégorie à ses usages », le 18 octobre 2019, Université de Nantes.
  • Co-organisation du Séminaire « Les impromptus du Cens », discutante de Romain Pudal pour la présentation de son ouvrage, « Retour de flammes. Les pompiers, des héros fatigués ? », La Découverte, 2016, Séminaire décembre 2016.
  • Responsable de l’organisation de la journée conférences-débats « Forger des attitudes, disposer les jeunes à l’emploi », le 17 septembre 2013, Centre des expositions de Nantes Métropole.
  • Co-organisation d’une demi-journée d’étude, « Les pratiques d’accès aux soins » avec Caroline Mazaud (docteure en sociologie). Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, le 13 février 2013.
  • Co-organisation du Séminaire « Les impromptus du Cens », discutante d’Anne Paillet pour la présentation de son ouvrage, « Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale », La dispute, 2007, avril 2009.
  • Membre du comité scientifique du colloque intitulé, « La mort », organisé par l’Équipe de Recherche en santé, l’ERSSCa (Équipe de recherche en sciences sociales appliquées à la cancérologie), Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, les 19 et 20 mai 2008, Nantes.

Sur des projets en cours…

  • Co-Rédactrice et responsable scientifique (volet sociologique) du projet ReISAUts « Recherche interdisciplinaire sur les services ambulanciers : urgence & transport sanitaire ».
  • Responsable scientifique du volet qualitatif (conception de la méthodologie) du projet TELEMIR, « Efficacité d’une solution de Télémédecine pour les patients relevant de la filière de Médecine Intensive Réanimation au sein d’un Groupement Hospitalier de Territoire », Unité de Recherche Clinique du Centre Hospitalier Départemental de Vendée Boulevard Stéphane Moreau 85000 La Roche sur Yon France.
  • Méthodologiste dans le cadre de la recherche non interventionnelle « Précarité aux urgences : Étude des patients sans assurance maladie consultant aux urgences du CHU de Nantes et du CH de Saint-Nazaire », conduite par le Dr Vivrel, médecin urgentiste CHU de Nantes. Promoteur : CHU de Nantes Direction des Affaires Médicales et de la Recherche.

Rapports de recherche

  • Cottereau V., Morel S., « Expériences et trajectoires de santé des migrants primo-arrivants atteints de maladies chroniques (VIH et Hépatites) », Rapport ANR MIGSAN (programme JC-JC 2016-2019 ; ESO, Université Rennes 2, UMR 6590).
  • Hardy A-C., dir., « Etude sociologique des dynamiques de qualification et de gestion des EI médicamenteux. Focus sur la médecine générale et l’oncologie », rapport final INCa, ANSM, mars 2018, 142p.

Chapitres et comptes-rendus d’ouvrages

Contributions à des ouvrages collectifs

  • « Lutter contre la mort violente : l’exemple de la politique d’urgence sanitaire au 20ème siècle », In : Dabouis G. dir., La mort, L’Harmattan, Coll. Logiques sociales, 2010, pp. 97-108.

En l’espace de quelques décennies les rapports collectifs à la mort ont évolué à tel point que lutter contre la mort, “sauver la vie” des personnes en situation de détresse sanitaire constituent aujourd’hui une exigence et un droit revendiqué par la population. La multiplication du nombre de plaintes ces dernières années à l’encontre des professionnels de l’urgence sanitaire en témoigne, selon un processus maintenant bien repéré…

  • Mazaud C., Morel S., « Faire la preuve : les organismes de formation et les jeunes face à l’évaluation », in Denecheau B., Houdeville G., Mazaud C., dir., A l’école de l’autonomie. Epreuves et enjeux des dispositifs de deuxième chance, L’Harmattan, 2015. 

Les organismes de formation que nous avons enquêtés s’adressent à des jeunes peu ou pas qualifiés et proposent des « actions d’orientation » pensées comme une première étape avant le passage en formation qualifiante. Leur public, des jeunes sortis du système scolaire sans diplôme et considérés comme éloignés de l’emploi, cumule un certain nombre d’« handicaps » sociaux qui sont autant de freins à l’emploi qu’il convient de lever. Outre le travail sur leur projet professionnel, les jeunes bénéficiaires de ces actions profitent d’un accompagnement socioéducatif censé les aider à résoudre leurs problèmes personnels et leur « ouvrir l’esprit ». Ces jeunes, a priori fortement démunis de ressources ou capitaux culturels, doivent se soumettre à une sélection à l’entrée et manifester leur motivation et leur capacité à suivre la formation dans sa totalité. Toutes les actions de formation observées s’organisent en effet de la même façon : les jeunes orientés vers les actions doivent impérativement assister à une réunion d’information collective suivie d’un entretien individuel. Ces deux étapes constituent, pour les organismes de formation, des occasions de rappeler que l’inscription n’est pas automatique et, in fine, d’opérer une sélection des candidats en vérifiant l’adéquation de leur profil et de leurs ambitions aux contenus et aux objectifs de l’action. Afin de comprendre les contraintes qui pèsent sur les organismes de formation, nous analyserons comment, en amont de l’accueil du public, se construit l’offre de formation. À quel cahier des charges doivent-ils se soumettre et selon quel calendrier ? Quelles preuves doivent-ils apporter à leurs commanditaires et évaluateurs et en quoi cela peut-il structurer leurs pratiques ? Dans un second temps, nous observerons comment ces contraintes institutionnelles se traduisent dans la sélection du public à l’entrée. Les modalités de prescription puis de recrutement nous éclaireront sur la manière dont sont effectivement constitués les groupes qui intègrent ces actions et selon quels critères. …

  • « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », in Memmi D, Raveneau G., Taïeb E., dir., Le social à l’épreuve du dégoût, PUR, le Sens Social, 2016, pp. 151-162.

Les ambulanciers privés sont socialement mandatés pour transporter des corps “souffrant” portant les stigmates d’une maladie, de la vieillesse ou d’un accident, allant parfois jusqu’à inspirer du dégoût. En tant que professionnels, ils doivent malgré tout “garder la face” et “faire avec” pour mener à bien la tâche qui leur est assignée. Qu’est-ce que ces corps pathologiques et les stigmates associés à leur administration « font » aux ambulanciers qui y sont confrontés ? De quels procédés usent-ils pour traiter ces corps “difficiles” habituellement soustraits à la vue du public ? Enfin qu’est-ce qui détermine les pratiques des ambulanciers en la matière ? Les multiples matériaux collectés lors d’une enquête ethnographique réalisée durant près de sept ans en immersion dans ce monde professionnel permettent d’esquisser quelques éléments de réponse et des pistes de réflexions relatives à la notion de dégoût, au cœur du présent ouvrage. Notre propos est organisé en deux volets : après avoir étudié les différents procédés habituels de mise à distance des corps difficiles utilisés par ces travailleurs (pratiques normalisées et “ruses” professionnelles), nous nous attacherons aux situations de confrontation au dégoût lorsque l’évitement n’a pas été possible. Quelles réponses apportent alors les ambulanciers à ces situations spécifiques ? L’observation des réactions de dégoût dans des contextes variés (transports “classiques” ou “urgences”) montrera alors que les pratiques et les discours qui encadrent la gestion de ce “sale boulot” dépendent moins de l’état objectif du corps, voire du seuil de répulsion physique du travailleur, que du sens que celui-ci attribue à la situation et de l’enjeu qu’elle revêt pour lui, en terme de reconnaissance socio-professionnelle.

Comptes-rendus d’ouvrages

  • Sociologie du Travail, 59 (4), 2017, note de lecture de R. Pudal, Retour de flammes : les pompiers, des héros fatigués ? La Découverte, 2016.  

Romain Pudal nous livre ici une analyse fine de l’univers des sapeurs-pompiers français qui repose, pour l’essentiel, sur une connaissance « par corps » d’une culture professionnelle acquise au terme de « 15 années de bottes ». À cet égard, l’auteur nous prévient dès l’introduction : « ceci n’est pas le récit d’une enquête, mais plutôt celui d’une conversion devenue au fil du temps une enquête sociologique ». L’originalité de cette enquête ethnographique, qui s’inscrit dans la tradition de l’école de Chicago et de l’interactionnisme symbolique, est de saisir, au delà de l’image du pompier dévoué et héroïque, les multiples tensions et contradictions qui traversent ce service public dont l’existence repose principalement sur le travail des volontaires (80 % des effectifs). Celles-ci portent, pour l’essentiel, sur la définition du métier et la précarisation du travail dans un contexte où, face à la crise de recrutement, la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France encourage le recours aux CDD. Les nombreuses anecdotes qui émaillent le propos donnent chair à l’ouvrage. Elles permettent à l’auteur de remporter le pari de produire une analyse stimulante et riche d’enseignements, tant pour les universitaires que pour un plus large public…

  • Réseaux, 210, vol. 39, 2018, compte-rendu de lecture de I. Sainsaulieu et A. Saint-Martin (dir.), L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies. Editions du Croquant, 2017.

Cet ouvrage collectif, fruit d’un colloque international, propose de (re)penser un phénomène social « à tiroirs », celui de l’innovation scientifique et technique contemporaine, au prisme de disciplines variées. Dans une société où le discours de l’innovation scientifique et technique est omniprésent, « sanctuarisé », cadré par les pouvoirs publics et de nombreux experts prophétisant un monde meilleur, les auteurs invitent les chercheurs à interroger l’évidence du terme d’innovation et à « reprendre le fil de l’analyse théorique et empirique des activités trop rapidement écrasées sous et par le vocabulaire aujourd’hui routinisé de l’innovation » (p.20). Il s’agit en somme de penser l’innovation à partir d’une extériorité du discours de l’innovation et c’est là que réside l’intérêt principal de l’ouvrage. Pour ce faire, les auteurs ont rassemblé de multiples contributions organisées en deux parties intitulées respectivement « l’innovation en perspectives » et « l’innovation en situation ». Les analyses critiques et généalogiques menées dans la première partie visent à dénaturaliser un terme employé tant dans le langage ordinaire que savant et dans lequel les chercheurs sont eux-mêmes pris. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de libérer ou encore d’ « immuniser le travail de recherche de l’emprise de catégories réifiantes […] et de problèmes finalement mal posés » (p.26). La seconde partie composée de huit chapitres propose une réflexion sur les usages de l’innovation à partir d’explorations embarquées qui couvrent des terrains variés. Ce panorama offre in fine au lecteur une vue d’ensemble sur les applications contemporaines de l’innovation et les interrogations qu’elles soulèvent….

  • Sciences sociales et Santé, septembre 2019, vol. 37-3, compte-rendu de lecture de Juven P-A., Pierru F., Vincent F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.

« La casse du siècle » est un ouvrage engagé comme l’annonce son titre accrocheur qui ne manque pas de rappeler le documentaire consacré à l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République : « Macron à l’Elysée. Le casse du siècle ». Le vol serait ici celui de l’hôpital public « cassé » par de multiples réformes conduites au nom d’un impératif politique néolibéral récemment analysé par la philosophe Barbara Stiegler (2019) : « Il faut s’adapter », « se réformer » soi-même. Depuis plus de trente ans, la « crise hospitalière » est définie par les gouvernements successifs comme un problème d’organisation et d’efficience. Cette grille de lecture que les trois auteurs sociologues nomment organisationnelle-gestionnaire « renvoie les professionnels hospitaliers au (vieux) monde des illusions et des « facilités » du « toujours plus » (p. 8). En contrepoint, une seconde grille de lecture appelée budgétaire est celle de nombreux professionnels de santé qui appréhendent le problème en termes de manque de moyens financiers, humains et matériels. Ils dénoncent la « politique des caisses vides » infligée à l’hôpital public et ses conséquences néfastes tant en termes de dégradation des conditions de travail que de qualité des soins. Au-delà de cette opposition, l’analyse sociologique et historique conduit selon les auteurs à plaider simultanément pour une augmentation des moyens à accorder à l’hôpital et pour la nécessité de repenser l’organisation des soins entre la ville et l’hôpital. Mais ils rappellent d’emblée qu’à rebours de la doxa néomanagériale pointant une organisation obsolète et budgétivore, le coût de l’hôpital public français est de 0,5 point de PIB inférieur à la moyenne des pays européens. Prenant appui sur des enquêtes empiriques au long cours menées par eux-mêmes ou par d’autres, ils offrent à travers cet ouvrage composé de cinq chapitres leur lecture historique et sociologique de la « crise hospitalière ».

Articles de valorisation scientifique

  • « Un meilleur accès aux soins d’urgence grâce aux ambulances connectées ? », Turbulances, Le magazine des ambulanciers professionnels, n°81, décembre 2017.
  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.
  • « L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence », SIH Solutions, septembre-octobre-novembre 2019, p. 54-55.

Articles académiques

Articles dans des revues scientifiques nationales à comité de lecture

Dans l’imaginaire social, l’urgence dite « médicale » n’attend pas, car il semble évident, pour tout un chacun, que « sauver des vies » ne se discute pas. Dans le cadre d’un tel consensus social, interroger les pratiques de nos « anges gardiens » ou encore de nos « héros du quotidien », selon les formules consacrées par les médias, au prisme des inégalités sociales dans l’accès aux soins relève de l’impensable. Or, ces représentations sociales dithyrambiques de l’urgence et de ses professionnels ne résistent pas à l’enquête ethnographique de longue durée  dont les résultats exposés partiellement ici invitent le lecteur à découvrir “la face cachée des urgences”. Une plongée de plusieurs années dans les coulisses de ce monde révèle en effet qu’il existe, en matière d’urgence, des pratiques de sélection sociale. Plus précisément, cette enquête montre que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins, qu’ils soient publics ou privés, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées  : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; une dernière enfin, une filière de « contournement » des services d’urgence. Cet article revient sur les mécanismes concrets de sélection des patients qui sont au principe de la fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence en France. On prend pour cela appui, d’une part, sur une ethnographie comparée de deux services d’urgence, l’un au sein d’un centre hospitalier universitaire, l’autre dans une clinique privée à but lucratif et, d’autre part, sur une enquête par questionnaire menée simultanément auprès de 550 patients répartis, à parts égales, entre les deux services. À travers ce terrain d’enquête, nous chercherons à mettre en évidence que les logiques de sélection des patients dans l’accès aux soins d’urgence ne se déterminent pas uniquement en fonction de la solvabilité du patient, mais aussi que le clivage entre hôpital public et clinique privée dans la manière dont s’organise ce « tri », même s’il existe, doit être nuancé.

Cet article propose une contribution à la sociologie du travail et à la sociologie des professions. L’auteure s’est livrée à une observation participante directe du quotidien des ambulanciers privés français dont le travail reste un angle mort des travaux sociologiques consacrés aux métiers de la santé. Au-delà des représentations sociales dominantes de l’ambulancier « transporteur », l’enquête révèle les multiples tâches de soins qu’il réalise et notamment, les soins techniques pratiqués dans le cadre de transports sanitaires d’urgence. En 2007, la création du diplôme d’État d’ambulancier, qui prévoit un élargissement de leur mandat sanitaire dans ce domaine, marque un tournant dans l’histoire de ce groupe professionnel. Il constitue une opportunité de satisfaire les revendications d’un segment du groupe qui cherche à conquérir le statut de spécialiste de l’urgence en s’appuyant sur l’exemple des ambulanciers paramedics européens et américains.Toutefois, en dépit de facteurs technologiques et scientifiques favorables, l’aboutissement de ce processus de segmentation reste aujourd’hui incertain au regard des obstacles internes au groupe professionnel, mais aussi des freins politiques et corporatistes qu’il rencontre.

L’ethnographie est aujourd’hui bien ancrée dans la sociologie française. Pourtant, le soupçon est toujours présent quant à la validité scientifique de ses résultats, certains critiquant leur subjectivité. Cet article, reposant sur une auto-socioanalyse, montre que non seulement les effets induits sur/par le chercheur ne sont pas un obstacle, mais qu’ils constituent un levier de connaissance scientifique en lui permettant, par exemple, de se défaire du savoir savant pour faire émerger la pertinence de certains savoirs indigènes.

  • Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, n°480, mai 2018.

Le 27 décembre 2017, Le Monde publie un article titré « Consulter un gynécologue : la grande galère », qui tire la sonnette d’alarme sur les conditions d’accès aux soins médicaux pour les femmes. S’appuyant sur les données fournies par l’Assurance-Maladie, le journaliste précise que le nombre de gynécologues médicaux a chuté de 41,6 % entre 2007 et 2017, et que s’ils sont actuellement 1 136 sur le territoire français ; ils ne pourraient être que 531 en 2025. Les conséquences de cette « pénurie » sont détaillées : allongement considérable des délais de rendez-vous, dépassement d’honoraires, renoncement aux soins. Au terme de cette liste, le journaliste prédit « une mise en danger de la santé de millions de femmes, de jeunes filles en particulier ».
En réponse à cette alerte médiatique et devant la préoccupation grandissante des femmes exprimée sur les réseaux sociaux, le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes publie un communiqué de presse le 29 décembre pour rappeler et réaffirmer publiquement le rôle primordial des sages-femmes auprès des femmes en bonne santé, et ainsi rassurer la population. Si ces publications mettent une nouvelle fois en première ligne une vieille querelle interprofessionnelle, elles posent surtout la question de la prise en charge de la santé génésique des femmes en France, organisée dans un parcours de soin dont l’efficience reste à construire.
Au travers de ce communiqué, les sages-femmes affichent leur volonté d’être reconnues et identifiées par les femmes comme un acteur de premier recours dans leur domaine de compétences qu’est la physiologie. Certains voient dans cette graduation des soins une « ubérisation » de la santé des femmes, à l’instar d’Odile Buisson en 2013. Cependant, faut-il considérer cette modification de l’offre de soin comme le signe de sa dégradation ? Et les sages-femmes comme des acteurs de santé « low cost » ? La mobilisation de cet argument des « soins dégradés » par une poignée de médecins n’est pas nouvelle dans le débat portant sur l’inégalité géographique dans l’accès aux soins. En 2012, lorsque François Hollande s’engage à « garantir pour chaque Français un accès aux soins urgents en moins de 30 minutes d’ici 2015 », le SAMU-Urgences de France, un syndicat de médecins urgentistes, avançait déjà cet argument pour justifier son refus d’une « paramédicalisation » des urgences, soit une approche qui implique de déléguer certaines compétences de soins d’urgence, considérées comme médicales en France, à des professionnels non-médecins…

  • Morel S., « Organisation des soins d’urgence : création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale », Les dossiers de l’obstétrique, n° 494, août-septembre 2019.

La création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale comme réponse politique à « l’affaire Musenga » : une solution technique qui occulte la dimension relationnelle du problème.

La mort tragique de Naomie Musenga le 29 décembre 2017 a mis sur le devant de la scène publique et médiatique, un métier jusqu’alors peu connu de la population, celui d’assistant de régulation médicale (ARM).

La jeune femme de 22 ans, traitée avec mépris par une opératrice du SAMU, avait vu sa prise en charge retardée de « près de 2 heures 20 » selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Suite à cette mise en cause publique de l’opératrice, le gouvernement a inscrit sur l’agenda politique la nécessité d’une réforme de la formation de ces professionnels afin de « sécuriser » et « renforcer la qualité la régulation médicale » au sein des SAMU-centre 15. Celle-ci s’est traduite par la publication du décret n° 2019-747 du 19 juillet 2019 définissant les contours d’une nouvelle formation qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2019.


Articles dans des revues scientifiques internationales à comité de lecture

  • Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32,https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028. [Inégalités et discriminations dans l’accès aux soins d’urgence en France : ethnographie de trois structures sanitaires et de leurs publics]

In the social imagination, there is no wait for a so-called “medical emergency,” because it seems obvious to everyone that “saving lives” is not up for discussion. In the context of such social consensus, it is unthinkable to question access to emergency healthcare through the prism of discrimination and social inequality. Yet these social representations of emergency do not withstand ethnographic inquiry. Several years spent behind the scenes in this world revealed that there do in fact exist social selection practices in the realm of emergency care in France. More specifically, this study shows that medical interests and the interests of both public and private institutions have led to the production of socially differentiated pathways of access to emergency care. The first pathway is through private, for-profit clinics, the second is through public hospitals, a third occurs by “bypassing” the emergency department, and a final one groups the non-governmental social and health assistance structures. In this article, we discuss the specific mechanisms they have for selecting patients, and show how the organization of emergency care in France contributes to reproducing or even aggravating inequalities in health and access to healthcare.

De nombreuses recherches s’accordent aujourd’hui pour montrer que les migrants constituent un groupe vulnérable, dont l’état de santé, souvent dégradé, nécessite d’être davantage étudié. En France, les migrants africains constituent à peine plus de 1% de la population et pourtant ils représentaient 38% de l’ensemble des découvertes de séropositivité en 2016. Ce constat a fait émerger de nombreuses interrogations sur les conditions d’accès aux soins des migrants subsahariens, mais également sur leurs expériences de la santé. Prenant appui sur une recherche qualitative menée auprès de 31 migrants africains séropositifs et de 44 professionnels de santé et du social les prenant en charge dans trois villes françaises, cet article vise à apporter un éclairage sur les lieux de diagnostic et les expériences de la santé des migrants subsahariens primo-arrivants en France. Les résultats soulignent des situations plurielles, tant en termes de circonstances et de lieux de diagnostic, qu’en termes de vécu et de regards portés sur le VIH-sida. Face à ce constat, l’analyse révèle et questionne un accès aux soins hétérogène et souvent limité aux patients atteints de VIH en Afrique subsaharienne.

Actes de colloque

  • Morel S., Jourdain M., « S’automédiquer sous chimiothérapie ? », Acte de colloque, Guienne V., Marquis C., David M., Fleuret S., D’Halluin E., L’automédication en question : Un bricolage socialement et territorialement situé. L’automédication en question : Un bricolage socialement et territorialement situé, May 2016, Nantes, France, 2016.

L’automédication est généralement considérée dans le sens d’une pratique « profane » visant à soigner des maux « bénins », qui ne requièrent pas l’expertise des professionnels médicaux. Un rapide panorama des études sur l’automédication montre
qu’elle reste en revanche peu étudiée dans le cadre de pathologies avérées qui engagent le pronostic fonctionnel ou vital dont le cancer fait office de paradigme. Dans ce contexte du cancer, la pratique de l’automédication garde, contrairement à d’autres maladies, une dimension de l’ordre du tabou. Pour autant, l’émergence de la cancérologie nouvellement dotée de perspectives thérapeutiques a aussi fait « naître » l’homo-médicus, individu doté de compétences d’autodiagnostic incité à devenir « acteur » de la grande entreprise d’éradication collective du cancer. Mais après le diagnostic, le soin éminemment spécialisé, technique et vital revient avant tout aux professionnels de la cancérologie. Dans ce contexte de la pathologie cancéreuse, le champ de « l’auto-soin » reste ainsi largement occulté. Et pourtant, à l’occasion d’une recherche sociologique sur les effets« secondaires » des chimiothérapies anti-cancéreuses, une enquête de terrain menée à partir d’observations de consultations en oncologie, d’entretiens auprès de patients et de données issues de la pratique de médecin généraliste, a permis de repérer l’importance des pratiques d’automédication dans la « trajectoire » de la maladie cancéreuse de certains malades. L’analyse des entretiens menée dans une perspective compréhensive et interactionniste a permis de saisir le sens et les enjeux de ce travail d’automédication. Ce sont les premiers résultats de cette analyse relative au vécu et aux pratiques d’automédication du point de vue des malades que nous soumettons dans cet article. Nous employons ici à dessein le terme de malade et non de patient car il s’agit de pratiques menées à l’initiative de celui-ci en dehors de toute prescription de la part des soignants du
cancer… …

Interview

  • Interview magazine SecoursMag, « Ambulanciers : une profession segmentée », n°44, mai/juin 2018.
  • Interview HOSPIMEDIA : « Il faut se départir d’une vision médicale des soins urgents pour aller vers la para-médicalisation », http://www.hospimedia.fr, le 20/08/2015.
  • « Les sciences sociales dans la société », Entretiens croisés avec Gérard Noiriel (Historien. Directeur d’études à l’EHESS), Nicolas Combes (Représentant du collectif rennais « L’âge de la tortue »), Émission de radio organisée par l’association « Fil-en-tête » (Jet-FM 91.2), dans le cadre du « Printemps des chercheurs », 22 mars 2011.
  • Entretien biographique et portrait sonore. « Les Pieds dans l’O » avec l’association « Fil en tête » (Jet-FM 91.2), Nantes, le 14 février 2011.

Journées d’études & Workshop

  • Morel S., La pertinence de l’organisation des soins d’urgence préhospitaliers à l’épreuve des inégalités territoriales : les enjeux contemporains de la télémédecine d’urgence, le 12 juin 2019, organisé par le CREPA (Centre régional d’étude des populations alpines) à Sembrancher (Suisse).
  • Morel S., « L’évaluation de l’innovation produite par les SHS », Table ronde avec Gérald Gaglio (Pr. de sociologie, Université de Nice), Nathalie Grandjean (MC Philosophe, Université de Namur) et Claire Lobet (Pr. de sociologie, Université de Namur). « L’évaluation de l’innovation en santé numérique », Université Catholique de Lille, le 6 juin 2019. En collaboration avec la Société Française de Télémédecine. Clôture du Diplôme Universitaire en « Santé numérique : droit, éthique et gouvernance ».
  • Morel S., « Innovation technologique en santé et transformations contemporaines du travail. Approche sociologique de la télémédecine d’urgence », Workshop du 24 mai 2019, « Les TIC en santé : regards croisés des chercheurs et des praticiens, organisé par le laboratoire Montpellier Recherche en Management (MRM- Université de Montpellier), en collaboration avec la Chaire e-santé (Université de Montpellier) et le laboratoire Lerass-Ceric (Université Paul Valéry).
  • Morel S., Cottereau V., « Comprendre la prise en charge médicale et sociale des migrants atteints du VIH : pour construire des partenariats opérants entre les professionnels de la santé et des sciences sociales », Symposium de l’ANR MIGSAN, MSHS, USR 3565, Université de Poitiers, avril 2018.
  • Matinée-débat, « Burn-out des avocats & des médecins. Du repérage à la prise en charge : Tous concernés ! », Morel S., Tonneau J-P., « Analyse sociologique des résultats du test de Maslach : apports et limites », Nantes, le 9 mars 2019.
  • Participation à la table ronde : « Les ambulanciers dans la chaîne de secours », Salon « secours-expo Paris 2017 », Paris, Porte de Versailles, 3 février 2017. 
  • Conférence-débat, « Du transporteur au soigneur. La reconfiguration du travail des ambulanciers français au cœur des enjeux de santé publique », Entreprise AGV Chantonnay, 23 septembre 2016.
  • Conférence d’ouverture de session de formation continue : « Prendre du recul sur l’urgence. Approche critique d’un culte contemporain », (Médecins psychiatres, Infirmiers, Aides-soignants), Centre hospitalier spécialisé de Blain, 9 décembre 2016.
  • Morel S., « L’accès aux soins d’urgence en France. Des filières d’accès aux soins différenciées socialement ? » Communication dans le cadre d’une demi-journée d’étude autour des « Pratiques d’accès aux soins » organisée et animée par Caroline Mazaud et Sylvie Morel. Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, le 13 février 2013.

Séminaires universitaires

  • Morel S.,« Télémédecine et urgence : un vecteur d’accessibilité. Pourquoi et comment ? », Journée d’étude, Accessibilité, accès aux soins et numérique : Mutations et enjeux, CNAM PARIS, le 16 mai 2019, ETHICS (EA 7446).
  • Morel S., « Innovation technologique en santé et transformations contemporaines du travail : l’exemple de la télémédecine d’urgence », Séminaire du laboratoire SPHERE (MethodS in Patient-centered outcomes & HEalth ResEarch, UMR Inserm 1246), 19 décembre 2018.
  • Morel S., « Enjeux sociologiques de l’usage des NTIC dans les soins », Séminaire « Clinique & E-santé. Enjeux et réflexion éthique dans le champ de la maladie chronique, Master 2 « Sciences cliniques et soins paramédicaux », 12 décembre 2018, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yveline.
  • Morel S., Cottereau V., « Expérience du soin et trajectoires migratoires en situation de chronicisation de la maladie », Séminaire ESO (UMR 6590), Maison de la Recherche Germaine Tillon, Angers, le 12 janvier 2018.
  • Morel S., Dejoie N., Hervé B., « Les inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Regards croisés entre une sociologue et deux ambulanciers privés », 5ème séminaire de l’Association Sciences Humaines et Santé, « Les inégalités sociales de santé : De quoi parle-t-on ? Comment intervenir ensemble ? Quelles limites ? », MSH Paris Nord, le 20 mai 2017.
  • Discutante de Romain Pudal pour la présentation de son ouvrage, « Retour de flammes. Les pompiers, des héros fatigués ? », La Découverte, 2016, Séminaire « Les impromptus du Cens », décembre 2016.
  • Jourdain M., Morel S., « Usagers : une catégorie politico-administrative d’appréhension du champ sanitaire éloignée de l’univers pratique des soignants », 4ème séminaire de l’Association Sciences Humaines et Santé, « Soins, formation et recherche en santé : Quels rôles et places pour les “usagers” ? », Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 14/11/2015.
  • « De l’acte médical à l’acte paramédical d’urgence. Intérêts et enjeux d’une redéfinition des frontières professionnelles », Séminaire interdisciplinaire « Les goûters de l’axe Santé et Sociétés », MSH Ange Guépin, le 23/10/2014.
  • Morel S., « L’accès aux soins d’urgence : inégalités géographique et sociale », Séminaire du Cens, le 24 juin 2011, Pénestin.
  • Morel S., « Qu’est-ce qu’apporte après coup, la lecture du journal de terrain ? », Séminaire doctorant organisé par Jean-Noël Retière, Cens, le 10 juin 2011, Nantes. 
  • Morel S., « La cuisine du chercheur en sociologie de la santé ». Séminaire puériculture. École de puériculture de Nantes, le 9 novembre 2010, Nantes.
  • Discutante d’Anne Paillet pour la présentation de son ouvrage, « Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale », La dispute, 2007, Séminaire « Les impromptus du Cens », avril 2009.
  • Morel S., « Regard sociologique sur le système d’urgence sanitaire français », Séminaire du lundi, EHESP (École des Hautes Études en Santé Publique), le 3 février 2009, Rennes.

Colloques internationaux et nationaux

  • (A venir) Morel S., Cottereau V., Partir pour vivre et/ou survivre. Parcours migratoires des migrants primo-arrivants atteints de VIH et/ou d’hépatites, dans le cadre du colloque CENS-AISLF « Penser les frontières, passer les frontières », Nantes 12-14 décembre 2019
  • Morel S., Usages des outils connectés & mutations du travail des professionnels de l’urgence sanitaire. Approche sociologique de la télémédecine d’urgence, Congress of the Swiss Sociological Association 2019, « The Future of Work », September 10-12, 2019, University of Neuchâtel.
  • Cottereau V., Marche H., Morel S., « L’expérience du VIH et l’éthique soignante à l’épreuve des trajectoires de soins des patients primo-arrivants », Colloque « La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives, organisé par le CERMES 3, les 3-4 octobre 2019, Paris.
  • Morel S., Cottereau V., « Trajectoires de soins et expériences de la maladie des migrants primo-arrivants atteints du VIH-sida », Colloque international « Les sciences humaines et sociales à l’épreuve du terrain. Logique d’enquête, approches narratives, et dynamiques coopératives depuis l’Ecole de Chicago ». Organisé par les équipes « Education, Ethique, Santé » (EES-EA7505) et CITERES-COST (UMR 7324), Université de Tours, 15-17 novembre 2018.

  • Morel S, « Défaire le savoir savant pour faire avec les savoirs indigènes », Biennales d’ethnographie, EHESS, Paris, 4-5 octobre 2018.
  • Jourdain M., Morel S. « S’automédiquer sous chimiothérapie ? », Colloque international AUTOMED, L’automédication en question. Un bricolage socialement et territorialement situé, 11-12-13 mai 2016, Université de Nantes, CENS (FRE 3706), avec actes, <hal-01380350>, 12 octobre 2017.    
  • Jourdain M., Morel S., « Pharmacologues et sociologues : la fécondité d’une union improbable », présentation d’un poster scientifique, Congrès du Cancéropôle Grand Ouest, Sables d’Olonne, 17 juin 2016.
  • Morel S., « La construction médicale d’un problème de santé publique : l’inégalité géographique dans l’accès aux soins d’urgence en France », Colloque international, Croisades privées et problèmes publics. L’héritage sociologique de Joseph Gusfield, Université Paris-Dauphine et EHESS, Paris, 23-24 novembre 2015.
  • Morel S., « Quand la sociologue endosse l’uniforme d’ambulancière ! L’engagement ethnographique comme voie privilégiée d’objectivation des formes invisibles et souterraines d’engagement professionnel », Colloque international, CRAPE – Sciences Po Rennes, « Saisir l’engagement improbable dans sa routine professionnelle », 8-9 octobre 2015.
  • Morel S., « Sociologie d’une ambulancière doctorante. Un nécessaire retour réflexif pour saisir les impensés d’une enquête », Colloque national « Aux marges de l’enquête. Retour sur les matériaux mis au placard », 1er et 2 octobre 2015, Faculté de sociologie de Nantes, CENS FRE 3706.
  • Mazaud C., Morel S., « Faire la preuve : Les dispositifs de formation et les jeunes face à l’évaluation », Journée Conférences-débats « Forger des attitudes, disposer les jeunes à l’emploi », le 17 septembre 2013, Centre des expositions de Nantes Métropole. 
  • Morel S., « Ethnographie de travailleurs invisibles : les ambulanciers privés ». 5ème Congrès de l’AFS, Nantes, 2-5 septembre 2013. Réseau thématique 17, « Gestion politique du corps et des populations » : La fabrique du tolérable. Corps difficiles et maîtrise émotionnelle du « sale boulot ». Responsables : Raveneau G. (Université Paris Ouest Nanterre, LESC, CERSM) ; Taïeb E., (IEP de Grenoble, PACTE) ; Memmi D., (CSU-CNRS, MSH-Paris Nord).
  • Morel S., « Lutter contre la mort violente : l’exemple de la politique d’urgence sanitaire au 20ème siècle ». Journées Guépin sur le thème de « La mort ». Colloque organisé par l’Équipe de Recherche en santé, l’ERSSCa (Équipe de recherche en sciences sociales appliquées à la cancérologie) sous la direction de Gérard Dabouis. Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, les 19 et 20 mai 2008, Nantes.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search