Chapitres et comptes-rendus d’ouvrages

Contributions à des ouvrages collectifs

  • « Lutter contre la mort violente : l’exemple de la politique d’urgence sanitaire au 20ème siècle », In : Dabouis G. dir., La mort, L’Harmattan, Coll. Logiques sociales, 2010, pp. 97-108.

En l’espace de quelques décennies les rapports collectifs à la mort ont évolué à tel point que lutter contre la mort, “sauver la vie” des personnes en situation de détresse sanitaire constituent aujourd’hui une exigence et un droit revendiqué par la population. La multiplication du nombre de plaintes ces dernières années à l’encontre des professionnels de l’urgence sanitaire en témoigne, selon un processus maintenant bien repéré…

  • Mazaud C., Morel S., « Faire la preuve : les organismes de formation et les jeunes face à l’évaluation », in Denecheau B., Houdeville G., Mazaud C., dir., A l’école de l’autonomie. Epreuves et enjeux des dispositifs de deuxième chance, L’Harmattan, 2015. 

Les organismes de formation que nous avons enquêtés s’adressent à des jeunes peu ou pas qualifiés et proposent des « actions d’orientation » pensées comme une première étape avant le passage en formation qualifiante. Leur public, des jeunes sortis du système scolaire sans diplôme et considérés comme éloignés de l’emploi, cumule un certain nombre d’« handicaps » sociaux qui sont autant de freins à l’emploi qu’il convient de lever. Outre le travail sur leur projet professionnel, les jeunes bénéficiaires de ces actions profitent d’un accompagnement socioéducatif censé les aider à résoudre leurs problèmes personnels et leur « ouvrir l’esprit ». Ces jeunes, a priori fortement démunis de ressources ou capitaux culturels, doivent se soumettre à une sélection à l’entrée et manifester leur motivation et leur capacité à suivre la formation dans sa totalité. Toutes les actions de formation observées s’organisent en effet de la même façon : les jeunes orientés vers les actions doivent impérativement assister à une réunion d’information collective suivie d’un entretien individuel. Ces deux étapes constituent, pour les organismes de formation, des occasions de rappeler que l’inscription n’est pas automatique et, in fine, d’opérer une sélection des candidats en vérifiant l’adéquation de leur profil et de leurs ambitions aux contenus et aux objectifs de l’action. Afin de comprendre les contraintes qui pèsent sur les organismes de formation, nous analyserons comment, en amont de l’accueil du public, se construit l’offre de formation. À quel cahier des charges doivent-ils se soumettre et selon quel calendrier ? Quelles preuves doivent-ils apporter à leurs commanditaires et évaluateurs et en quoi cela peut-il structurer leurs pratiques ? Dans un second temps, nous observerons comment ces contraintes institutionnelles se traduisent dans la sélection du public à l’entrée. Les modalités de prescription puis de recrutement nous éclaireront sur la manière dont sont effectivement constitués les groupes qui intègrent ces actions et selon quels critères. …

  • « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », in Memmi D, Raveneau G., Taïeb E., dir., Le social à l’épreuve du dégoût, PUR, le Sens Social, 2016, pp. 151-162.

Les ambulanciers privés sont socialement mandatés pour transporter des corps “souffrant” portant les stigmates d’une maladie, de la vieillesse ou d’un accident, allant parfois jusqu’à inspirer du dégoût. En tant que professionnels, ils doivent malgré tout “garder la face” et “faire avec” pour mener à bien la tâche qui leur est assignée. Qu’est-ce que ces corps pathologiques et les stigmates associés à leur administration « font » aux ambulanciers qui y sont confrontés ? De quels procédés usent-ils pour traiter ces corps “difficiles” habituellement soustraits à la vue du public ? Enfin qu’est-ce qui détermine les pratiques des ambulanciers en la matière ? Les multiples matériaux collectés lors d’une enquête ethnographique réalisée durant près de sept ans en immersion dans ce monde professionnel permettent d’esquisser quelques éléments de réponse et des pistes de réflexions relatives à la notion de dégoût, au cœur du présent ouvrage. Notre propos est organisé en deux volets : après avoir étudié les différents procédés habituels de mise à distance des corps difficiles utilisés par ces travailleurs (pratiques normalisées et “ruses” professionnelles), nous nous attacherons aux situations de confrontation au dégoût lorsque l’évitement n’a pas été possible. Quelles réponses apportent alors les ambulanciers à ces situations spécifiques ? L’observation des réactions de dégoût dans des contextes variés (transports “classiques” ou “urgences”) montrera alors que les pratiques et les discours qui encadrent la gestion de ce “sale boulot” dépendent moins de l’état objectif du corps, voire du seuil de répulsion physique du travailleur, que du sens que celui-ci attribue à la situation et de l’enjeu qu’elle revêt pour lui, en terme de reconnaissance socio-professionnelle.

Comptes-rendus d’ouvrages

  • Sociologie du Travail, 59 (4), 2017, note de lecture de R. Pudal, Retour de flammes : les pompiers, des héros fatigués ? La Découverte, 2016.  

Romain Pudal nous livre ici une analyse fine de l’univers des sapeurs-pompiers français qui repose, pour l’essentiel, sur une connaissance « par corps » d’une culture professionnelle acquise au terme de « 15 années de bottes ». À cet égard, l’auteur nous prévient dès l’introduction : « ceci n’est pas le récit d’une enquête, mais plutôt celui d’une conversion devenue au fil du temps une enquête sociologique ». L’originalité de cette enquête ethnographique, qui s’inscrit dans la tradition de l’école de Chicago et de l’interactionnisme symbolique, est de saisir, au delà de l’image du pompier dévoué et héroïque, les multiples tensions et contradictions qui traversent ce service public dont l’existence repose principalement sur le travail des volontaires (80 % des effectifs). Celles-ci portent, pour l’essentiel, sur la définition du métier et la précarisation du travail dans un contexte où, face à la crise de recrutement, la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France encourage le recours aux CDD. Les nombreuses anecdotes qui émaillent le propos donnent chair à l’ouvrage. Elles permettent à l’auteur de remporter le pari de produire une analyse stimulante et riche d’enseignements, tant pour les universitaires que pour un plus large public…

  • Réseaux, 210, vol. 39, 2018, compte-rendu de lecture de I. Sainsaulieu et A. Saint-Martin (dir.), L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies. Editions du Croquant, 2017.

Cet ouvrage collectif, fruit d’un colloque international, propose de (re)penser un phénomène social « à tiroirs », celui de l’innovation scientifique et technique contemporaine, au prisme de disciplines variées. Dans une société où le discours de l’innovation scientifique et technique est omniprésent, « sanctuarisé », cadré par les pouvoirs publics et de nombreux experts prophétisant un monde meilleur, les auteurs invitent les chercheurs à interroger l’évidence du terme d’innovation et à « reprendre le fil de l’analyse théorique et empirique des activités trop rapidement écrasées sous et par le vocabulaire aujourd’hui routinisé de l’innovation » (p.20). Il s’agit en somme de penser l’innovation à partir d’une extériorité du discours de l’innovation et c’est là que réside l’intérêt principal de l’ouvrage. Pour ce faire, les auteurs ont rassemblé de multiples contributions organisées en deux parties intitulées respectivement « l’innovation en perspectives » et « l’innovation en situation ». Les analyses critiques et généalogiques menées dans la première partie visent à dénaturaliser un terme employé tant dans le langage ordinaire que savant et dans lequel les chercheurs sont eux-mêmes pris. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de libérer ou encore d’ « immuniser le travail de recherche de l’emprise de catégories réifiantes […] et de problèmes finalement mal posés » (p.26). La seconde partie composée de huit chapitres propose une réflexion sur les usages de l’innovation à partir d’explorations embarquées qui couvrent des terrains variés. Ce panorama offre in fine au lecteur une vue d’ensemble sur les applications contemporaines de l’innovation et les interrogations qu’elles soulèvent….

  • Sciences sociales et Santé, septembre 2019, vol. 37-3, compte-rendu de lecture de Juven P-A., Pierru F., Vincent F., La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’Agir, 2019.

« La casse du siècle » est un ouvrage engagé comme l’annonce son titre accrocheur qui ne manque pas de rappeler le documentaire consacré à l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République : « Macron à l’Elysée. Le casse du siècle ». Le vol serait ici celui de l’hôpital public « cassé » par de multiples réformes conduites au nom d’un impératif politique néolibéral récemment analysé par la philosophe Barbara Stiegler (2019) : « Il faut s’adapter », « se réformer » soi-même. Depuis plus de trente ans, la « crise hospitalière » est définie par les gouvernements successifs comme un problème d’organisation et d’efficience. Cette grille de lecture que les trois auteurs sociologues nomment organisationnelle-gestionnaire « renvoie les professionnels hospitaliers au (vieux) monde des illusions et des « facilités » du « toujours plus » (p. 8). En contrepoint, une seconde grille de lecture appelée budgétaire est celle de nombreux professionnels de santé qui appréhendent le problème en termes de manque de moyens financiers, humains et matériels. Ils dénoncent la « politique des caisses vides » infligée à l’hôpital public et ses conséquences néfastes tant en termes de dégradation des conditions de travail que de qualité des soins. Au-delà de cette opposition, l’analyse sociologique et historique conduit selon les auteurs à plaider simultanément pour une augmentation des moyens à accorder à l’hôpital et pour la nécessité de repenser l’organisation des soins entre la ville et l’hôpital. Mais ils rappellent d’emblée qu’à rebours de la doxa néomanagériale pointant une organisation obsolète et budgétivore, le coût de l’hôpital public français est de 0,5 point de PIB inférieur à la moyenne des pays européens. Prenant appui sur des enquêtes empiriques au long cours menées par eux-mêmes ou par d’autres, ils offrent à travers cet ouvrage composé de cinq chapitres leur lecture historique et sociologique de la « crise hospitalière ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search