Les inégalités sociales d’accès aux soins : urgences, migrant.e.s, personnes souffrant de troubles psychiques sévères, personnes trans’

Deux recherches en cours depuis 2020

1 -Canopée : Cancers chez les personnes suivies pour des troubles psychiques sévères : quelles difficultés dans les parcours de soins ?

L’équipe de recherche :

Irdes : Coralie GandréMagali ColdefyCamille Regaert ; Ehesp : Delphine Moreau Ibtissem Ben Dridi Sylvie Morel  (MCF, Université de Nantes) ; GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences : Nabil Hallouche  et Aurélien Troisoeufs  Université de Nanterre : Anne Vega ;

Financement : Institut national du cancer (AAP 2019 « Projets libres de recherche en sciences humaines et sociales, Épidémiologie et santé publique »)

PRÉSENTATION

La surmortalité par cancer des individus suivis pour des troubles psychiques sévères (TPS) a été récemment objectivée en France, suggérant que cette population est confrontée à des inégalités de santé. Les facteurs liés aux comportements individuels sont les plus fréquemment mis en avant pour expliquer ce phénomène. Bien que leur rôle doive être davantage exploré, il est nécessaire de considérer le rôle d’autres facteurs : ceux liés aux professionnels et au système de santé.

Notre objectif est de mieux caractériser les défauts de parcours de soins pour cancer chez les individus suivis pour TPS afin d’identifier des leviers pour réduire leur occurrence en mobilisant une méthode mixte. L’approche quantitative vise à mieux préciser les hypothèses quant aux facteurs de surmortalité par cancer (dépistage tardif, soins non optimaux…). Elle mobilise ainsi les données du système national des données de santé (SNDS) pour décrire et comparer d’une part, l’incidence du cancer, la mortalité par cancer et les actions de prévention et de dépistage entre les individus suivis pour TPS et la population générale, et d’autre part, les parcours de soins du cancer entre les patients avec ou sans TPS à l’échelle nationale. L’approche qualitative repose sur des entretiens semi-dirigés avec des patients, leurs proches et des professionnels de santé afin de documenter les difficultés rencontrées par les patients avec TPS dans leur parcours de santé et en particulier de soin pour cancer et les ressources mobilisées. Ils seront complétés par des focus groups avec des usagers des services de santé mentale qui contribueront au suivi de la recherche, et pourront proposer des retours tant sur les hypothèses et premières analyses qu’en amont sur la démarche employée, nourrissant ainsi une dimension participative de la recherche.

Si nos résultats montrent des inégalités de santé pour les individus suivis pour TPS souffrant de cancer, ils permettront d’apporter des éléments probants pour sensibiliser les différentes parties prenantes et concevoir des interventions pour réduire ces inégalités, et améliorer la prise en charge et la qualité de vie des personnes concernées.

Ce projet a obtenu un avis favorable du Comité d’éthique de la recherche de l’Université de Paris (Dossier : n° 2020-71 MOREAU GANDRE – N° IRB 00012020-71)

PÉRIODE DE RÉALISATION : Nov. 2019 – Nov. 2022

2 – L’accès à l’autoconservation des gamètes et à la PMA des personnes trans’

texte en cours – recherche indépendante en collaboration avec le CECOS du CHU de Nantes

 

Recherches menées avant 2020 (Thèse et post-doctorat)

1 – Les inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence (thèse de sociologie)

L’impensé des inégalités sociales d’accès aux soins d’urgence

Dans l’imaginaire social, il semble évident que « sauver des vies » ne se discute pas. Dans le cadre d’un tel consensus social, interroger les pratiques des professionnel.le.s de l’urgence au prisme des inégalités sociales d’accès aux soins relève de l’impensable. Or ces représentions sociales de l’urgence ne résistent pas à l’enquête ethnographique dont une partie des résultats a été publié dans la revue Agone en 2016. Intitulé, « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence : Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé » (Morel, 2016a), cet articule montre que l’existence en France de filières d’accès aux soins (d’urgence) graduées socialement ou « à plusieurs vitesses », contribue à la reproduction voir à l’aggravation des inégalités sociales de santé (ISS).

L’analyse met en évidence que les intérêts médicaux et ceux des établissements de soins qu’ils soient public ou privé, conduisent à produire des filières d’accès aux soins d’urgence socialement différenciées : une filière composée des cliniques privées à but lucratif ; une seconde constituée d’hôpitaux publics ; une troisième réunissant les services « socio-sanitaires » ; et pour finir, une filière de « contournement » des services d’urgences. Ce travail qui a fait l’objet d’une publication d’articles dans la revue Agone et dans Social Science & Medicine, montre par ailleurs que pour comprendre les logiques de sélection de la clinique, les catégories canoniques habituellement utilisées pour appréhender les groupes sociaux ne suffisent pas. Bien plus, elles nous aveuglent. De même, les pratiques de sélection ne peuvent être comprises sans prendre en considération d’autres critères, comme le type de pathologie, le degré d’autonomie du patient et son âge. L’enquête révèle enfin qu’en dépit du principe d’accès aux soins pour tous affiché dans le service d’urgence public, les pratiques de sélection sociale de patients « non rentables » n’y sont pas absente et qu’il convient pour les comprendre, de les replacer dans les contraintes gestionnaires qui pèsent sur les professionnels.

Articles issus de cette recherche :

Morel S., « La fabrique médicale des inégalités sociales dans l’accès aux soins d’urgence. Ethnographie comparée de deux services d’urgence public et privé », Agone, n°59, « Quand la santé décuple les inégalités », 2016, pp. 73-88.

Morel S., « Transporter des “corps pathologiques”. Une immersion dans le quotidien des ambulanciers privés », In :  Memmi D, Raveneau G., Taïeb E., dir., Le social à l’épreuve du dégoût, PUR, le Sens Social, 2016, pp. 151-162.

Morel S., « De transporteurs à soigneurs ? Vers une segmentation du travail des ambulanciers privés français », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 – n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, URL : http://journals.openedition.org/sdt/1736 ; DOI : 10.4000/sdt.1736  

Morel S.,« Se défaire du savoir savant. Réflexions autour d’un engagement ethnographique avec les ambulanciers », Genèses, 112, 2018, pp. 140-153. DOI : 10.3917 / gen.112.0140.

Derrendinger I., Morel S., « Les soins gradués sont-ils des soins dégradés ? », Les dossiers de l’obstétrique, mai 2018.

Morel S., « Vous avez composé le 15 ? Vous verrez peut-être arriver …des ambulanciers privés », [https://theconversation.com], 26 juin 2018.

Morel S., « Mort de Naomi à Strasbourg : comment expliquer que son appel n’ait pas été pris au sérieux ? », [https://theconversation.com], 14 mai 2018.

Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32, https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028

Morel S., « Organisation des soins d’urgence : création du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale », Les dossiers de l’obstétrique, n° 494, août-septembre 2019.

2- VIH-Sida et hépatites : les inégalités sociales dans l’accès aux soins des migrants primo-arrivants (postdoctorat, recherche MIGSAN)

Cette recherche postdoctorale a été réalisé entre septembre 2017 et septembre 2018 dans le cadre de la recherche MIGSAN (migrants et santé) portée par Anne-Cécile Hoyez, géographe, chargée de recherche au CNRS. L’objectif de la recherche menée en collaboration avec Victoire Cottereau (docteure en géographie) était d’une part, de comprendre les expériences de santé et d’accès aux soins du point de vue des populations primo-arrivantes atteintes du VIH-Sida et d’hépatites (B, C) ; et d’autre part, d’analyser les pratiques des professionnel.le.s hospitaliers intervenant auprès de ces patients au sein des services de maladies infectieuses.

Les analyses montrent que même si dans l’imaginaire social « sauver des vies » ne se discute pas et pourtant, selon le médecin et anthropologue Didier Fassin, « rarement les vies n’ont paru si inégales » (2018). Les milliers de personnes migrantes noyées dans la mer Méditerranée ces dernières années montrent en effet que les pays européens dont la France, ont désormais légitimé les traitements différentiels en matière de secours à la personne. À l’intérieur de l’hexagone, la « condition humaine » faite aux migrants malades et à ceux qui les aident n’est guère plus enviable au regard du durcissement des politiques de maîtrise des flux migratoires et des dépenses de santé. Prenant appui sur une recherche qualitative menée par entretiens semi-directifs auprès de 34 personnes migrantes et de 44 professionnels de santé et/ou bénévoles dans trois villes françaises, nos recherches permettent de lever le voile sur les différentes formes d’inégalités et de discriminations jalonnant l’expérience et la trajectoire de la maladie des migrants primo-arrivants atteints du VIH/Sida. Face à ces situations, l’analyse révèle également l’existence d’une résistance discrète, d’une lutte silencieuse menée au quotidien par les professionnels de santé et les bénévoles d’associations contre ces inégalités et discriminations, et pour préserver leur éthique soignante et/ou humanitaire. Ces résultats nous ont amené à conclure avec A. Lazarus, que « chaque pays, en fonction de son système de soins « choisit » ses morts ».  

Nos recherches apportent plus largement un éclairage sur les lieux de diagnostic, les modalités de découverte du VIH chez les migrants subsahariens primo-arrivants en France, sur les raisons qui les ont amenés à quitter leur pays d’origine, mais également sur leurs représentations de la maladie.   

Articles issus de cette recherche :

Morel S., « Inequalities and discriminations in access to emergency care. Ethnographies of three healthcare structures and their audiences », Social Science & Medicine, Vol. 232, Juillet 2019, pp. 25-32, https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2019.04.028.    

Cottereau V., Morel S., « Les migrants subsahariens primo-arrivants atteints de VIH-sida en France : Lieux de diagnostic et expériences de la santé », Revue Espace, Territoires, Sociétés et Santé, vol. 2, n°3, juin 2019, pp. 8-19, ISSN 2617-3085, https://www.retssa-ci.com/index.php?page=detail&k=44 

Cottereau V., Morel S., L’accès aux soins des migrants primo-arrivants. Les soignants face aux discriminations dans l’expérience de la maladie chronique (VIH) en France, Emulations – Revue de sciences sociales, (35-36), p. 81-94. doi: 10.14428/emulations.03536.06. 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search