À propos

Ce carnet de recherche vise à présenter à un public large – universitaires, professionnels des secteurs sanitaire et social, citoyens -, les travaux de recherche que je mène dans le champ de la santé depuis de nombreuses années sur les inégalités territoriales et sociales d’accès aux soins et les inégalités de santé.

Docteure en sociologie spécialisée en santé, j’ai effectué l’ensemble de mon cursus universitaire au laboratoire du CENS – Centre nantais de sociologie (UMR 6025) – où je suis actuellement chercheuse associée.

Ma thèse de sociologie consacrée aux inégalités territoriales et sociales dans l’accès aux soins d’urgence débute en novembre 2005 au CENS après la réalisation d’un master 1 consacré aux logiques d’engagement bénévoles des secouristes de la Croix-Rouge Française – association au sein de laquelle j’exerçais des responsabilités depuis 1999 – puis d’un master 2 visant à retracer la sociogenèse des associations de secourisme et plus largement, du champ de l’urgence en France.

Une sociologie « avec » …« La sociologie ne vaudrait pas une heure de peine si elle ne devait avoir qu’un intérêt spéculatif » (Durkheim, 1895).

Cette vision durkheimienne du rôle du sociologue dans la société je l’ai adoptée très tôt dans mon itinéraire de recherche, elle constitue le fil rouge de mes travaux de recherche et de mes activités d’enseignement auprès des professionnels de santé. Ainsi, mes recherches sont empreintes d’un engagement singulier à partager un « savoir sociologique » avec les professionnels qui, en retour, m’enseignent leur savoir sur la santé, leur travail, l’organisation des soins, leur expérience de la prise en charge des maladies, etc.

Cette posture de recherche qui consiste à enquêter « avec » et à placer le savoir dans les sujets enquêtés tout en me défaisant de mon supposé savoir est pour partie inspirée des analyses d’Olivier Schwartz (1990) sur l’ethnographie, exposées en introduction de son ouvrage consacré au monde privé des ouvriers. Je qualifie cette posture d’« anthropo-psychanalytique ». Je l’adopte également avec les patients qui m’ont jusqu’à présent beaucoup appris sur le « monde privé », intime, de la maladie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search