“Quand le soin est facteur d’inégalités. L’accès aux soins entre universalisme et particularisme”

3e Journée éthique et santé publique, le 10 janvier 2022

Je remercie Paul-Loup Weil-Dubuc et son équipe pour leur invitation qui l’offre l’occasion de présenter mes analyses issues de récents travaux de recherche inspirés par la Pandémie. Dans le cadre de la table ronde intitulée “Soigner en pratique, faire une différence ?”, j’ai le plaisir d’intervenir aux côtés de :

Elie Azria, Chef de Service Maternité Notre Dame de Bon Secours, Professeur des Universités – Praticien Hospitalier, Université de Paris, Equipe de recherche en Epidémiologie Obstétricale, Périnatale et Pédiatrique (EPOPé)

Cyrielle Claverie, ancienne Présidente de la commission Santé, bien-être, bientraitance du CNCPH

 Noémie Nauleau, Conseillère Autonomie à l’ARS Pays-de-la-Loire

Table ronde : De nombreuses études tentent aujourd’hui d’établir l’existence de “soins différenciés” (RFEA, 2019), autrement dit de différences dans la prise en charge, qu’aucune raison médicale ne justifie et qui s’expliquent essentiellement par les préjugés des soignants. La mise en évidence de ces différences, et en particulier la traque des biais cognitifs des soignants, pour légitimes qu’elles soient et essentielles dans la lutte contre les inégalités sociales de santé, n’en posent pas moins des questions épistémologiques et éthiques importantes. Dans la mesure où tout soin est toujours particulier par définition, un soin sans biais, impartial en quelque sorte, est-il possible ? Ce que nous pourrions gagner en impartialité ou en neutralité du soin, ne le perdrions-nous pas en capacité d’adaptation ou d’écoute ?  Enfin de quoi témoignent ces différences dans les soins ? Révèlent-elles une hiérarchie implicite des valeurs attribuées aux existences ?

Mon intervention est consacrée à la question du tri à l’entrée des services de réanimation durant la pandémie.

En portant dans l’espace public la question du tri des malades, la crise sanitaire a opéré comme un véritable révélateur de pratiques peu connues mais qui constituent pourtant le quotidien des services de réanimation.Cependant, l’analyse issue d’une enquête menée par entretiens auprès de soignant.e.s à l’issue de la « seconde vague », montre que dans un contexte d’austérité budgétaire, les critères médicaux sont loin de rendre compte des logiques qui sous-tendent les décisions de « faire vivre » ou de « laisser mourir ». Sur le marché sanitaire, les malades sont en effet hiérarchisés en fonction de la « valeur sociale » qu’on leur attribue, celle-ci étant appréciée à l’aune d’une multiplicité de critères (médical, économique et moral). Au fil de l’analyse, se dessine ainsi toute une économie politique du tri qui a produit une ligne de partage entre les malades atteints du Covid mais aussi et surtout, entre ces derniers et les autres malades.

Le programme est accessible en cliquant sur ce lien : https://site.evenium.net/utp8cdzp/registration



Citer ce billet
Sylvie Morel (2022, 8 janvier). “Quand le soin est facteur d’inégalités. L’accès aux soins entre universalisme et particularisme” Sociologie, santé et inégalités sociales. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umqa

Publié par

Sylvie Morel

Sociologue (Ph.D) Maître de conférences en sociologie. Chercheuse au CENS (Université de Nantes) Chercheure post-doctorale à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) Docteure en sociologie spécialisée sur les questions de santé : inégalités sociales et territoriales d'accès aux soins d'urgence ; sociologie de la télémédecine d'urgence ; expériences et trajectoires de la maladie par les personnes migrantes atteints de VIH/Sida ; Prise en charge en cancérologie des personnes suivies pour troubles psychiques sévères

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search