« L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence »

Article publié dans SIH Solutions. Le Mag de l’innovation e-santé, numéro de septembre-octobre-novembre 2019, p. 30-31.

La stratégie nationale de santé 2018-2022 annoncée par la ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a porté une nouvelle fois la lutte contre les inégalités territoriales d’accès aux soins sur l’agenda politique. Dans ce cadre, le plan « pour l’égal accès aux soins dans les territoires » présenté en septembre 2017, prévoit différentes mesures parmi lesquelles la mise en œuvre d’une « révolution numérique pour abolir les distances ».

Ainsi encouragés par les pouvoirs publics, des ambulanciers privés et des médecins régulateurs de Samu-Centre 15 travaillent depuis 2015 en coopération étroite avec des concepteurs d’outils connectés pour expérimenter la télémédecine dans le cadre de l’urgence préhospitalière (UPH). L’objectif est « d’améliorer la réponse à l’urgence médicale » et de relever le « challenge d’un accès égal aux soins pour tous ». Plus précisément, l’usage de ces outils doit permettre de réaliser à distance un premier diagnostic médical précis grâce aux informations télétransmises par l’ambulancier « connecté » : données cliniques (saturation, tension, etc.) et flux vidéo (plaies, fractures, pâleurs, etc.). L’intérêt ici est de réduire l’incertitude des décisions diagnostiques du médecin régulateur pour orienter le patient vers la filière adaptée à son état.

Depuis 2015-2016, des « lunettes connectées » et des « tablettes numériques » sont ainsi expérimentées : le port des lunettes connectées par l’ambulancier permet au médecin régulateur de visualiser à distance et en temps réel la situation d’urgence. Il peut également demander à l’ambulancier de réaliser une photo du patient (plaie, suspicion de fracture, problèmes cutanés) au moyen d’un bouton situé sur l’une des branches des lunettes. Les ambulanciers témoignent néanmoins des difficultés d’usage de cette fonctionnalité : lorsqu’ils appuient sur le bouton, cela déstabilise les lunettes et rend la photo trouble et par suite, inexploitable pour le médecin régulateur. Aussi, seul le médecin peut utiliser cette fonctionnalité à distance à partir de son ordinateur. Ce simple exemple suffit à constater l’importance de l’expertise d’usage développée par l’ambulancier qui, partagée avec le concepteur, peut permettre in fine d’ajuster l’outil aux situations de travail.

S’agissant de la tablette connectée, elle offre la possibilité au médecin régulateur d’être en visio-conférence avec l’ambulancier. Elle est composée d’un ensemble de « dispositifs médicaux connectés » (tensiomètre, saturomètre, scope, électrocardiographe) qui, pour l’heure, ne sont pas tous utilisés en situation d’urgence. Ils permettent à l’ambulancier de réaliser un bilan de l’état du patient qui est ensuite transmis instantanément à la régulation du Samu-Centre 15 via une plateforme sécurisée. Cette substitution du dialogue entre professionnels par un bilan numérique peut être perçue négativement par certains professionnels comme les assistantes de régulation médicale (ARM) par exemple, qui l’envisagent comme une réduction de leur rôle à une dimension technique : le dialogue avec l’ambulancier s’en trouve en effet réduit puisque l’ARM n’a plus qu’à copier-coller le bilan numérique et l’envoyer au médecin. Par ailleurs, la présence d’un électrocardiographe connecté prévoit la possibilité pour un ambulancier de réaliser des ECG à la demande du médecin régulateur.  C’est ainsi qu’on observe sur certains territoires l’émergence de nouvelles formes de coopérations interprofessionnelles qui se traduisent par une délégation du travail entre médecins et ambulanciers pouvant contribuer à une « montée en compétences » de ces derniers. Toutefois, l’analyse sociologique révèle là aussi des résistances et souligne l’absence de consensus médical et aussi, au sein de la profession d’ambulancier sur l’opportunité d’une délégation de ce type d’acte.

Ainsi, une ethnographie des usages des nouvelles technologies connectées montre que leur intégration dans les univers de travail rencontre des obstacles et résistances qui, pour l’heure, limitent la portée des expérimentations. Du point de vue de la sociologie de l’innovation, ces outils connectés restent donc encore, à ce stade du processus de leur développement, des nouveautés qui prendront ou non le statut d’innovations. Enfin, même si l’introduction de ces outils numériques dans les différents univers professionnels soulève de nombreuses questions d’application concrète, les résultats des expérimentations rapportées, entres autres, par le Dr Helelis-Fanien, directeur médical du Samu 86, sont encourageants : « il est certain que c’est augmenter, pour le patient, les chances d’avoir la décision médicale la plus appropriée […] Cela permet de flécher bien plus précisément le patient vers l’hôpital souhaité avec le plateau technique adapté » (Ohannessian, H. Delelis-Fanien et al., 2017). En complément de ces études, l’analyse sociologique pourrait participer aux évaluations en permettant d’une part, de repérer les facteurs favorisant et/ou entravant leur usage par les divers professionnels et d’autre part, d’identifier leurs bénéfices et limites sur la qualité du parcours de soins d’urgence du patient.



Citer ce billet
Sylvie Morel (2019, 18 octobre). « L’application des nouvelles technologies connectées à l’urgence préhospitalière. Regard sociologique sur une forme de télémédecine d’urgence ». Sociologie, santé et inégalités sociales. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umq4

Publié par

Sylvie Morel

Sociologue (Ph.D) Maître de conférences en sociologie. Chercheuse au CENS (Université de Nantes) Chercheure post-doctorale à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) Docteure en sociologie spécialisée sur les questions de santé : inégalités sociales et territoriales d'accès aux soins d'urgence ; sociologie de la télémédecine d'urgence ; expériences et trajectoires de la maladie par les personnes migrantes atteints de VIH/Sida ; Prise en charge en cancérologie des personnes suivies pour troubles psychiques sévères

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search