La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives.

Colloque organisé par le CERMES 3, les 3-4 octobre 2019, Paris.

A l’occasion de ce colloque, nous proposons avec Victoire Cottereau et Hélène Marche, d’exposer quelques résultats issus de notre recherche sur l’accès aux soins des migrants primo-arrivants atteints du VIH-Sida.

Cottereau Victoire, docteure en géographie, MIGRINTER (7301), Université de Poitiers. victoirecottereau@hotmail.com ; Marche Hélène, maîtresse de conférence en sociologie, CERReV (EA 3918), Université Caen Normandie. helene.marche@unicaen.fr ; Morel Sylvie, docteure en sociologie, CENS (UMR 6025), Université de Nantes. sylvie.morel@univ-nantes.fr

L’expérience du VIH et l’éthique soignante à l’épreuve des trajectoires de soins des patients primo-arrivants

Dans l’imaginaire social, « sauver des vies » ne se discute pas. L’actualité récente montre que la France, à l’instar d’autres pays européens, légitime voire légalise désormais un traitement différentiel tout en rendant illégales les pratiques de secours sanitaire au nom de l’ainsi nommée « crise migratoire ». C’est dans ce contexte que s’inscrit cette communication visant à lever le voile sur les différentes formes d’inégalités et de discriminations (Lochak, 1987) qui jalonnent l’expérience et la trajectoire de la maladie des migrants primo-arrivants atteints du VIH/Sida[1]. Elle repose sur une recherche réalisée dans quatre villes françaises entre septembre 2017 et août 2018 et prend appui sur un matériau composé de 48 entretiens semi-directifs réalisés auprès de migrants primo-arrivants et de 53 entretiens réalisés auprès des professionnels et bénévoles du secteur médical, médico-social et associatif les prenant en charge. L’intervention s’organise en trois temps. Premièrement, l’analyse des caractéristiques des parcours migratoires permet de restituer leur complexité ainsi que la pluralité des profils des « patients-migrants ». Dans un second temps, nous aborderons leurs modalités d’entrée dans le système de soins et plus précisément, leurs conditions d’accès au dépistage et/ou aux traitements en France. Nous verrons notamment que le diagnostic de séropositivité est souvent vécu comme une déstructuration biographique parmi d’autres (ruptures familiales, professionnelles, résidentielles), engageant les personnes à articuler leur quotidien et leurs valeurs personnelles à la trajectoire de soins. Or, l’accès aux soins des migrants ne cesse de se complexifier ces dernières années, notamment au regard du durcissement des conditions d’obtention de l’Aide Médicale d’État (Carde, 2009). Face à ces obstacles, les professionnels de santé exercent dans un contexte de travail de plus en plus contraint et borné. Ainsi, dans un dernier temps, nous nous concentrerons sur ces professionnels qui sont amenés à bricoler, à co-construire avec les patients des solutions afin de rendre effectif l’accès aux soins et aux traitements, parfois à la limite de la légalité. Ces « pratiques buissonnières » (De Certeau, 1990) signent l’existence d’une résistance discrète, d’une lutte silencieuse menée au quotidien contre les inégalités et discriminations dans l’accès aux soins des migrants, et pour préserver leur éthique soignante et/ou humanitaire. Toutefois, la limitation des ressources dont disposent les soignants est susceptible de les conduire à une hiérarchisation morale des « besoins » des patients qui a pour revers de masquer les inégalités sociales que ces derniers subissent. In fine, l’étude invite à déconstruire la rhétorique de la « crise » dans les politiques migratoires sécuritaires et les politiques d’austérité budgétaires pour se situer au plus près des processus moraux et des rapports sociaux à l’œuvre dans l’accès aux soins des primo-arrivants en France.


[1] Cette recherche est menée dans le cadre du programme ANR MIGSAN (2016-2019) coordonné par Anne-Cécile Hoyez (UMR ESO 6590) qui traite des inégalités sociales en se focalisant sur celles qui concernent la santé et l’accès aux soins des migrants récemment arrivés en France, et sur les dynamiques sociales et spatiales en jeu dans le continuum des soins.

Lire aussi : LES MIGRANTS SUBSAHARIENS PRIMO-ARRIVANTS ATTEINTS DE VIH-SIDA EN FRANCE : LIEUX DE DIAGNOSTIC ET EXPÉRIENCES DE LA SANTÉ



Citer ce billet
Sylvie Morel (2019, 3 octobre). La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives. Sociologie, santé et inégalités sociales. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umq1

Publié par

Sylvie Morel

Sociologue (Ph.D) Maître de conférences en sociologie. Chercheuse au CENS (Université de Nantes) Chercheure post-doctorale à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) Docteure en sociologie spécialisée sur les questions de santé : inégalités sociales et territoriales d'accès aux soins d'urgence ; sociologie de la télémédecine d'urgence ; expériences et trajectoires de la maladie par les personnes migrantes atteints de VIH/Sida ; Prise en charge en cancérologie des personnes suivies pour troubles psychiques sévères

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search